Lumières d’automne sur la Côte de Granit Rose.

Lumières d’automne sur la Côte de Granit Rose.

Même si, lorsque je l’ai quitté, mon métier d’hôtesse de l’air et le mode de vie qui allait avec, m’ont beaucoup manqués, le temps de la désorientation est bel et bien derrière moi, et aujourd’hui, j’apprécie énormément ce temps ralenti et cette liberté qui me sont offerts pour découvrir les splendeurs de notre doux pays de France, tranquillement, en prenant le temps de me poser, partout où je vais… Prendre le temps de respirer l’odeur des arbres, de la mer, des champs et des bois… Sentir le bien que cela fait d’entrer en communion avec les éléments naturels… Regarder, dessiner… Lire, bien-sûr, et rêver…Observer les comportement des animaux qui m’entourent (humains compris, quelquefois!).

Juste être là, au coeur de la nature, dans toute sa beauté, même simple… Je remercie le ciel chaque jour de m’offrir cette chance de pouvoir le faire…

Voici donc mes coups de cœur de ce mois de Novembre, passés sur la Côte de Granit Rose, à Beg Leguer, à côté de Trebeurden… Au calme, face à la mer…

Tredrez-Locquemeau et le Domaine du Dourven

Mon plus gros coup de cœur… Au bout de la Pointe du Dourven, on entre dans ce magnifique Domaine par une grille en fer forgé grande ouverte sur un parc planté d’arbres anciens, élancés et majestueux, juste au dessus de la mer. Somptueux…

Se trouvent là, deux des choses que j’aime le plus dans la nature: la mer et des arbres magnifiques. Ce très bel endroit se situe sur les hauteurs de Trédrez-Locquemeau, un joli village de pêcheurs, plein de charme. J’ai adoré l’atmosphère de ce lieu. A ne pas rater… Pour se ressourcer…

All-focus

All-focus
les allées paisibles du Domaine du Dourven
All-focus
La petite plage de Kirio, juste sous le flanc Est du Domaine du Dourven.
All-focus
N’est-ce pas là un endroit idyllique?

Ma vision du lieu…

All-focus

All-focus

Après le ressourcement dans le Domaine de Dourven, j’aimais descendre faire un tour jusqu’au petit port de Locquemeau. Dans un coin abrité de la digue, juste à côté d’une boutique d’antiquités à la façade magnifiquement décorée, on trouve sur les galets des quantités incroyables de coquilles Saint-Jacques vides, que le courant dépose et empile, là… Un paradis pour les amoureux de jolis coquillages… En vrai… (A mon avis)… Un cadeau discret de quelque sirène!…

All-focus
Un trésor précieux…
All-focus
Tous plus beaux les uns que les autres… La beauté des coquillages a toujours été une source d’émerveillement pour moi…Et d’inspiration…

Et juste à l’ouest de Locquemeau, les falaises de Tredrez… A faire à pied, bien-sûr.

All-focus

La Côte de granit Rose

… Même s’il faut vraiment éviter Ploumanach, Trégastel et Perros-Guirec en pleine saison! (beaucoup trop de monde!)… A l’automne, il faut reconnaitre que ce coin de Bretagne est une splendeur!….

La lumière d’automne rehausse le ton rose et ocre du granit, donnant cette couleur si douce aux énormes rochers battus par les marées depuis des siècles…Le contraste avec le bleu profond de la mer laisse toujours un souvenir unique…

All-focus
Ploumanach
All-focus
La côte de granit Rose vers Port-Blanc

All-focus

All-focus

Trebeurden- L’ile Millau-La pointe de Bihit- Le château de Ker Nelly et le quartier de Lan Kerelen

J’ai bien aimé mes balades à Trebeurden. Il y a d’abord Le bourg lui-même qui est très agréable. L’Ile Millau est un lieu sauvage et préservé, juste en face de la plage et du port. On ne peut y accéder qu’à marée basse, et seulement pour deux heures environs, avant que le passage ne se referme sur le lieu… Magnifique balade. On se sent au bout du monde, tranquille et loin de la « civilisation »…

L’entrée de L’Ile Millau…

All-focus

Et une fois au sommet de l’Ile…

A Trebeurden même, tout le quartier de Lan Kerellec est particulièrement agréable, avec ses jolies maisons de granit pleines de charme (on peut plutôt parler ici de manoirs)… Et puis il y a le remarquable château de Ker Nelly, qui a forcément titillé mon imaginaire…

La pointe du château (Plougrescant):

Un lieu assez sauvage et plutôt bien préservé, propice à de très belles balades à pied.

All-focus

All-focus

Une mention particulière aussi pour Le Sillon de Talbert, au dessus de Tréguier et pour la ville de Tréguier elle-même, qui a su garder tout le charme de la vieille ville…

La Presqu’île Renote à Trégastel, magnifique lieu de promenade.

Port-Blanc et Pors Scarf, avec ses rochers déchiquetés impressionnants.

Le château de Tonquédec, château féodal édifié au dessus de la rivière… Au milieu des bois parés des couleurs dorées de l’automne. Une belle atmosphère.

Les lumières d’automne sur la côte de granit rose.

Comme j’aime souvent le rappeler, je trouve que les lumières d’automne sont belles, claires et contrastées. Les couleurs explosent. Et même s’il fait gris ou s’il pleut, en bord de mer, les changements de couleurs et de tons sont fascinants, allant du gris, à l’anthracite, en passant par le mauve, le violet, le marine…Un festival pour les amoureux de couleurs et de lumières, les peintres et les photographes…

All-focus

All-focus

J’ai pris des centaines de photos comme celles-ci, qui inspireront mes exercices d’aquarelle et de peinture pour toute la durée de l’hiver qui arrive!… Et quel bol d’air on prend quand on arpente le sentier des douaniers, qui borde toute la côte!… Un bonheur dont j’ai profité chaque jour, sans exception!…(même par temps de pluie. Un tonifiant inégalable!)

Et puis je vous propose d’aller voir cette vidéo sur ma chaine Youtube… Un petit exercice créatif que j’aime de plus en plus… avec toute la modestie qui s’impose…

Contempler l’arrivée de l’automne au cœur du Perche.

Cette année, j’ai décidé de vivre l’arrivée de l’automne dans le Parc naturel régional du Perche.

All-focus

Entre paysages champêtres, forêts, bocages et douces collines, le Perche est une destination parfaite pour les amoureux de la vie à la campagne. Un mois d’Octobre entier, à marcher dans les magnifiques forêts du Perche, de Réno-Valdieu, de Bellême ou de la Trappe, mais aussi à découvrir de ravissants manoirs en pierre blonde, et des fermes cossues entourées de prairies où paissent plein de vaches et de chevaux. Comblée!..

Et Voici les choses merveilleuses qui m’ont inspirée…

Les forêts du Perche:

Elles s’appellent « Forêt du Perche et de la Trappe », « Forêt de Bellême », de « Senonches », de « Réno-Valdieu » ou de « Perseigne »… Autrefois, elles ne formaient qu’une seule forêt immense, la Silva Pertica. Le côté féerique de ces forêts vient sans doute du fait qu’elles sont encore très riches d’essences ancestrales, des feuillus séculaires, (beaucoup de vieux chênes notamment), qui leur confèrent une beauté particulière à l’arrivée de l’automne, lorsque les feuilles se teintent d’or, de jaune, d’ocre et de roux. (Ceci dit, cette année, avec un mois d’octobre aussi doux qu’un mois d’été, les arbres ont mis bien longtemps a adopter leurs couleurs automnales et les arbres sont aujourd’hui encore bien verts!…)

All-focus

A l’orée de la forêt de la Trappe

All-focus

Les forêts du Perche sont humides et les nombreux étangs qui s’y cachent sont autant de miroirs où se réfléchissent les reflets flamboyants de la saison…

All-focus
Étang de La Herse, forêt de Bellême

All-focus

Les arbres classés « arbres remarquables » sont nombreux dans la région…

All-focus
Le chêne de La Lambonnière a plus de cinq siècles et mesure 7,50 mètre de circonférence…Et il est dans une forme époustouflante!.. Il est dans un lieu assez isolé et un petit banc a été installé en dessous, offrant la possibilité de longs moments de communion, de méditation… ou juste de poésie…

Et dans les sous-bois moussus, le mois d’Octobre, c’est la fête des champignons!…  Même si ceux-là ne sont pas comestibles, ils sont tellement jolis à peindre!…

PART_1665048750534

Deuxième source de joie pour moi:

Les chevaux et notamment les Percherons, symboles vivants du Perche:

Quel bonheur de juste passer un moment en leur compagnie. Et je ne m’en suis pas privée!… Nous avons eu de longs échanges plein de tendresse… qui m’ont inspirés quelques mots:

« Un grand percheron a doucement approché ses naseaux de mon cou. Il me respire prudemment… Je sens la chaleur de son souffle contre ma peau. Je respire son odeur chaude de cheval. Je pose ma main sur sa joue… Instants suspendus… Nous nous regardons. C’est comme si nos âmes fusionnaient pour tout apprendre l’une de l’autre, sans le filtre des mots. Humblement. Et oui, j’ose le dire: avec Amour… »

IMG-20220930-WA0005
Rien qu’une larme d’émotion? Pour un câlin…
All-focus
« Vous comprenez, ma prairie n’est pas assez grande, et l’herbe est toujours plus verte à côté!… »

Une autre belle découverte: Le Château des rêves (La Ferté-Fresnel)

Un lieu merveilleux comme je les aime…. Ce château et ce Domaine, magnifiquement mis en valeur, sur le thème des contes de fées et des rêves…

All-focus

La statue d’un cerf, figé pour l’éternité devant Le Château des rêves

Après une histoire riche en rebondissements, le château est aujourd’hui la propriété de Laurence et Bernard Chapelle, exploitants du renommé vignoble bourguignon du Clos Bellefond. C’est eux qui ont baptisé cette prestigieuse demeure  » Le Château des Rêves » (cliquez sur ce lien vers le site très réussi du château des rêves; puis à gauche, cliquez sur « menu » pour visiter tous les chapitres de présentation). Ils en ont fait un lieu féérique et ouvert, qui m’a particulièrement touchée et dans lequel se déroulent des événements et des rencontres thématiques assez extraordinaires.

A cette période de l’année, l’intérieur du château est entièrement redécoré pour les festivités de Halloween. La visite se transforme en une découverte fabuleuse de « L’univers des sorcières ». Une mise en scène somptueuse, dans la pénombre, à peine éclairée par des chandeliers… La véritable entrée du château, avec son grand escalier magnifique, est encombré pour l’occasion de branchages et de toiles d’araignées… On y découvre des chaudrons bouillonnants dans lesquelles la sorcière fait mijoter ses potions magiques à base de crottes de chauve-souris, d’œil de crapaud ou autres délices…, des balais portant des chandeliers qui dansent doucement entre les visiteurs… une atmosphère fantastique, mais qui reste raffinée et esthétiquement très réussie. Un peu sceptique au début, parce que je ne suis généralement pas très enthousiaste concernant les fêtes de Halloween, qui sont en général grossièrement et vulgairement traitées, j’avoue que là, j’ai été emportée dans l’univers sorcier du château des rêves. Les photos à l’intérieur n’étaient bien-sûr pas autorisées, mais j’aurais aimé pouvoir fixer dans ma mémoire toutes les idées créatives absolument fabuleuses que j’y ai vues. … Oui, FABULEUX! Vraiment. Je n’ai pas trouvé d’autre mot. Et puis il y a l’ensemble du domaine dans lequel il y a plein de belles idées également…Un château des rêves qui porte décidément très bien son nom!…

All-focus

All-focus

Mon amour du patrimoine français m’a fait également apprécier les très jolis manoirs de la région à l’histoire très riche…

All-focus

Château D’O

Et les maisons plus modestes sont souvent très jolies aussi, avec leur couleur blonde…

La Basilique Notre-Dame de Montligeon.

All-focus
histoire-montligeon

Adossée à la forêt de Réno-Valdieu, la Basilique de Montligeon est un édifice imposant de style néo-gothique, construit à la fin du XIX ème siècle à l’initiative de l’abbé Buguet, le curé du village de La Chapelle-Montligeon de l’époque. Sa taille et son implantation dans ce tout petit village de campagne lui a valu le surnom de « Cathédrale des champs ». Rien ne semble avoir changé depuis sa construction. Depuis 1884, la Basilique est devenue un haut-lieu de prière pour les défunts. Il se dégage quelque chose de cet édifice, Indéniablement… Il invite à la paix et au recueillement. On s’y sent bien, comme à l’abri de la folie de notre époque, protégé, peut-être… Au moins pour un instant… Les vitraux sont splendides et très colorés, projetant à toute heure du jour des reflets vifs sur les colonnes et les voûtes de pierre. L’impression de recueillement et de paix qui y règne est assez impressionnante.

All-focus

All-focus

Enfin, j’ai découvert ici un nouvel artiste :

Pierre-Yves Bonnot:

Ses œuvres, dont j’ai pu voir quelques exemples dans une exposition au château de Senonches, sont peintes à la gouache, rehaussée de crayons et sont toutes peintes sur des papiers anciens (atlas, cartes d’état-major, papiers peint, livres de remises de prix…) Et c’est ce qui fait le charme et le côté unique de ses créations.

Après avoir parcouru le monde pendant plusieurs années en tant qu’architecte d’intérieur, Pierre-Yves Bonnot a décidé de poser ses valises à la campagne, dans le Perche où il vit et travaille à présent. Il peut ainsi observer avec passion la nature environnante, sa source d’inspiration.

Vous pouvez voir d’autres de ses œuvres sur le site de l’artiste: (site Pierre-Yves Bonnot)

Et bien-sûr, encore et toujours, mes amours… Les vaches…

All-focus

All-focus

Je logeais dans un gîte dans le petit village de Saint-Ouen de Sècherouvre, dans un gîte lumineux et très calme avec de grandes baies vitrées sur la campagne environnante et tous les matins, dès que j’ouvrais les yeux, j’avais une vue directe sur les vaches qui broutaient dans les champs qui entouraient la maison. C’était vraiment apaisant de les voir vivre, tranquilles, dans ces vertes prairies…

Pour terminer, je vous propose de visionner ce petit film réalisé par mes soins, résumant les émotions choisies parmi toutes celles que j’ai vécues ici, durant mon séjour… (choix forcément personnel et subjectif…), En vous connectant sur You tube…Un automne dans le Perche

Et si vous le souhaitez,

Ce numéro du magazine « échappées belles » sur Le Perche.

L’Aveyron que j’aime

Je vous présente mon dernier petit montage posté sur ma chaine You tube. Dans la série « S’émerveiller… »: « L’Aveyron que j’aime » (cliquer sur l’image…)

Il ne s’agit pas d’une vidéo sur les sites incontournables en Aveyron. C’est au contraire un choix extrêmement personnel sur les choses et les créatures qui me touchent et m’accompagnent lorsque je séjourne dans cette magnifique région…

Aimer notre patrimoine culturel… Et apprendre des générations qui nous ont précédées…

Aimer notre patrimoine culturel… Et apprendre des générations qui nous ont précédées…

Je parle souvent, dans mes articles, de mon amour pour la Terre et de mon sentiment profond et fusionnel pour les éléments naturels. Le contact avec la Nature est un besoin vital pour moi. J’y trouve le calme indispensable à ma sérénité et c’est aussi une source inépuisable d’inspiration. Mais j’ai « aussi » beaucoup de respect et d’admiration pour certaines créations humaines et pour le travail des générations qui nous ont précédées.

Même s’il m’arrive (trop?) souvent de critiquer certains comportements humains qui me laissent dubitative, et si j’ai quelquefois bien du mal à comprendre l’état d’esprit de mes contemporains, et les préoccupations actuelles de mes compatriotes, il n’en reste pas moins que cet amour que je ressens pour la Nature, je le ressens aussi pour notre patrimoine culturel, auquel je suis viscéralement attachée. Certains humains trouvent grâce à mes yeux!…

Tant d’hommes (et de femmes!) remarquables ont vécus avant nous, se sont aimés, ont étudié, réfléchi avant nous et nous ont laissé le fruit de leur travail, de leurs idées, de leurs savoirs, de leurs découvertes et de leurs pensées (patrimoine matériel ou immatériel)… Dans leurs écrits, dans leurs constructions architecturales, dans leurs créations artistiques ou même artisanales. Il faut bien reconnaitre que toutes ces créations humaines sont tout de même fascinantes et méritent notre plus grand respect… Il est tellement dommage que nombre de nos contemporains confondent modernité et destruction systématique du passé. Nous avons beaucoup à y perdre…

Je pense notamment à tous ces magnifiques châteaux, qui constellent notre pays, construits par les artisans des siècles passés. Je pense à la beauté grandiose des cathédrales édifiées dans la plupart des villes de France, lieux uniques dans lesquels l’architecture entre en communion avec le sacré… Mais aussi à toutes ces petites églises qui trônent dans presque tous nos villages, même les plus modestes, construites parfois par les villageois eux-mêmes. Tant d’hommes y sont passés, avec leurs prières, leurs peines et leurs moments de bonheur aussi… Tant de choses de toutes ces vies, restent comme suspendues dans l’air, dans les édifices, dans les créations humaines…. Si on prend le temps de se poser pour y penser un peu… Des choses dont nous pouvons nous inspirer…

J’éprouve beaucoup de tendresse pour certains artistes, écrivains, ou philosophes de l’histoire, que je ne considère pas comme des entités lointaines, plus ou moins fictives et séparées de moi. Je ressens plutôt pour eux une sorte de proximité affectueuse, un intérêt sincère, comme celui que je pourrais ressentir pour un ancêtre dont je me sens proche, avec lequel j’aurais de vraies affinités, et dont j’aurais beaucoup à apprendre. Hommes célèbres, ou même anonymes…

Lorsque je visite un château, une cathédrale, ou un monument remarquable, je pense à ceux qui l’ont imaginé, à ceux qui ont participé à sa construction, ou à sa rénovation. Aux heures qu’ils y ont consacrées, aux rêves qu’ils ont échafaudés… Je suis alors en communion avec eux. Lorsque je regarde un tableau, je pense à l’artiste qui l’a réalisé, à sa vie, aux émotions qu’il a ressenties, à ce qu’il a voulu exprimer et nous transmettre. Lorsque je regarde un beau film, je pense au réalisateur, mais aussi à tous les gens qui ont participé au tournage, aux techniciens qui se sont appliqués dans leur travail pour que la lumière soit parfaite, aux costumières, au scénariste qui a écrit les répliques, à celui qui crée les décors, aux comédiens à qui il incombe de faire passer les émotions… Un travail d’équipe pour réaliser un film dont le but sera de toucher les spectateurs, présents et futurs… Les artistes du présent sont (comme l’a dit Julia Cameron) « assis sur les épaules » des artistes du passé. Nous créons tous à partir de ce qui a été créé avant nous. Je pense, par exemple que Tim Burton a dû sentir ce lien avec Lewis Caroll lorsqu’il a réalisé son film « Alice au pays des Merveilles »…

Et j’aime, aussi et surtout, ces grands auteurs dont les textes sont parvenus jusqu’à nous et dont la lecture me réjouit et me fait tant de bien. Mon esprit se nourrit de leurs pensées, de leur vécu, de leurs émotions, depuis que je sais lire. Ils m’inspirent chaque jour de ma vie. Je pense, en vrac, à Montaigne, George Sand, Colette, Jean D’Ormesson, Beatrix Potter, Lewis Caroll, Jules Verne, Jack London, Rousseau… et tant d’autres.

Tous, sont des êtres humains que j’aurais aimé rencontrer et côtoyer. (Et là, j’inclus les auteurs contemporains que j’aime, mais que je ne peux guère rencontrer…). Mais ce qui est magique, c’est que d’une certaine façon, lire les textes de ces auteurs qui me touchent particulièrement, est une manière de véritablement les rencontrer et de passer un moment en leur compagnie. Puisqu’ils nous ont dévoilé dans leurs œuvres un peu de leur âme… Lire les textes qu’ils ont écrits, c’est véritablement entrer en communion avec l’être humain qu’ils ont été…

Et cette sensation de connexion avec les générations passées, on peut l’expérimenter grâce à l’immense patrimoine qu’ils nous ont laissé.

Il est important de prendre conscience de cette richesse incroyable et de s’en nourrir quotidiennement avec respect, reconnaissance… Et humilité…

« Le chant des ondes »: exposition sur les sirènes, les nymphes et autres créatures aquatiques (imaginaires?)

Je viens de visionner le dernier vlog de Laetitia Miéral, cette magicienne du papier dont je vous ai déjà beaucoup parlé. Elle a participé à l’exposition « Le Chant des ondes », pour laquelle elle a fait deux créations de papier magnifiques « Mélusine », et « L’opéra baroque ».

Cette exposition itinérante a lieu au musée Benoît-De-Puydt, dans la petite ville de Bailleul, à une vingtaine de minutes de Lille, tout près de la frontière Belge. Si votre été vous amène dans cette région, et que vous êtes sensible à ces univers féeriques et poétiques, n’hésitez pas à faire un petit détour. L’entrée est gratuite. Les dates ont été déplacées par rapport aux dates initialement prévues, du fait de la crise sanitaire, et l’évènement se prolongera maintenant jusqu’en Janvier 2022.

Je vous propose de visionner cette vidéo de présentation . Elle donne une idée de l’univers merveilleux de l’exposition, et de la poésie des créations qui y sont présentées et qui nous invitent toutes à plonger dans l’élément aquatique à la rencontre de ses créatures légendaires qui ont traversé les siècles et hantent les rêves humains depuis la nuit des temps.

image de Laetitia Miéral

Voyager en solo… C’est bien aussi!…

Si vous vivez seul(e), depuis peu, ou depuis longtemps, voire depuis toujours, il est possible que l’idée de voyager seul(e) vous rebute ou même vous fasse peur… Il est même possible que vous n’ayez jamais tenté l’aventure du voyage en solo. Pourtant, pour être très souvent partie en voyage en solitaire, et depuis de nombreuses années, je trouve cela plutôt agréable, surtout pour l’immense sensation de liberté que cela procure. En plus, vues les nouvelles recommandations de distanciation sociale préconisées pour cet été, c’est le moment de tester le voyage en solo!… Même en restant sur le territoire Français… (Ce sera plus facile pour débuter- et psychologiquement plus confortable- de commencer par un voyage en France).

Or, j’ai trouvé il y a quelques temps déjà, un article qui résume parfaitement bien tous les avantages du voyage en solo sur un site très intéressant et inspirant qui s’appelle instincts.fr . L’article, écrit par David, s’appelle 10 raisons de voyager en solo. Je trouve que tout y est très bien résumé et argumenté. Je n’aurais pas fait mieux. Il a été écrit à une époque où l’auteur avait fait un voyage en solo au Japon. Mais tout ce qui est écrit s’applique aussi bien à un voyage moins lointain…

Par rapport à cet article, j’ajouterai juste une 11 ème bonne raison de voyager seul, concernant plus spécifiquement les artistes… Lorsqu’on est deux ou plus, on passe beaucoup de temps à discuter, partager ses impressions. La création artistique, que ce soit l’écriture, la peinture, le carnet créatif, la photo etc… demande plutôt une bonne dose d’introspection,  donc de calme, de silence… Pour développer son propre style, un artiste doit apprendre à écouter ses propres pensées, ses propres sensations; la nature profonde d’un individu ne se développe réellement que lorsqu’il se trouve en tête à tête avec lui-même. De plus, pour être créatif, un artiste doit aussi apprendre à écouter la terre sur laquelle il voyage. Écouter les oiseaux, les rivières, les vagues, le vent, les coquillages, les pierres… C’est dans le silence qu’on apprend à le faire.  Et puis le voyage en solo permet de suivre son instinct, de choisir de partir à droite plutôt qu’à gauche, de s’asseoir ou de marcher… et de laisser ainsi libre cours à son imagination, à ses sensations, sans influence ni censure extérieure… Et l’inspiration  arrive mieux jusqu’à nous…

Je vous propose donc d’aller visiter ce blog  très bien fait et inspirant. Sa devise : « suis tes instincts, ils ont des messages pour toi… ».

« Fantaisies pour un palais »…Une exposition pour redécouvrir le charme irremplaçable de l’esthétique rocaille…   Au château de Maisons-Laffitte.

« Fantaisies pour un palais »…Une exposition pour redécouvrir le charme irremplaçable de l’esthétique rocaille… Au château de Maisons-Laffitte.

Mon amie-fée Laetitia Miéral, merveilleuse artiste magicienne du papier ( n’hésitez pas à visiter son site… Merveilles en papier si vous ne l’avez pas encore fait… Il ne faut pas passer à côté de cette pépite!…) Lætitia, donc, vient d’annoncer sa participation à l’exposition « Fantaisies pour un palais », au château de Maisons-Laffitte. Connaissant la qualité et la beauté des  créations de Lætitia,  je me suis bien-sûr rendue à cette exposition, qui m’a permis de découvrir, par la même occasion, le château de Maisons-Laffitte que je n’avais encore jamais visité.

Le chateau de Maisons-Laffitte.jpg

Organisé par le centre des monuments nationaux, l’exposition explore toute la richesse de la thématique théâtrale et fantaisiste de l’art rocaille à travers plusieurs tableaux et mises en scènes, toutes plus belles les unes que les autres.

L’exposition est esthétiquement très réussie. Installée dans la pénombre des soubassements du château, quatre très beaux tableaux ont été mis en scène.

L’île enchantée: Les organisateurs ont demandé à Lætitia de créer pour eux une nef de style Rococo inspirée par le tableau de Watteau « l’embarquement sur l’île de Cythère », pièce maîtresse du tableau baptisé « L’Ile enchantée »……. Lætitia elle-même, a réalisé  une vidéo  dans laquelle elle nous fait partager les étapes de la création de cette très jolie pièce, et fait un petit résumé de son escapade à Maisons-Laffitte pour cette occasion. Ses petits films sont toujours un régal à visionner… Elle y parle en anglais, mais même si vous ne comprenez pas la langue, ses vlogs sont toujours très agréables à regarder et nous permettent de plonger dans son univers tellement féérique. (Une âme sœur…).

le salon des miroirs avec de fabuleux jeux de reflets du plus bel effet .

La grotte mystérieuse, avec ce miroir étrange dans lequel on voit les ondulations d’une sirène au fond des mers, dans une grotte fabuleuse ornée de coquillages et de pierres précieuses… Comme vous êtes plongé dans le bleu des profondeurs océanes, vous avez l’inpression d’être une sirène qui découvre un trésor après le naufrage d’un navire corsaire…

-Le bosquet des fées, composition bucolique, couverte de fleurs et de perles, éclairée par des candélabres.

Ce qu’on apprend sur l’art rocaille:

En 1699, Louis XIV, endeuillé et las de toutes les guerres qui ont assombri la France, déclare dans une lettre concernant la décoration des appartements de Versailles, son désir de délaisser le faste pour plus d’élégance et de fantaisie. « Il faut de l’enfance répandue partout », écrit-il.

En rupture majeure, donc, avec l’art baroque qui le précède, ce nouveau style qu’on nommera dans un premier temps Art rocaille, fut appelé plus tard péjorativement « Rococo ». Ce terme,  entendait tourner en dérision l’ancien style en forgeant un néologisme résultant de la contraction de rocaille et de barroco (baroque en espagnol). Mais s’il prend racine dans le baroque, le rococo s’en distingue nettement par l’esprit. Léger, badin, sentimental, facétieux, il marque une rupture avec la grandiloquence et la solennité du baroque.

C’est dans les contes de fées apparus à la fin du XVIIème siècle, que sont décrits ce style de décors merveilleux: pierreries, porcelaines, jeux de miroirs, mais également grottes en coquillages, dorures, parterres de fleurs… Autant d’éléments qui annoncent l’art Rococo et son esthétique qui nous transporte dans un monde féerique et qui va métamorphoser les palais, les châteaux et les  hôtels particuliers.

Ces décors féériques s’inspirent aussi des grandioses mises en scènes de l’opéra et des fêtes royales.

Grâce à d’ingénieuses machines, des palais magiques ou des jardins fabuleux surgissent sous les yeux éblouis des spectateurs, survolés par des dieux emportés par des chars de nuages.

Cette exposition m’a permis de replonger dans le souvenir d’une expérience magnifique que j’ai vécue, il y a quelques années, lors du tournage de Vatel auquel j’ai eu le plaisir de participer en tant que figurante.  J’ai surtout gardé un souvenir inoubliable des scènes tournées de nuit, dans les jardins et autour des fontaines et des pièces d’eau du parc de Saint-Cloud. La scène était une reconstitution de ces fêtes galantes offertes à la cour du roi Soleil. Des centaines de figurants déambulaient dans les allées, dans de magnifiques costumes d’époque. Et il y avait ce spectacle sur l’eau. Des machineries incroyables, fonctionnant avec des cordes tirées par des chevaux, actionnaient un chariot couvert d’or survolant les pièces d’eau, et dans lequel était embarqué un castrat  qui chantait au milieu d’un feu d’artifice éblouissant.

Et le plus merveilleux, c’est que les scènes ont été tournées plusieurs fois, sous plusieurs angles… Et à chaque fois, les techniciens rechargeaient les feux d’artifices, repartaient au point de départ avec les chevaux… Et tout le spectacle reprenait!… Cette merveille a duré toute la nuit, jusqu’au petit matin. Ce n’est pas rien de passer ainsi une nuit entière habillée en courtisane au milieu de ces fêtes royales…

images

J’ai eu la troublante impression de faire un saut dans une sorte de faille spacio-temporelle!… Vatel (bande annonce) … Sans doute un de mes plus beaux souvenirs de tournages…

 

 

 

 

 

L’atelier des Lumières. Des expositions immersives… pour vivre la sensation de déambuler au cœur même des toiles des grands maîtres …moment de rêve et de poésie assuré…

L’atelier des Lumières. Des expositions immersives… pour vivre la sensation de déambuler au cœur même des toiles des grands maîtres …moment de rêve et de poésie assuré…

Avez-vous déjà imaginé de vous promener à l’intérieur d’un tableau, de marcher dans un paysage peint par Van Gogh, de plonger dans les vagues des estampes dessinées par Hokusai?…

Situé dans les locaux réhabilités d’une ancienne fonderie, au 38 rue Saint Maur, dans le 11ème arrondissement de Paris, L’Atelier des lumières est un nouveau centre d’art numérique. Ouvert au printemps 2018, après quatre ans de travaux, l’Atelier des Lumières propose des spectacles visuels et sonores d’immersion dans les toiles des grands maîtres. L’exposition inaugurale était consacrée à Gustav Klimt et à Hundertwasser. Mais en ce moment, et jusqu’au 5 Janvier 2020, L’atelier propose l’exposition « exposition Van Gogh, La nuit étoilée  (cliquez sur ce titre pour découvrir une présentation visuelle de cette très belle exposition).

J’y suis allée et j’ai beaucoup aimé. L’exposition nous permet de partir pour un voyage au fil de l’œuvre de Van Gogh. Les nuages, les paysages, les cerisiers, les iris et les portraits du maître, au style si singulier, s’animent sur les murs de l’ancienne usine, évoquant le monde intérieur démesuré, chaotique et poétique de l’artiste.

Jumelée à cette présentation, l’exposition « Japon rêvé, images du monde flottant » est un clin d’œil à la fascination de Van Gogh pour les estampes japonaises. On y découvre le mouvement artistique Ukiyo-e qui représente la vie quotidienne japonaise et le spectacle de la nature.

En déambulant entre les immenses projections, j’ai très vite eu l’impression de me promener dans les profondeurs mêmes des tableaux, d’être transportée irrésistiblement au milieu des paysages, parmi les personnages…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai eu l’impression de faire partie intégrante de ces toiles. Et cette jolie sensation m’a cueillie.. C’était tout simplement très beau.

Enfin, il y avait une troisième création, plus contemporaine, mais qui m’a autant enthousiasmée:  « Verse »… Un voyage stellaire un peu hypnotique mettant en lumière la beauté de l’infiniment grand… dans une vision sublimée de l’éternelle poésie du cosmos.

Si vous passez par Paris, L’Atelier des Lumières est une belle découverte…

L’année prochaine, l’exposition Monet-Chagall-Renoir... vous permettra de vous immerger dans les œuvres picturales d’autres grands artistes, pour une ballade sur les rives ensoleillées de la Méditerranée…

Brocéliande… La forêt des légendes arthuriennes

La forêt de Paimpont, plus souvent appelée « Forêt de Brocéliande » , est située au coeur de la Bretagne.

Passer un moment dans cette forêt mythique permet de s’accorder un moment hors du temps, de s’immerger dans des sites naturels préservés, et de retrouver son âme d’enfant en partant à la découverte des hauts lieux de la légende arthurienne. Mélangeant la mythologie celtique à de véritables personnages de l’histoire médiévale et augmentée de l’imaginaire de ses auteurs successifs depuis plus de six siècles, la légende arthurienne est aujourd’hui redécouverte par un public de passionnés de plus en plus large.

Aujourd’hui, nous entrons dans une époque où les légendes attirent de plus en plus, comme un antidote au monde matérialiste dans lequel nous vivons. Nous éprouvons de plus en plus le besoin de nous nourrir de ces histoires mythiques. La légende arthurienne n’est pas la propriété de quelques érudits; elle parle à tout le monde. Parce que ces histoires repoussent les limites du monde humain et le plonge dans un univers de valeurs, d’éthique, de beauté… Et de féérie…

Les endroits à ne pas rater:

photos brocéliande 082La Porte des secrets: situé au centre du village de Paimpont, ce parcours-spectacle scénographique présente avec poésie la forêt de Brocéliande, sa richesse naturelle, ses secrets et ses légendes. C’est une étape incontournable pour bien commencer la découverte de Brocéliande.

Pendant près d’une heure, le visiteur déambule de salle en salle, dans de très jolies mises en scènes, jusqu’à la très belle présentation de l’arbre maître. Émerveillement assuré… Voir ici: La Porte des secrets-Le site

 

Le Centre de l’imaginaire arthurien: installé dans les murs du château de Comper, au bord du lac de la fée Viviane, dans lequel il se reflète majestueusement…

Le centre de l’imaginaire arthurien abrite une exposition sous forme de parcours scénographique très réussi, autour de la légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde… De Brocéliande à Avalon, en passant par Camelot et la quête du Graal… on se laisse guider par l’histoire des femmes-fées de la légende, de Viviane à Morgane…

-enfin, et surtout: La forêt de Brocéliande elle-même, et tous ses sentiers… Ses arbres centenaires, ses étangs…

Mon préféré? celui qui monte doucement vers le Val sans retour… Le lieu dans lequel, selon la légende, La fée Morgane retenait prisonniers pour l’éternité les chevaliers infidèles…  A cet endroit, la Forêt est particulièrement belle…

Exposition « La lune » du voyage réel au voyage imaginaire. Au grand palais.

Exposition « La lune » du voyage réel au voyage imaginaire. Au grand palais.

La lune est l’astre de nos nuits, le miroir de nos rêves…depuis le début des temps…

 

Depuis toute petite, je passe de longs moments à regarder la lune, le soir, partout où je vais… Peu de gens sont insensibles à cette vieille compagne de nos rêveries nocturnes, à ce témoin de nos promenades en amoureux,  de nos prières silencieuses, de nos moments de solitude, de peine ou d’espoir. Elle est toujours là, ronde, ou demi-lune, à nous regarder, à nous écouter, comme une amie patiente et apaisante.Et on se prend tous à croire qu’elle est là juste pour nous, et pour toujours, un peu comme un ange-gardien personnel. Et je crois que ce n’est pas faux… Puisque c’est ce que nous ressentons, c’est le plus important, finalement…

Lorsque j’ai entendu parler de l’exposition « La Lune », proposée au Grand Palais à Paris, du 3 avril au 22 Juillet, j’ai décidé de m’y rendre pour me noyer dans la rêverie en compagnie de cette vieille complice de mes nuits...(Bande annonce de l’exposition)

L’exposition dévoile les relations que l’homme entretient avec la lune depuis la nuit des temps, et nous invite à une promenade à travers des œuvres d’art et des objets qui incarnent les visions et les sentiments qu’elle a inspirés.

Discrète, et omniprésente, malgré la conquête de l’espace qui aurait pu détruire son mystère, la lune conserve son aura et son pouvoir de fascination… En tous cas, moi, elle me fait toujours autant rêver, et comme pour l’océan ou les arbres, je peux passer des heures à la contempler. Cela m’a donné l’idée de créer une série de petit livres d’artiste sur les éléments naturels qui m’inspirent: La lune, les étoiles, le soleil, les arbres, la mer. Voici un petit aperçu de ce premier petit livre sur la lune…