« La création met l’homme debout ». Un livre jubilatoire et inspirant… Ecrit par Brigitte Sénéca.

appel_silence.jpg.ashxDe la même manière que le reportage sur Frédérique Lemarchand m’avait immédiatement donné envie de la rencontrer et de faire un stage avec elle, la lecture de ce livre me pousse aujourd’hui à espérer une rencontre prochaine avec cette femme tellement inspirante qu’est Brigitte Sénéca.

Artiste peintre, art-thérapeute, guide de méditation et philosophe, Brigitte Sénéca anime depuis plus de 40 ans des ateliers de création. Elle a fondé en Bourgogne ( près de Cluny), un « centre de création, de silence et de beauté », où elle dispense des formations d’art-thérapie, dans une école de « passeurs de vie », comme elle les nomme. Elle propose également des  retraites individuelles, dans lesquelles elle accompagne toutes les personnes désireuses de se retirer de l’agitation pour descendre dans leurs profondeurs, à l’aide de la création artistique, du silence, et de méditations marchées ou assises, dans la nature environnante… Et si vous allez voir cette courte vidéo (la beauté selon Brigitte Sénéca) , ou celle-ci (« L’appel du silence ») il est possible que cette aventure qui allie silence, création artistique et méditation en pleine nature, vous tente autant que moi…

Pour Brigitte Sénéca, la beauté nous entoure, elle est partout, y compris en nous. Elle nous invite à découvrir notre beauté intérieure, et à voir le sacré et la beauté en nous et chez tous les êtres vivants qui nous entourent. Grâce à la peinture, la contemplation et le silence… Il ne s’agit pas de religion. C’est juste une manière de regarder la vie. « Le sacré,  c’est rendre l’ordinaire extraordinaire ».

9782840585701-475x500-1

J’ai découvert son livre « la création met l’homme debout », un peu par hasard dans le rayon librairie d’une boutique d’arts créatifs..

 

J’ai choisi ces quelques extraits de son livre pour vous les faire partager:

-Je dis souvent en riant: » Je suis une bonne sœur en liberté et ma bible est infinie, car elle est beauté, et mon ordre est le vivant ».

-L’art est le langage de l’âme, cette part de sensible destinée à unir Matière et Esprit.

-L’art n’est pas un savoir. Il ne vient pas de la tête. Il vient du vivant. Je dis cela pour rappeler notre réelle condition d’être humain: nous sommes nés pour écrire, danser, peindre, chanter, aimer, chercher, rendre grâce et participer à l’éveil de l’univers.

– Le monde est d’une beauté à couper le souffle.[…] Regardez l’étincelante beauté du monde…

– J’ai naturellement goûté le vent, le sel de l’océan, la merveille du vivant. Humblement, je n’ai eu besoin de personne pour capter la beauté des choses. Cela m’a été donné.

– Peindre me réconcilie avec la vie. Quelque chose de profond qui me dit combien la vie est belle autour de moi et en moi.

Le rôle de l’art est de nourrir l’âme, de l’éveiller, de la faire respirer ample, large, de chanter et de danser la joie de vivre.

– Nous oublions trop souvent que nous voguons en plein espace, en plein ciel, qu’une boule bleue aux chairs infinies nous porte, et que la lumière nous cherche, et que tout cela, c’est tout sauf… ordinaire. Redécouvrir cette réalité, chaque jour, suffit à rire, à aimer, à ouvrir les yeux comme les enfants les ouvrent, et à avoir soif d’innocence, d’intensité, de légèreté. Chaque instant « ordinaire » peut se vivre, dans le secret du cœur, de façon « extraordinaire ».

Franchement?… Une femme qui écrit ce genre de chose? Cela ne vous donne pas envie de la rencontrer?

le lien pour vous renseigner sur ce lieu:

Centre de Création de Silence et de beauté

 

Stage « art et spiritualité » à Vezelay. Rencontre avec Frédérique Lemarchand

Stage « art et spiritualité » à Vezelay. Rencontre avec Frédérique Lemarchand

Pour comprendre mon envie de suivre ce stage et de rencontrer Frédérique Lemarchand, je vous propose de visionner d’abord cette interview qui permet de découvrir cette jeune femme incandescente et son parcours de vie à la fois bouleversant et miraculeux. S’en remettant avec confiance à celui qu’elle appelle « le grand semeur de destinée », elle y raconte son étrange parcours avec force,  simplicité, et même, quelquefois, avec beaucoup d’humour…Visionnez les 20 minutes de ce témoignage (c’est vraiment important!… Vous allez voir: ça décoiffe!…), et seulement ensuite…revenez à cet article…

En cherchant davantage de renseignements sur Frédérique Lemarchand, j’ai donc trouvé un article annonçant ce stage « art et spiritualité » organisé par le forum 104, animé par Frédérique elle-même, à Vezelay,  du 13 au 15 Décembre.

Pour moi, la création artistique est une activité à la fois sensorielle et spirituelle. Particulièrement impressionnée par ce témoignage et par la personnalité de Frédérique Lemarchand, j’ai donc été tout naturellement très attirée par l’idée de m’inscrire à ce stage mêlant peinture et spiritualité. Une de mes meilleures idées récentes!..

Pas facile de décrire fidèlement le ressenti intime de mon expérience… Il est des rencontres qui vous font faire des bonds en avant dans votre évolution spirituelle, des personnes qui savent ouvrir des portes de lumière sur votre chemin, et nourrir votre âme avec les choses dont elle a besoin, juste au bon moment… Frédérique est une de ces personnes.

Photo de Frédérique Lemarchand, extraite de son site

 

Lumineuse, donc… Courageuse, rescapée étincelante, touchée par la grâce, intense, voire incandescente, lorsqu’elle parle de son Dieu solaire, revivifiante, et apaisante en même temps, une âme belle, constituée d’or et de diamant pur… Incarnation bouleversante …

Difficile d’expliquer concrètement ce que Frédérique Lemarchand est capable de vous apporter en deux petits jours… Tout simplement, parce que c’est une expérience personnelle qu’il faut vivre soi-même pour en saisir toute la richesse et la portée spirituelle. En fait, je crois que ce qui m’a touchée, c’est qu’elle parle de « Dieu » comme j’ai toujours eu envie qu’on m’en parle… Loin des dogmes, des systèmes et des doctrines religieuses. Elle, parle d’Amour, de confiance, de gratitude.

Le stage a débuté par une découverte de la calligraphie hébraïque. Le but premier de mon inscription étant surtout de rencontrer Frédérique elle-même, de découvrir son art et sa façon de le pratiquer, j’abordais donc ce chapitre un peu dubitative… Mais avec curiosité et confiance quand même, me disant que cela devait faire partie d’un cheminement nécessaire à la compréhension de la suite du stage. Parce qu’elle est née des textes sacrés, la  calligraphie est un art sacré. Complètement novice en la matière, j’ai découvert l’utilisation du Calame, l’outil  avec lequel on trace les lettres, dans le souffle de la respiration. Toute une philosophie se cache derrière chaque trait. D’après les maîtres de la calligraphie hébraïque, la pratique est intéressante parce qu’elle est « révélatrice de la façon dont nous mettons en œuvre ou non les forces de vie en nous ». Frédérique considère que c’est la connaissance des lettres hébraïques, auxquelles elle a été initiée par Annick De Souzenelle, qui lui a permis de retrouver « le vivant du verbe », et l’a ressuscitée à la vie. C’est une force de vie qu’elle a aujourd’hui envie de transmettre aux autres.

Mais je ne cache pas que le meilleur moment du stage pour moi, a été le spectacle de peinture en direct, offert par Frédérique en communion avec l’improvisation musicale du jeune musicien qui l’accompagnait, Albin. Au début, elle est assise dans la pénombre, en méditation devant une grande toile blanche. Elle se lève, un pinceau dans chaque main (une main pour le feu, l’autre pour l’eau). Puis doucement, elle commence. Il s’agit de faire entrer en résonance les particules de peinture, avec la texture sonore de la musique,  dans une sorte de danse amoureuse, dans laquelle elle entraine nos âmes avec la sienne. En peignant, Frédérique entre dans une forme de prière, calant sa respiration au geste.

maxresdefault

Et le lendemain, ce fut notre tour de nous livrer à l’expérience… Première tentative de descente dans les profondeurs de l’âme… Ce n’est pas rien. « Il faut accepter de se perdre, de se mettre face à nos peurs pour mieux se trouver ». Ce qui compte, ce n’est pas le résultat qui est sur la toile à la fin… Le résultat est bien ailleurs… Ce qui compte, c’est  » la manifestation de la lumière en nous ».

Il m’en reste… L’envie de renouveler l’exercice, sur une toile encore plus grande… Et d’aller encore plus loin.

All-focus

Deuxième descente…

Frédérique Lemarchand ajoute l’écriture à sa vie. Elle a écrit « Le cantique du cœur », un livre dans lequel elle raconte son chemin de vie avec un style très personnel. Je vous en ai choisi quelques extraits qui me touchent particulièrement:

– » Je comprend vite que la création est mon langage le plus élevé. Créer est mon verbe. Peindre répond à tout mon désir d’aimer. Un amour qui aime sans se lasser d’aimer ».

– » Je traverse ma vie comme mon œuvre, les bras grands ouverts »

– » Je peux déconcerter les religieux comme les agnostiques et les athées, prisonniers de leurs certitudes au sujet du feu sacré qu’ils n’ont, pour la plupart jamais touché »

– » En peignant j’y retrouve ma folie d’amour. J’aime ce qui est libre, ce qui respire, vibre et rayonne ».

Des mots qui résonnent en moi. J’aime son vocabulaire inhabituel… Les fulgurances de son style…

Enfin, même si le village de Vézelay lui-même n’est pas le sujet principal de cet article, je vous conseille de le visiter. La basilique Sainte Madeleine, haut-lieu de la spiritualité, est une merveille architecturale qui vaut le détour… (J’avais déjà écris sur ce blog un article sur Vézelay en 2018). La saison hivernale, permet de profiter pleinement de la paix offerte par  » la colline éternelle »… C’est ce que j’ai fait dès mon arrivée sur place. Seule, dans l’immense basilique, vaisseau de pierre blanche et de lumière, avec pour seul compagnon le bruit du vent contre les murs.

Et comme « regarder ne suffit pas pour voir »(comme il est indiqué sur leur brochure), si vous voulez vraiment entrer dans cet univers d’harmonie et comprendre ses lois, je vous conseille, comme nous l’avons fait au début du stage, de commencer votre visite par une halte à « La maison des visiteurs ». Des guides très compétents vous feront découvrir le savoir-faire des artisans et des moines bâtisseurs de l’époque, et comment ils  « dialoguaient » avec le soleil. Avec une maquette restituant la course du soleil sur la basilique au solstice d’été et au solstice d’hiver, ils vous feront comprendre l’approche symbolique de la lumière dans la conception de la Basilique. Et pourquoi on peut dire qu’elle contient véritablement l’univers… L’homme fait partie de l’univers; il vit en symbiose avec lui.

Ils vous aideront aussi à décrypter les messages intemporels des images sculptées en haut des chapiteaux. Car la construction entière de la Basilique est une métaphore de la rencontre de l’homme avec la lumière. Elle nous porte le message que, même au cœur des ténèbres, la lumière peut toujours briller pour chacun de nous.

Ci-dessous, la maison Saint Bernard, la belle demeure de caractère dans laquelle nous étions accueillis pour la durée du séjour.

Enfin, voici un lien vers le site de Frédérique Lemarchand… Si l’aventure de ce stage vous tente… Vous y trouverez, au chapitre Actualités, toutes les dates de stages prévus un peu partout en France, ainsi que des reportages filmés passionnants sur Frédérique, des explications sur ses spectacles de peinture en direct et une galerie de photos de ses œuvres.

Pour terminer, je vous fait partager ce que je retiens de cette première rencontre avec Frédérique:

-« Cette incarnation est notre trésor… »

– » Les épreuves ne nous sont pas données pour nous écraser ou nous punir, mais comme force d’apprentissage. »

– » Il faut choisir de consentir à ce qui s’offre à nous… Ne pas résister à son destin, mais plutôt s’ouvrir à toute expérience qu’il nous est donné de vivre. »

 

 

 

 

 

 

 

« Comme par magie »… Un livre de Elizabeth Gilbert qui nous invite à découvrir les trésors cachés qui sommeillent en chacun de nous.

Elizabeth Gilbert est une ancienne journaliste américaine. Elle a acquit une notoriété internationale avec son roman autobiographique « Mange, prie, aime » adapté au cinéma avec succès en 2010.

1274653448Dans son livre « Comme par magie », elle nous fait partager sa sagesse et son point de vue unique sur un sujet qui me tient à cœur: la créativité. Elizabeth Gilbert est convaincue que nous sommes tous les « dépositaires vivants de trésors enfouis, de pépites singulières », que l’univers enfouit profondément en chacun de nous, attendant de voir si nous seront capables de les découvrir par nous-mêmes. Selon elle, le courage de se lancer dans cette quête de nos pépites est ce qui distingue une vie banale d’une existence créative et enchantée…

Lorsqu’elle parle d’existence créative, elle ne veut pas nécessairement dire qu’il faut mener une vie exclusivement consacrée à l’art. Elle parle de mener, d’une manière plus générale, une vie gouvernée davantage par la curiosité que par la peur, et ce, dans tous les aspects de nos vies, quelles que soient nos activités, nos passions. Lire la suite

Le sage dans le coeur: Un stage de « Journal créatif » animé par Anne-marie Jobin, au coeur de l’Ardèche.

En cette fin de Juin caniculaire, je me suis rendue aux « jardins intérieurs », une calme résidence au bord de l’Ardèche, tout près de Aubenas, pour suivre ce stage de journal créatif, animé par la créatrice de l’école Le jet d’Ancre  au Québec: Anne-Marie Jobin

Plus habituée à la pratique du « Art journaling » (ou journal d’artiste), et à la tenue de carnets créatifs, de carnets de voyages, etc…, dont le but est de créer des pages visuellement esthétiques et artistiques, j’étais justement curieuse de tester moi-même la différence entre les deux pratiques.

51yw-jlZltL._SX258_BO1,204,203,200_

Le nouveau journal créatif de Anne-Marie Jobinntrer une légende

« Le journal créatif est un outil d’exploration de soi qui allie avec originalité les techniques de l’écriture créative, du dessin et du collage. »* Jusque là, je ne voyais donc pas trop de différence avec les pratiques que je connaissais.Voici d’ailleurs (ici) un lien vers la page d’accueil de l’école « le jet d’Ancre », pour vous permettre de mieux appréhender en quoi consiste précisément le journal créatif…(avec notamment la présentation du livre d’Anne-Marie, « le nouveau journal créatif », aux éditions Le Jour).

Mais au fil de ce stage vraiment intéressant et riche en émotions de toutes sortes, au sein d’un groupe de femmes très différentes mais toutes bienveillantes, j’ai peu à peu identifié la différence essentielle: le journal créatif PEUT être artistique, mais pas nécessairement. J’ai également trouvé que la partie introspection prenait davantage de place que la recherche de l’esthétique. Donc, une méthode sans doute plus « thérapeutique » qu’artistique.

Pour Anne-Marie Jobin, « l’approche spontanée est l’approche de base du journal créatif. Pour que les effets bénéfiques de la pratique du journal créatif se fassent sentir, il est essentiel de travailler de façon libre et dégagée, sans jugement sur ce qui apparait sur la page. Plus votre expression sera spontanée, plus le matériel inconscient, intuitif et imaginaire aura de chance d’émerger et de révéler ses mystères et de vous guider dans votre vie »*. Il ne faut donc pas juger ce qui émerge de vos pages, mais accueillir ses créations avec curiosité et ouverture. C’est aussi une autre différence avec le journal d’artiste. Le journal créatif n’est pas destiné à être montré. C’est un outil personnel; on peut choisir de ne jamais le montrer. Et cette différence permet sans doute une plus grande liberté d’expression.

« Savoir jouer est l’un des ingrédients essentiels de l’approche spontanée. Faire les choses de manière inhabituelles, se mettre dans la peau de l’enfant créateur ou du fou, faire des collages surréalistes et utiliser sa main non dominante… et surtout, surtout, ne pas se prendre au sérieux »*.

C’est pourquoi la méthode d’Anne-Marie Jobin se base sur de nombreux exercices ludiques d’écriture, de collage et de dessin, qu’elle propose dans ses stages mais aussi dans son livre « le Nouveau journal créatif », qui est vraiment l’ouvrage indispensable pour découvrir cette pratique et ses bienfaits. Tout y est parfaitement expliqué, argumenté. C’est un livre passionnant auquel on peut se référer encore et encore, même si d’autres livres ont suivi celui-ci, c’est l’ouvrage de référence de toute la méthode du journal créatif.  cette vidéo d’Anne-Marie Jobin (sur you tube) vous permettra d’avoir une présentation plus vivante…

Voici deux extraits du livre qui me touchent particulièrement:

-« Donnez-vous du temps en solitaire. Prenez soin de vous et entourez-vous de gens qui sont bons pour vous. C’est votre façon de vous donner eau et lumière, de prendre soin de la vie qui vous est prêtée »* (J’adore cette phrase d’Anne-Marie!)

-« Le simple fait d’utiliser l’art de façon spontanée stimulera votre énergie de vie […]. Rappelez-vous que la créativité est un processus naturel qui est un lien direct avec votre vitalité. Savoir jouer, travailler spontanément et accueillir ce qui vient sans jugement sont les 3 éléments essentiels à la pratique du « journal créatif »*. (Tout est résumé dans cette phrase, non?)

J’ai surtout été ravie de rencontrer Anne-Marie Jobin, que je rêvais de rencontrer depuis l’achat de son tout premier livre dans une librairie de Montréal, il y a presque 20 ans et grâce auquel j’ai découvert avec curiosité et enthousiasme les débuts de cette pratique. Je n’ai pas été déçue par cette rencontre. Une adorable personne, simple, attachante, extrêmement bienveillante, patiente et tellement compétente…

Je suis déjà impatiente de la retrouver pour un autre stage…

*extraits tirés du livre de Anne-Marie Jobin: « Le nouveau journal créatif » aux éditions Le Jour.

 

 

Salon Créations et savoir-faire en Mars 2019: rencontre avec Ina Georgeta Statescu, artiste brodeuse…

Le salon « créations et savoir-faire » de Paris, est toujours une véritable fête pour toutes les personnes créatives, qui y viennent découvrir toutes sortes de nouvelles techniques, de nouveaux produits et faire le plein de bonnes idées inspirantes…

J’y ai trouvé des choses vraiment intéressantes, notamment les tissus absolument uniques et magnifiques de la petite boutique d’odile bailloeul , créatrice de textiles imprimés auxquels je ne peux jamais résister…

Cette année, j’ai été particulièrement séduite par les artistes qui étaient exposés dans le cadre le l’exposition d’art textile. Il y avait notamment « le Patch », un immense patchwork collaboratif et intergénérationnel constitué de 1300 pièces de 20cmx20cm , une création magnifique par sa taille, par sa variété culturelle et ses couleurs. Une belle oeuvre collective…

 

°°°

… Mais j’ai surtout découvert les travaux magnifiques de Ina Georgeta Statescu, une artiste passionnée depuis sa plus tendre enfance par les tissus chatoyants , les fils colorés, les belles broderies  fines. Un petit tour sur le site de Ina vous renseignera sur son parcours et vous permettra de voir quelques photos de ses œuvres merveilleuses et toujours très poétiques. Sa maîtrise de la broderie, de l’appliqué et autres techniques textiles,  lui permettent de créer des paysages peuplés d’arbres, d’oiseaux, d’insectes, de fleurs et de fruits, tout en transparence et dans des couleurs lumineuses. Vous trouverez également sur son site une liste de ses expositions à venir dans toute la France. A ne pas rater***…

 

Les stages de Catherine Mazarguil à l’atelier du Laurier Rouge

Je suis actuellemement en formation à l’atelier du Laurier rouge. (Aller voir le très beau site de l’atelier en cliquant sur cette image:)

J’ai découvert un jour ce site en surfant sur Internet à la recherche d’un endroit où effectuer un stage pour stimuler ma créativité artistique, si possible à la campagne, pour bénéficier en même temps des bienfaits du contact avec la nature…

Le site de l’atelier du Laurier Rouge est très bien fait et les stages y sont très attirants. Les journées sont ponctuées de séances de Yoga Nidra et je voulais justement découvrir le Yoga depuis longtemps. Je n’ai donc pas hésité longtemps à m’inscrire…

Mon premier stage était intitulé « Collage et auto-louange ». Un titre intriguant pour la novice que j’étais. Je savais juste que j’aimais utiliser les collages dans mes créations.

Je n’ai pas été déçue…

Il est difficile de faire partager son vécu de ces stages originaux et uniques en leur genre. C’est vraiment une expérience qu’il faut vivre par soi-même pour se rendre compte. La démarche de l’inscription doit être personnelle (même si je vous conseille vivement d’essayer!…), mais il est indéniable que ces moments apportent à chaque fois des découvertes différentes et des enseignements toujours extrêmement enrichissants. L’atelier est magnifique, grand et lumineux. On y rencontre très souvent de belles personnes qui deviennent vite des fidèles de ces « retraites créatives et spirituelles ». Je suis personnellement convaincue que la création artistique est une activité spirituelle. J’ai donc trouvé en ce lieu unique un enseignement d’une grande richesse à tous points de vue.. Catherine Mazarguil nous fait part de ses connaissances techniques, de ses convictions spirituelles mais en nous incitant toujours à faire l’expérience des choses par nous mêmes, et à partir à la découverte de ce qui fonctionne  pour chacun d’entre nous, personnellement.

Depuis, je me suis inscrite à son module de formation « techniques d’animation » en suivant les 5 stages requis: « Le livre de mes rêves » (créations dans un format que j’affectionne particulièrement, plus proche du cahier d’artiste), « La puissance des couleurs », « Auto-portrait de mon âme »(un de mes préférés), et « Mandala et relaxation ».

On peut aller jusqu’à dire que ces stages sont addictifs…  Car dans ce lieu très particulier et plein de bonnes ondes qu’a su créer Catherine Mazarguil,  je sais d’avance que je vais à chaque fois vivre des moments magiques et bienfaisants. En immersion totale au sein d’une nature environnante magnifique.

Pinterest: Une source d’inspirations visuelles inépuisable pour les âmes d’artistes

Connaissez-vous Pinterest?  J’imagine  que votre réponse est oui, bien-sûr… Si cependant, ce n’était pas le cas, cliquez sur ce lien ( mes sources d’inspiration sur Pinterest) . Vous arriverez directement sur mon tableau personnel « mes sources d’inspiration » sur Pinterest.

Victor Nizovtsev

Un de mes tableaux préférés de Victor Nizotzev

 Ensuite, à partir de là, vous pourrez naviguer sur d’autres tableaux, au gré de vos envies, de vos gouts personnels pour découvrir des images extraordinaires venant du monde entier et sur tous les thèmes possibles et imaginables. C’est une promenade esthétique qui peut vous entrainer dans des univers extraordinaires avec la possibilité, par l’intermédiaire des images, de trouver toujours plus de nouveaux sites à explorer.
C’est un peu l’équivalent visuel de ce qu’est Youtube pour les oreilles… Vous pouvez surfer des heures dans l’univers du merveilleux et du fantastique… Bon voyage…

présentation officielle de mon lapin d’Alice…

Une petite photo en avant-première de mon lapin blanc d’Alice au pays des merveilles… un peu chevelu… Mais tellement mignon, non?

Dans le cadre de mes cours de mixed-media à l’académie Cultura de Sainte Geneviève des Bois, Patricia, notre artiste-animatrice nous a proposé, pour l’exposition de fin d’année, de nous lancer dans des créations variées sur le thème des contes de fées? Mais  TOUT DOIT ETRE EN PAPIER. (le corps, les vêtements, les accessoires… et même les poils!)… Lire la suite