Aimer notre patrimoine culturel… Et apprendre des générations qui nous ont précédées…

Aimer notre patrimoine culturel… Et apprendre des générations qui nous ont précédées…

Je parle souvent, dans mes articles, de mon amour pour la Terre et de mon sentiment profond et fusionnel pour les éléments naturels. Le contact avec la Nature est un besoin vital pour moi. J’y trouve le calme indispensable à ma sérénité et c’est aussi une source inépuisable d’inspiration. Mais j’ai « aussi » beaucoup de respect et d’admiration pour certaines créations humaines et pour le travail des générations qui nous ont précédées.

Même s’il m’arrive (trop?) souvent de critiquer certains comportements humains qui me laissent dubitative, et si j’ai quelquefois bien du mal à comprendre l’état d’esprit de mes contemporains, et les préoccupations actuelles de mes compatriotes, il n’en reste pas moins que cet amour que je ressens pour la Nature, je le ressens aussi pour notre patrimoine culturel, auquel je suis viscéralement attachée. Certains humains trouvent grâce à mes yeux!…

Tant d’hommes (et de femmes!) remarquables ont vécus avant nous, se sont aimés, ont étudié, réfléchi avant nous et nous ont laissé le fruit de leur travail, de leurs idées, de leurs savoirs, de leurs découvertes et de leurs pensées (patrimoine matériel ou immatériel)… Dans leurs écrits, dans leurs constructions architecturales, dans leurs créations artistiques ou même artisanales. Il faut bien reconnaitre que toutes ces créations humaines sont tout de même fascinantes et méritent notre plus grand respect… Il est tellement dommage que nombre de nos contemporains confondent modernité et destruction systématique du passé. Nous avons beaucoup à y perdre…

Je pense notamment à tous ces magnifiques châteaux, qui constellent notre pays, construits par les artisans des siècles passés. Je pense à la beauté grandiose des cathédrales édifiées dans la plupart des villes de France, lieux uniques dans lesquels l’architecture entre en communion avec le sacré… Mais aussi à toutes ces petites églises qui trônent dans presque tous nos villages, même les plus modestes, construites parfois par les villageois eux-mêmes. Tant d’hommes y sont passés, avec leurs prières, leurs peines et leurs moments de bonheur aussi… Tant de choses de toutes ces vies, restent comme suspendues dans l’air, dans les édifices, dans les créations humaines…. Si on prend le temps de se poser pour y penser un peu… Des choses dont nous pouvons nous inspirer…

J’éprouve beaucoup de tendresse pour certains artistes, écrivains, ou philosophes de l’histoire, que je ne considère pas comme des entités lointaines, plus ou moins fictives et séparées de moi. Je ressens plutôt pour eux une sorte de proximité affectueuse, un intérêt sincère, comme celui que je pourrais ressentir pour un ancêtre dont je me sens proche, avec lequel j’aurais de vraies affinités, et dont j’aurais beaucoup à apprendre. Hommes célèbres, ou même anonymes…

Lorsque je visite un château, une cathédrale, ou un monument remarquable, je pense à ceux qui l’ont imaginé, à ceux qui ont participé à sa construction, ou à sa rénovation. Aux heures qu’ils y ont consacrées, aux rêves qu’ils ont échafaudés… Je suis alors en communion avec eux. Lorsque je regarde un tableau, je pense à l’artiste qui l’a réalisé, à sa vie, aux émotions qu’il a ressenties, à ce qu’il a voulu exprimer et nous transmettre. Lorsque je regarde un beau film, je pense au réalisateur, mais aussi à tous les gens qui ont participé au tournage, aux techniciens qui se sont appliqués dans leur travail pour que la lumière soit parfaite, aux costumières, au scénariste qui a écrit les répliques, à celui qui crée les décors, aux comédiens à qui il incombe de faire passer les émotions… Un travail d’équipe pour réaliser un film dont le but sera de toucher les spectateurs, présents et futurs… Les artistes du présent sont (comme l’a dit Julia Cameron) « assis sur les épaules » des artistes du passé. Nous créons tous à partir de ce qui a été créé avant nous. Je pense, par exemple que Tim Burton a dû sentir ce lien avec Lewis Caroll lorsqu’il a réalisé son film « Alice au pays des Merveilles »…

Et j’aime, aussi et surtout, ces grands auteurs dont les textes sont parvenus jusqu’à nous et dont la lecture me réjouit et me fait tant de bien. Mon esprit se nourrit de leurs pensées, de leur vécu, de leurs émotions, depuis que je sais lire. Ils m’inspirent chaque jour de ma vie. Je pense, en vrac, à Montaigne, George Sand, Colette, Jean D’Ormesson, Beatrix Potter, Lewis Caroll, Jules Verne, Jack London, Rousseau… et tant d’autres.

Tous, sont des êtres humains que j’aurais aimé rencontrer et côtoyer. (Et là, j’inclus les auteurs contemporains que j’aime, mais que je ne peux guère rencontrer…). Mais ce qui est magique, c’est que d’une certaine façon, lire les textes de ces auteurs qui me touchent particulièrement, est une manière de véritablement les rencontrer et de passer un moment en leur compagnie. Puisqu’ils nous ont dévoilé dans leurs œuvres un peu de leur âme… Lire les textes qu’ils ont écrits, c’est véritablement entrer en communion avec l’être humain qu’ils ont été…

Et cette sensation de connexion avec les générations passées, on peut l’expérimenter grâce à l’immense patrimoine qu’ils nous ont laissé.

Il est important de prendre conscience de cette richesse incroyable et de s’en nourrir quotidiennement avec respect, reconnaissance… Et humilité…

« Célébration de la beauté »(Roland de Miller). Le livre qui me conforte dans mon envie de tenir ce blog et de persévérer dans ma quête de beauté…

All-focus

Petit matin

Depuis le jour où j’ai créé ce blog, j’ai eu envie de mettre en avant l’importance de la beauté et de l’émerveillement dans nos vies quotidiennes. Mes articles sont essentiellement consacrés à la beauté (dans l’art, dans la nature…), et à l’importance d’entretenir nos facultés d’émerveillement.

Sans trop m’en expliquer les raisons, depuis mon plus jeune âge, j’ai expérimenté le fait que nos capacités d’émerveillement étaient un vecteur essentiel de notre bien-être et de notre joie de vivre…

La lecture de ce livre m’a permis de comprendre de manière concrète le mécanisme qui opère en nous lorsque nous entretenons cette faculté d’émerveillement devant la beauté. Et il m’a conforté dans cet instinct que j’ai, depuis toujours, de la chercher et de m’en nourrir chaque jour.

Pour Roland de Miller, l’auteur de ce livre, la civilisation occidentale, complètement droguée par le mythe de la croissance économique et démographique, court tout droit à son effondrement. L’auteur n’est pas tendre dans ses réflexions sur l’humanité en général, sur la surconsommation, sur l’univers de l’argent et du profit, sur la sacralisation de la technologie, et notamment sur la mentalité des français:  » Ce qui est effarant, ce ne sont pas tant les catastrophes en elles-mêmes que l’aveuglement avec lequel on continue à les répéter par un système suicidaire et intouchable: c’est l’idéologie de la croissance… et de la crétinisation des masses. […] Notre pays est extraordinairement beau et varié mais les français ne s’en montrent pas dignes. Le français, technophile et automobiliste acharné, gros consommateur de pesticides et de médicaments, bouliste, téléspectateur, grégaire mais individualiste, chauvin, souvent fumeur et chasseur, friand de polémique politicienne et de matchs de football mais ignorant en matière de nature, d’écologie et d’art, est un fossoyeur de la Beauté, même s’il ne le veut pas consciemment » (Oui, je vous l’ai dit: il y a des vérités qui sont difficiles à entendre!…). Il ajoute: « Dans quelques décennies, les pays d’Europe n’auront plus qu’un seul visage uniforme à offrir. C’est consternant. On appelle ça la mondialisation. ça me donne la chair de poule! Car ce qui fait la beauté de notre planète, c’est sa diversité, et non son uniformité. Perdre ses racines, sa culture, ses paysages naturels, son folklore, c’est perdre son identité ».[…] Pour des milliards de citadins à travers le monde, le cadre de vie urbain est donc devenu de plus en plus absurde et invivable. »[…] « Il y a des millions d’âmes dans notre monde qui ne peuvent supporter le silence; il leur faut constamment être baignées de bruit et d’agitation. Quel sentiment de la nature peut-il y avoir chez des individus dont les oreilles sont en permanence trépanées par le rugissement des motos, le hurlement des sirènes de police, et des musiques agressives? Cette agitation frénétique est le reflet de la profonde aliénation psychique et spirituelle qui rend nos contemporains incapables de sérénité et d’élan sincère vers la beauté.[…] Désormais, les compétitions sportives, la musique techno, la bagnole, Internet, la politique-spectacle et les milles frivolités de la consommation ostentatoire ont un attrait bien plus fort auprès du grand public que tout ce qu’on pourra dire sur l’Art, la Nature ou la culture. »

L’auteur est plutôt alarmiste: « Nous allons à la catastrophe, nous le savons depuis longtemps mais nous y allons quand même ». Il va très loin dans ses propos (parfois même un peu trop, à la limite de théories complotistes auxquelles je n’adhère pas personnellement). Mais nombreuses de ses affirmations sont tout de même pertinentes, et difficiles à contester, même si elles peuvent déplaire. Et surtout, son propos essentiel sur l’importance capitale de la beauté pour la survie de l’humanité et la manière dont tout cela s’opère en nous, est franchement passionnante. Il constate avec inquiétude que, dans tous les domaines, le sens et la présence de la beauté sont en passe de s’étioler, et déserte nos vies quotidiennes de citadins pressés.

Roland de Miller est ainsi devenu un des précurseurs de ce qu’on appelle « l’écologie profonde », c’est-à-dire la réflexion sur les liens entre l’écologie et la spiritualité. Et j’aime cette phrase dont la lecture a eu un écho tout particulier en moi, sans doute parce qu’elle correspond pleinement à mon ressenti actuel:

pexels-pixabay-414061

« J’ai le sentiment océanique et puissant que dans la valeur suprême de la Beauté, sous ses formes multiples, viennent converger toutes les motivations de mon existence. Tous mes écrits antérieurs aboutissent maintenant à cette quête essentielle. Je sais maintenant que j’ai trouvé mon Graal: ce que j’ai de plus précieux au fond de mon cœur, c’est l’adoration mystique de la Beauté divine de la Création. »

« Toutes les conditions se sont progressivement réunies pour faire de moi un être mystique, à la fois fasciné par les beautés de la Nature et engagé dans le combat chevaleresque pour sa sauvegarde »‘.

« Je reçois les rayons du soleil en plein cœur et je n’aurai de cesse de chanter la magnificence de l’univers ».

« La nature est un talisman: j’y cherche sa vibration magique, des élans et des visions cosmiques… […] J’y cherche aussi une vie, de l’inspiration pour mes jours… » (et là encore, je me reconnais dans cette quête…)

 » Chacun a sa voie. La mienne est celle de la Beauté. Je suis un apôtre de la Beauté ».

Pour Roland de Miller, il est maintenant urgent de redonner à l’écologie ses lettres de noblesse en approfondissant ses dimensions culturelles et philosophiques. Cette approche de l’écologie me touche particulièrement…

« Pour célébrer la beauté cristalline du monde, je crois qu’il faut la porter déjà en soi-même, cultiver un sens de l’harmonie sans lequel nous traversons la vie en aveugles indifférents et bornés. Il y faut un regard de poète, d’artiste ou de créateur engagé au service de la vie et de la Terre. »

« A quoi sert la beauté? A nous rendre plus humains, plus sensibles, c’est-à-dire à élever notre conscience de la Vie et de l’Univers. Rien de moins. »

« Face à la société folle et déboussolée, la célébration de la Beauté comme antidote. C’est le plus grand défi de ma vie ».

« Face à l’actualité qui nous apporte son lot quotidien de laideur, de crimes et de catastrophes, la meilleure façon de se ressourcer et de se fortifier, c’est d’élever son âme et de contempler la beauté ».

L’écologie et l’esthétique sont intimement liées, et derrière le combat écologique, c’est bien la beauté de la Terre qui doit fonder nos vraies motivations et déterminer nos plus profondes raisons de sauvegarder la Nature.

Au niveau individuel, la beauté peut littéralement nous guider spirituellement. Mais l’auteur va encore plus loin:

 » Aujourd’hui, je suis de plus en plus convaincu que la Beauté est une de ces valeurs maîtresses qui peut, au niveau individuel, nous guider spirituellement, et au niveau collectif, enrayer l’effondrement culturel sous le coup de la mondialisation économique. » A propos de l’effondrement culturel, Roland de Miller fait ce constat: « Les gens lisent de moins en moins et c’est dramatique. La culture ne passe pas forcément par le livre mais avec l’abandon de la lecture, disparaissent aussi des qualités intellectuelles essentielles comme la structuration du langage, la diversité du vocabulaire, la concentration mentale, l’imaginaire, la réflexion personnelle, la mémoire collective, la liberté d’opinion, la créativité artistique, le sens de la beauté et du patrimoine ».

pexels-photo-240040

« La beauté ne se perçoit pas du premier coup d’œil. Il y a une éducation des sens. Entraîner, éduquer, affiner ses sens nous permet de garder ou retrouver l’esprit de finesse. Enrichi par le goût de la découverte, de l’aventure et de la méditation solitaire, le sens de la beauté est donc assez personnel. »

« Dans les grandes villes, avec l’explosion des modes, des manières de vivre et des gadgets, est-ce que demain la notion de beauté aura encore un sens? C’est le despotisme de l’insignifiance. Les gens ne s’intéressent plus qu’à eux-mêmes : la maladie mortelle de notre époque c’est le narcissisme.[…] La Beauté qui leur est éventuellement proposée de temps à autre est celle du futile, du clinquant, du prédigéré, du luxe voyant et provocateur, des modes passagères… Cette beauté superficielle, décorative, plus ou moins artificielle, est l’expression de l’ignorance, de la pauvreté intellectuelle et morale » (je vous avais prévenu: certains arguments sont un peu durs à entendre dans ce livre, mais qui peut dire qu’ils sont faux? Ces réflexions me font penser à cette mode des selfies et des réseaux sociaux sur lesquels les gens aiment poster le moindre de leurs faits et gestes, même les plus anodins, comme si leur petite personne était la chose la plus intéressante du monde!))

Le livre est un sacré pavé (600 pages! Quand même!…). Il faut être motivé ( je l’étais!). Mais il est vraiment passionnant. Roland de Miller y fait un usage important de citations, nous faisant découvrir au passage de nombreuses personnalités remarquables (écologistes, artistes, écrivains, philosophes…). Et rien que la bibliographie, à la fin de l’ouvrage, fait 35 pages à elle toute seule!… C’est une mine d’or pour découvrir de nombreux autres livres sur le sujet de la Beauté, de la Nature, de l’art, de l’écologie. Une longue liste de trésors…

Quelques citations du livre:

Nicolas Hulot: « Souvent nous regardons sans voir, nous nous contentons du spectaculaire. Il faut probablement un long parcours initiatique, semé de grands chocs émotionnels, de rencontres bouleversantes qui petit à petit exercent la réceptivité, libèrent la sensibilité, pour enfin accéder à la vue. Les choses insignifiantes deviennent alors remarquables et soudain tout vous parle. »

pexels-jess-vide-4321802

Claire Fabre: « Qui n’a jamais fait dans sa vie l’expérience d’être bouleversé par la beauté d’un paysage, d’un chant d’oiseau, d’une œuvre d’art, ou même d’un geste ou d’un regard? Ces moments fugitifs font oublier toute pesanteur, tout souci, toute barrière culturelle, jusqu’à la notion du temps. C’est l’être qui affleure alors, dans un moment de plénitude où l’homme se trouve à la fois unifié en lui-même et relié au monde. »

Ralph Waldo Emerson: » La Nature sert un des plus nobles besoins de l’homme, à savoir le besoin de beauté. Le monde existe donc pour l’âme dans le but de satisfaire le désir de beauté. J’appelle cela une fin ultime. On ne peut demander ni donner la raison pour laquelle l’âme recherche la beauté. La beauté, en son sens le plus large et le plus profond est une expression de l’univers ».

Dostoïevski: « La beauté sauvera le monde »

John Keats: « La beauté est vérité, la vérité est beauté, voilà tout ce que vous devez savoir, et tout ce qu’il faut savoir ».

Bertrand Vergely:  » L’émerveillement est un art de vivre. Mieux, une condition vitale. Une réponse à un monde désenchanté. Nous pouvons quelque chose face à la tristesse et à la violence du monde. Cela commence par une attitude intérieure, une façon de penser. S’émerveiller, c’est se réveiller. Ce qui nous fait mourir, ce n’est pas la mort, c’est de ne pas vivre. Il n’y a pas d’autre tragique. »

Rachel Carson: « Le monde de l’enfant est pur, neuf et beau, plein de merveilles et d’émotions. C’est notre malheur à la plupart d’entre nous que cette vision clairvoyante et limpide, cet élan instinctif pour ce qui est beau et impressionnant, soient obscurcis et même perdus avant d’atteindre l’âge adulte. Si j’avais une influence sur la bonne fée qui est supposée présider au baptême de tous les enfants, je lui demanderais que son don à chacun soit un sens de l’émerveillement si indestructible qu’il puisse durer toute une vie, comme un antidote infaillible contre l’ennui et le désenchantement ultérieurs, la préoccupation stérile pour des choses artificielles… »

célébration de la Beauté

« Célébration de la Beauté » Ecologie profonde: la femme, la nature, l’art et la spiritualité. de Roland de Miller aux éditions Sang de la Terre.

Le tourisme de masse… C’est reparti?… Au secours! L’instinct grégaire refait surface!…

Bien-sûr, la vocation première de ce blog n’est pas de polémiquer. J’essaie en général d’éviter les sujets qui fâchent, parce que, vous l’avez compris, j’ai résolument décidé de me concentrer sur les beautés de ce monde et sur l’émerveillement qu’elles suscitent.

Mais là, franchement, je ne résiste pas à l’envie de réagir à ce que je viens de voir et d’entendre…

Vous avez certainement vu, vous aussi, ces derniers jours, quelques reportages sur la satisfaction générale à propos de la reprise du tourisme, en France et partout dans le monde. Je comprends le besoin d’évasion. Si j’ai exercé le métier d’hôtesse de l’air pendant trente ans, c’est assurément que j’avais des affinités avec la notion de voyage. Mais je pense juste que cette crise sanitaire aurait dû provoquer une prise de conscience à propos de ce qu’on appelle de manière si éloquente, le « tourisme de masse »… Malheureusement, elle semble provoquer le contraire chez beaucoup de gens. Après l’isolement imposé de ces derniers mois, apparemment difficile à vivre pour certains, « l’Instinct grégaire » ressurgit, irrésistiblement! … Je viens notamment de voir un reportage sur la reprise des croisières sur ces bateaux gigantesques qui ressemblent à des barres d’immeubles. Et surtout cette image choquante de ce monstrueux paquebot longeant à nouveau la fragile lagune de Venise…

 

Ces paquebots gigantesques aux proportions inhumaines (entre 5000 et 7000 passagers) sont le symbole d’un tourisme de masse complètement délirant que je pensais dépassé et dont la reprise me laisse dubitative… Le passage de ces mastodontes fragilise les fondations vulnérables de Venise. Les hordes de touristes qui en débarquent en masse, visitent le site au pas de course, et font la queue pour se prendre en selfies devant le pont des soupirs ou le pont du Rialto, juste pour montrer aux copains qu’ils y étaient!…

Overcrowded Venice during carnival 2018, Italy

Puis le soir venu, tout le monde remonte à bord de ces monstres des mers qui ressemblent de plus en plus à des parcs d’attractions. Ils y retrouvent leurs occupations de croisiéristes débordés, et « remplissent » les heures de navigation de toutes sortes d’activités dont il leur est apparemment difficile de se passer (jeux vidéos, simulateurs en tous genres, bowling, piscine avec musique tonitruante et cours d’aquagym, toboggans géants, escalade, shopping, repas gargantuesques -plutôt « burgers » que gastronomie fine – alcool à volonté, casinos… Bref, toutes les activités « enrichissantes » qu’on peut pratiquer partout ailleurs, dans quasiment toutes les villes du monde, ou dans tous les parcs d’attractions…). Il y a de quoi s’interroger sur la nature humaine…

Plus-gros-bateaux-de-croisiere-Oasis-of-the-seas

Et que dire de ces images vues lors du déconfinement en Chine, où des milliers de gens se bousculaient sur la muraille de Chine, au point de ne plus pouvoir avancer… Quel intérêt de visiter la muraille de Chine dans ces conditions?

1er-mai-la-muraille-de-chine-bondee-de-monde-20210501-1425-e89beb-0@1x

Alors oui, tout va bientôt recommencer comme avant… Peut-être en pire… Les avions vont recommencer à déverser chaque jour des millions de touristes dans les aéroports… La plupart vont faire le tour des capitales du monde entier en une journée (ou deux, pour les plus chanceux)… Sans oublier, bien-sûr les passages obligés dans les magasins de produits détaxés…

p14-hall-mirrors-crowd

Folla-Monna-Lisa-Gioconda-Louvre

Qu’en est-il de la contemplation des lieux? De l’observation des détails qui en font tout l’intérêt et le charme? De la découverte des cultures locales? De l’imprégnation sensorielle de l’ambiance? De l’atmosphère des quartiers? Des surprises dans l’emploi du temps de ces journées trépidantes? Des rencontres inattendues avec la population autochtone? Rien ne s’imprime dans le cœur et dans l’esprit de ce type de voyageur. Peut-être parce que ce ne sont pas des voyages. C’est de la consommation.

Au milieu de cette ambiance d’orgie touristique qui repointe le bout de son nez, peut-être serait-il bon de trouver un endroit bien au calme et de se plonger dans les livres de vrais voyageurs, comme Robert Louis Stevenson, Jack London, ou même Sylvain Tesson, dont j’ai dévoré les livres l’année dernière. Je viens d’apprendre qu’il sera l’invité de François Busnel dans la grande librairie, Jeudi prochain (30 Juin) à 20h50. Un rendez-vous à ne pas rater pour redécouvrir ce que devrait être un voyage digne de ce nom (et s’en inspirer): Une aventure faite de découvertes passionnantes, de vraies rencontres, authentiques… De silence, parfois… Ou au contraire, d’écoute attentive. Adopter un rythme plus lent, permettant de longs moments de contemplation. Voir peut-être moins de choses, mais plus tranquillement, moins superficiellement. Juste prendre le temps, afin que les émotions puissent s’imprimer en nous durablement. Savourer… Ces derniers mois m’ont tellement fait réfléchir à tout cela. Je pensais que le monde aurait envie de redécouvrir cet art d’un voyage différent… Après toutes ces images, vues ces derniers jours à la télévision, j’ai quelques doutes…

pexels-photo-2398220

La poésie peut changer nos vies…

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai découvert la poésie à l’école… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette découverte ne m’a pas laissé de souvenirs très marquants. J’ai toujours aimé lire et écrire, mais, comme beaucoup de gamins, et bien à tort,  je considérais la poésie comme un style un peu désuet et un peu trop éloigné de nos modes d’expression actuels pour parvenir à y être vraiment sensible. Mais récemment, en me plongeant dans l’univers des Haïkus (poèmes très courts), sur lesquels je viens d’écrire un article, j’ai (enfin!) complètement redécouvert la puissance des mots et des sons, et la force étonnante et inattendue de la poésie.

soyez-poete-de-votre-vie-9782228904483_0J’ai retrouvé un livre acheté il y a bien longtemps, puis abandonné pendant plusieurs années sur une étagère (cela m’arrive souvent!), qui s’intitule « Soyez poète de votre vie », écrit par Jacques de Coulon. La lecture de ce livre m’a clairement fait comprendre pourquoi et comment la poésie peut nous aider à vivre mieux. Difficile à croire, mais les mots ont un pouvoir magique. J’ai appris que la lecture d’un poème entraîne véritablement des réactions organiques.  Par leurs sonorités, leurs couleurs ou le rythme de leur agencement, ils s’habillent d’images et agissent sur nous en profondeur, calmant l’agitation mentale. La poésie libère véritablement nos émotions et notre imaginaire. Elle nous vivifie et nous élève.

Il y a aujourd’hui un certain renouveau poétique. Les jeunes redécouvrent la poésie, par le biais des haïkus, qui reviennent à la mode ces dernières années, et surtout, bien-sûr, par l’intermédiaire du slam. « Certains jeunes semblent repus : saturés d’informations, leur esprit s’ouvre worldwide par écrans interposés mais, revenus de tout, ils ne s’émerveillent plus de rien. La poésie leur donnera une nouvelle fraîcheur », nous dit Jacques de Coulon.

De mon côté, moi aussi, je découvre peu à peu, et avec bonheur, tout ce que la magnifique suggestion de Hölderlin peut apporter à ma vie:

« Il faut habiter poétiquement le monde » disait-il…  Et lorsqu’il parlait « d’habiter poétiquement le monde », il ne suggérait pas simplement de se mettre à écrire des poèmes. Son invitation consistait, beaucoup plus largement, à nous inciter à retrouver nos facultés d’émerveillement et notre sens de la beauté, dans tous les aspects de nos vies. Et cette suggestion d’habiter poétiquement le monde est d’ailleurs, depuis le début, le thème essentiel de ce blog, mais aussi ma philosophie de vie en général, et le premier commandement de ma religion personnelle…

Mais ceci dit, écrire de la poésie est un chemin de plus, parmi d’autres, pour parvenir à retrouver ses facultés d’émerveillement…

« Les gens courent et s’affairent, ployant sous le poids de leurs soucis. Le plus souvent, ils évoluent dans un matérialisme crasse et leur vie tourne autour du métro-boulot-dodo. Que leur manque-t-il? Un brin de poésie, une petite étoile qui danse dans leur ciel intérieur »

Cette dernière phrase me fait beaucoup réfléchir à l’utilité qu’aurait pu revêtir pour le monde occidental, cette pause étrange que nous  impose la crise sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an maintenant. Ne faudrait-il pas essayer de percevoir dans cette période qui nous oblige à lever le pied dans nos activités et nos déplacements, une occasion, même ponctuelle, de se tourner vers notre  intériorité. Trop impatients de retrouver leur rythme d’avant, leurs interactions sociales, leur consumérisme, leur agitation  habituelle, trop de gens ne perçoivent malheureusement pas la possibilité  que cette étrange pause imposée peut nous offrir, malgré tout. Nous avons un esprit, et cet esprit est capable de s’évader vers des paysages magnifiques, ceux qu’on connait, ou ceux qu’on peut imaginer.  Et surtout, Il nous permet de nous envoler sur les ailes du rêve… « Plutôt que de traîner notre spleen dans les couloirs gris de l’affliction ou de gamberger des idées noires, essayons de  rêver en couleurs,[…] Pourquoi fixer l’esprit sur la douleur alors qu’il peut voyager partout? », nous suggère ce livre sur la poésie…

Nous avons en ce moment, plus de temps pour rêver mais aussi plus de temps pour lire… Pour redécouvrir les grands auteurs, les philosophes, et les poètes… Or, la poésie nous aide vraiment, de bien des manières, à traverser les circonstances difficiles.

Extraits du livre:

« Le poète nous apprend à sortir du ventre immense de nos mégapoles pour nous tourner vers les fleurs, les arbres, les nuages dans le ciel… Pour comprendre aussi leur langage ».

« Qui de nos jours sait encore écouter la nature et comprend sans efforts le langage des fleurs et des choses muettes? », nous dit Baudelaire.

« Nous passons à côté de l’essentiel, qui se trouve dans les plus petites choses, ces étincelles d’éternité, telle cette minuscule fleur qui éclaire la forêt. Il ne s’agit donc pas de nier notre monde ni même de s’en détourner, mais bien de le rendre incandescent dans la lumière d’une nouvelle conscience ».

« Imaginer, créer : le poète fait exister des mondes nouveaux […]Vous pouvez certes échapper à la morosité ambiante dans les paradis artificiels des drogues ou du cyberespace. Vous pouvez aussi le faire sous le ciel d’azur de la poésie. A vous de choisir! »

« Rêver sa vie! Vivre son rêve! Mais qui sait encore vivre ses propres rêves en allant chercher ses propres perles au fond de son imaginaire?.[…]Nourrir son imaginaire… Nous vivons dans un monde saturé d’images qui, le plus souvent configurent notre intériorité aux normes marchandes du système. Or, l’image enferme l’esprit dans une seule représentation voulue par son concepteur. (Pensons à la publicité!). Le mot libère au contraire l’imaginaire et nous permet de créer notre propre représentation. Richesse de l’imaginaire qui vous permet de vous approprier le monde en le recréant en vous! Conclusion: pour développer cette créativité, LISEZ plutôt que de vous laisser imposer vos représentations. Et si la lecture se porte sur des poèmes, des contes ou des mythes, le jardin de votre âme fleurira d’autant mieux. Ces textes contiennent en effet de nombreux symboles qui sont autant de noyaux d’énergie venus du fond des âges et qui agiront puissamment sur votre vie. Le rêve vient habiter la vie ordinaire pour la tisser de fils d’or et lui donner de l’étoffe. Elle devient alors extraordinaire ».

« Le poète brode la réalité pour en faire une toile plus belle. La poésie s’inscrit en lettres d’or sur la trame de la vie ».

Quelques conseils puisés dans ce livre pour écrire de la poésie:

« Arrêtez-vous dans la nature et contentez-vous d’ouvrir vos cinq sens, sans faire quoi que ce soit, sans penser à quoi que ce soit. Ici et maintenant ».[…]

Rimbaud suggère d’élargir notre perception en observant la nature avec toute la palette de nos sens : « Nous avons seulement à ouvrir nos sens à la sensation, puis fixer avec des mots ce qu’ils ont reçu. Notre unique soin doit être d’entendre, de voir et de noter. Sans choix, sans intervention de notre intelligence. Le poète doit écouter et noter (quoi que ce soit) ».

 » Suivre les conseils de Rimbaud: Tout observer, en pleine conscience et sans le filtre du mental, puis noter les sensations dans un carnet qui contiendra les premiers balbutiements de poésie. Dans ce déferlement du ressenti, vous allez découvrir quelques perles. Noter! noter toute cette profusion de sensations! Les sensations alimentent les passions qui soulèvent notre vie en l’enflammant. Sans passions, nous sommes des branches de bois mort ».

L'agenda du poète

  Il y a aussi aux éditions de La Martinière, un autre livre très ludique pour découvrir l’écriture poétique. Destiné à l’origine à de jeunes lecteurs, « L’agenda du (presque) poète » de  Bernard Friot, fonctionne comme un agenda poétique : Chaque page correspond à un jour de l’année et propose une séquence sur un point précis : qu’est-ce qu’un poème? D’où vient l’inspiration? C’est quoi un alexandrin?…

On comprend ainsi que la poésie ce n’est pas seulement des mots mais aussi l’éveil de tous les sens. Et que tous ces sens contribuent au développement de la créativité et de l’imagination.

Un ouvrage qui se démarque des classiques de la poésie, et donne envie de s’essayer à l’écriture poétique.

 

Écouter les oiseaux chanter…

En ce dimanche de printemps, que beaucoup d’entre nous n’aurons pas la chance de passer à la campagne, j’avais envie de vous faire partager cette vidéo de chants d’oiseaux qui font tellement de bien… Ils ne remplacent pas, bien-sûr, la beauté d’un moment réellement passé au milieu des champs et des bois, mais ça peut quand même faire un peu de bien quand on est coincé en ville ou dans des banlieues à l’urbanisation esthétiquement douteuse!… Alors, si les trilles des rossignols, des mésanges, des hirondelles et autres oiseaux « de toutes plumes » vous manquent, je vous propose de cliquer sur ce lien pour profiter de ces chants d’oiseaux apaisants... Bon courage à tous…

Découvrir l’écriture des haïkus… et tout ce que cette pratique peut vous apporter…

pexels-photo-1558336Vous connaissez sans doute ces très courts poèmes venus du japon, qu’on appelle les haïkus. Un exemple:

Dans le creux de ma main

en tremblant tristement

s’éteint une luciole

(Kyoraï)

Il y a quelque chose de très attirant dans ces mini-poèmes dont l’origine remonte au 16ème siècle. Leur simplicité de forme y est sans doute pour beaucoup. Mais il y a tellement plus à comprendre…

Je pensais déjà connaitre un peu le sujet. Mais je viens de lire le livre « L’art du haïku- Pour une philosophie de l’instant » écrit par Vincent Brochard et Pascale Senk, dans lequel sont présentés des textes de Bashô, Issa et Shiki, trois des plus grands maîtres du genre. Et j’ai découvert un tas de raisons qui m’ont donné envie d’approfondir mes connaissances en la matière. L’écriture de haïkus se révèle beaucoup plus enrichissante que je ne l’imaginais…

J’ai compris grâce à la lecture de ce livre à quel point la pratique du haïku peut influencer l’existence de celui qui en lit, mais aussi, et surtout, de celui qui en écrit. « Les haïkistes sont un peu comme des chasseurs de papillons. Ils avancent dans la vie avec leur filet ». Et lorsque celle-ci leur amène une minute joyeuse, ou miraculeuse, ou touchante, bref un instant d’émotion, ils osent « la notation spontanée d’un instant d’élite » (expression utilisée par Roland Barthes pour qualifier l’écriture de haïkus). Le livre nous amène à comprendre de quelle manière « la fréquentation régulière des haïkus affine notre capacité à reconnaitre et à conserver les évènements heureux de notre vie. Ils sont réellement une invitation à capter les plaisirs les plus simples, ceux qu’on atteint quand on prend le temps de s’arrêter et de regarder ». Mais l’écriture de haïkus ne peut pas non plus se réduire à de jolis instants. Elle consiste aussi à accueillir tous les fruits d’une véritable attention au réel; des instants d’éveil, comme des « balafres légères tracées dans le temps » (encore une expression de Roland Barthes qui est souvent cité dans le livre).

Regarder, écouter, goûter, sentir… L’écriture incisive et directe de Haïkus nous encourage à témoigner des plus infimes découvertes. Mais elle nous oblige à avoir pleinement expérimenté ces sensations pour pouvoir les transmettre. Santoka, maître japonais, disait: « Tout ce qui n’est pas réellement présent dans le coeur ne relève pas du haïku ». Ce qui compte, c’est le paradoxe, la contradiction, ou la surprise, le pur plaisir et la vibration qui en suit la lecture…

Quelques exemples de haïkus:

Par moments les nuages                                  Lune pleine

à ceux-là donnent un répit                              Pourquoi te cacher

qui contemplent la lune                                   on voit ta lumière

(Bashô)                                                              (Mizen)

Pour celui qui cherche l’inspiration, l’immersion dans la nature est incontournable. Pour le haïkiste, la nature n’est pas « l’environnement », mais « l’essence même de l’existence, l’unique source à laquelle on peut toujours s’abreuver. L’homme s’y contemple et y apprend les rythmes justes, l’acceptation et l’humilité ».

Accepter l’impermanence… Entrer dans le monde du haïku revient aussi à faire face à l’impermanence de toutes choses. Tout, dans l’univers naît puis meurt. « La vision de l’existence humaine perçue comme un souffle, un épisode infime, marque l’appartenance du haïku au zen. » Comment alors ne pas sentir naître en soi des sentiments d’humilité et de compassion?

Le haïku est ainsi un des chemins possibles vers la sagesse et l’équilibre intérieur.

Le livre nous donne également les éléments de base pour se lancer dans cette pratique.

Ainsi, pour écrire des haïkus:

-Partez toujours de votre propre expérience, de votre ressenti le plus soudain et le plus profond.

-Ayez toujours un petit carnet sur vous (Mais ce conseil est ,selon moi, valable pour tout le monde, tout le temps, quelle que soit votre activité! et surtout pour les artistes…)

-Ce sont surtout des sentiments imprévus, des impressions inhabituelles, des surprises du quotidien qui vous donneront envie d’écrire un haïku. Comme le recommande le poète Yves Leclair: « Surtout ne pas se mettre à sa table de travail et se dire: je vais écrire maintenant un haïku. Le haïku s’écrit à l’improviste, de lui-même, comme ça, d’un seul trait, en passant ». Retranscrivez l’image principale qui vous a frappé et si possible en 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes. Les poètes dérogent quelques fois à cette règle, mais au début, mieux vaut essayer de s’y tenir. Essayez d’écrire ce que vous avez vu, sans jugement, sans longue description, sans vérité générale, sans trop de métaphores ou de figures de style. Allez au plus direct et au plus simple.

« Le haïku ne cherche pas la poésie dans le rêve, l’idéal, l’imaginaire, mais dans la réalité la plus matérielle, la plus anodine. Il ne poursuit pas pas la beauté dans le raffinement, la somptuosité, la grandeur, mais dans la simplicité, la petitesse. Il s’écarte de tout ce qui, sous le prétexte de l’embellir, vient surcharger, travestir, solidifier la spontanéité du vivant. Le haïku tente de capter la vie au plus près de son jaillissement. Par le contact avec la nature qui est son principe, il est avant tout une poésie de la sensation ». Un très bon exercice de dépouillement, de simplicité.

« Par cette disposition de l’âme qu’il réclame, cette écoute de la nature et des rythmes cosmiques à laquelle il convie, le haïku est tout à la fois l’instrument, le signe, la trace d’une expérience humaine vécue dans la vérité ».

Pour se résumer, « le haïku est un exercice spirituel, une manière de vivre et de mourir. Il indique une certaine attitude à l’égard du monde . Il est une école et un chemin. Il est une voie. Une voie vers la beauté. »

                                                             .                                                      Le livre l'art du Haïku                     

  Ce livre est juste un excellent point de départ à la découverte de l’univers passionnant des haïkus.

feuille verte sur pile de livres

A regarder également ce film court sur l’écriture du haïkus…

« Trouver du réconfort dans la création »: Le dernier vlog de Laétitia Miéral (Merveilles en papier) à savourer sans attendre…

21.2.2020Abonnée au blog de Laétitia Miéral, artiste et magicienne du papier, et créatrice de « Merveilles en papier », je reçois régulièrement ses vlogs et c’est à chaque fois pour moi un véritable moment de délice et d’émerveillement. La suivre, l’écouter me parler de ses découvertes, de ses créations, me fait beaucoup de bien, et ces moments qu’elle partage avec ses abonnés sont à chaque fois une source d’inspiration et un moment de plaisir délicat (ma madeleine de Proust à moi!…). J’ai reçu il y a quelques jours ce petit vlog intitulé « Finding confort and joy in creating », dans lequel elle explique, de manière très poétique, les bienfaits de la création artistique sur son état d’esprit, son humeur et sur son bien-être psychologique. Encore une fois, le film est en anglais, mais sincèrement, même en ne captant que partiellement ce qu’elle dit, vous n’aurez pas de mal à comprendre le propos; et de plus, la vidéo est esthétiquement très réussie..

.A voir ABSOLUMENT… (en cliquant ici)

Vous pouvez également aller voir son magnifique site et toutes ses vidéos.Elles sont toutes extrêmement agréables à regarder. Vous y découvrirez son univers de contes de fées,  ses magnifiques créations de papier, ainsi que le détail de ses ateliers en ligne. Je vous promets un moment de rêve et d’évasion. Et surtout, SURTOUT!… N’hésitez pas à vous abonner à sa newsletter et à sa chaine You Tube…  C’est la promesse de recevoir régulièrement des nouvelles d’un monde magique et enchanté!..Par les temps qui courent, ça ne se refuse pas!…Merveilles en papier (lien)

« S’émerveiller »… Un court-métrage de Simon Maurissen, primé au festival « Nature » de Namur en 2017 .

Aujourd’hui, j’aimerais vous faire partager ce petit cadeau matinal… En vous proposant un réveil en douceur avec

ce film primé au festival de Namur… « S’émerveiller ».   Bonne journée à vous…

pexels-luizclas-556669

La beauté des flocons de neige…

Vous savez déjà, sans doute, que les flocons de neige sont tous différents les uns des autres. Et leurs magnifiques motifs sont tous uniques. En fait, j’ai entendu dire l’autre jour dans un de ces films de Noël qui passent en boucle à la télévision en ces périodes de fêtes, que c’est au moment où les flocons de neige tombent en tourbillonnant jusqu’au sol, que se forment les petits cristaux de glace qui donnent à chaque flocon de neige son motif et sa beauté absolument unique. Et que la constitution des flocons de neige pouvait être interprétée comme une belle métaphore de la nature humaine. En effet, chacun de nous traverse la vie en tourbillonnant, d’une expérience à l’autre. Et chacune de ces expériences qui constituent notre vie fait de nous ce que nous sommes, c’est-à-dire des personnes uniques, toutes différentes les unes des autres… Comme les flocons de neige.

Aussi, comme il neige ces jours-ci dans beaucoup de régions, j’ai eu envie d’écrire cet article sur la beauté féérique des flocons de neige. Pour vous donner envie d’aller marcher sur une couche de poudreuse blanche et ouatée, la bouche grande ouverte vers le ciel pour y goûter les flocons de neige virevoltants, qui viennent fondre sur votre langue, comme lorsque vous étiez enfant…

La plupart du temps, les flocons de neige ne sont pas de beaux cristaux solitaires de glace réguliers. En général, ce sont des agrégats assez complexes de cristaux, parfois recouverts de micro-gouttelettes glacées, qui tombent en abondance. La géométrie de ces formations fragiles est assez mal connue car il est difficile de les observer en plein vol avant qu’elles ne s’écrasent au sol, perdant ainsi une partie de leurs propriétés.
Des chercheurs de l’université de l’Utah ont donc mis au point, avec le partenariat financier de la Nasa et de l’armée américaine, un dispositif permettant de photographier les flocons pendant leur chute. Constitué de trois appareils à déclenchement ultra-rapide (1/40.000 s) et de capteurs de vitesse, il permet de saisir sur le vif des milliers de flocons en une seule nuit. Les trois appareils sont espacés de 36°, ce qui doit permettre de reconstituer des images en 3D.
(Source : Le Figaro).

L’Organisation météorologique mondiale a pu recenser ainsi sept catégories principales de cristaux de neige : plaquettes, étoiles, colonnes, aiguilles, dendrites, boutons de manchette, cristaux irréguliers, la septième regroupant trois autres formes de précipitation, la neige roulée, les granules de glace et la grêle. À l’intérieur de ces catégories, les formes, les poids, les volumes varient énormément. Mais quel que soit leur aspect, les flocons ont une caractéristique commune : ils ont tous une symétrie hexagonale. Ce qui reste un mystère.

pexels-photo-3690511

Encore une des merveilleuses énigmes de notre belle planète…Alors, si vous voyez la neige tomber, derrière la fenêtre, n’hésitez pas à mettre le nez dehors et à marcher sous les flocons qui tombent du ciel en virevoltant. Transformez les chutes de neige en fête!…

Et que dire de la beauté d’un champ recouvert de neige poudreuse sur laquelle personne n’a encore marché?… Une beauté éphémère à ne pas rater quand elle s’offre à nous…