Stage « art et spiritualité » à Vezelay. Rencontre avec Frédérique Lemarchand

Stage « art et spiritualité » à Vezelay. Rencontre avec Frédérique Lemarchand

Pour comprendre mon envie de suivre ce stage et de rencontrer Frédérique Lemarchand, je vous propose de visionner d’abord cette interview qui permet de découvrir cette jeune femme incandescente et son parcours de vie à la fois bouleversant et miraculeux. S’en remettant avec confiance à celui qu’elle appelle « le grand semeur de destinée », elle y raconte son étrange parcours avec force,  simplicité, et même, quelquefois, avec beaucoup d’humour…Visionnez les 20 minutes de ce témoignage (c’est vraiment important!… Vous allez voir: ça décoiffe!…), et seulement ensuite…revenez à cet article…

En cherchant davantage de renseignements sur Frédérique Lemarchand, j’ai donc trouvé un article annonçant ce stage « art et spiritualité » organisé par le forum 104, animé par Frédérique elle-même, à Vezelay,  du 13 au 15 Décembre.

Pour moi, la création artistique est une activité à la fois sensorielle et spirituelle. Particulièrement impressionnée par ce témoignage et par la personnalité de Frédérique Lemarchand, j’ai donc été tout naturellement très attirée par l’idée de m’inscrire à ce stage mêlant peinture et spiritualité. Une de mes meilleures idées récentes!..

Pas facile de décrire fidèlement le ressenti intime de mon expérience… Il est des rencontres qui vous font faire des bonds en avant dans votre évolution spirituelle, des personnes qui savent ouvrir des portes de lumière sur votre chemin, et nourrir votre âme avec les choses dont elle a besoin, juste au bon moment… Frédérique est une de ces personnes.

Photo de Frédérique Lemarchand, extraite de son site

 

Lumineuse, donc… Courageuse, rescapée étincelante, touchée par la grâce, intense, voire incandescente, lorsqu’elle parle de son Dieu solaire, revivifiante, et apaisante en même temps, une âme belle, constituée d’or et de diamant pur… Incarnation bouleversante …

Difficile d’expliquer concrètement ce que Frédérique Lemarchand est capable de vous apporter en deux petits jours… Tout simplement, parce que c’est une expérience personnelle qu’il faut vivre soi-même pour en saisir toute la richesse et la portée spirituelle. En fait, je crois que ce qui m’a touchée, c’est qu’elle parle de « Dieu » comme j’ai toujours eu envie qu’on m’en parle… Loin des dogmes, des systèmes et des doctrines religieuses. Elle, parle d’Amour, de confiance, de gratitude.

Le stage a débuté par une découverte de la calligraphie hébraïque. Le but premier de mon inscription étant surtout de rencontrer Frédérique elle-même, de découvrir son art et sa façon de le pratiquer, j’abordais donc ce chapitre un peu dubitative… Mais avec curiosité et confiance quand même, me disant que cela devait faire partie d’un cheminement nécessaire à la compréhension de la suite du stage. Parce qu’elle est née des textes sacrés, la  calligraphie est un art sacré. Complètement novice en la matière, j’ai découvert l’utilisation du Calame, l’outil  avec lequel on trace les lettres, dans le souffle de la respiration. Toute une philosophie se cache derrière chaque trait. D’après les maîtres de la calligraphie hébraïque, la pratique est intéressante parce qu’elle est « révélatrice de la façon dont nous mettons en œuvre ou non les forces de vie en nous ». Frédérique considère que c’est la connaissance des lettres hébraïques, auxquelles elle a été initiée par Annick De Souzenelle, qui lui a permis de retrouver « le vivant du verbe », et l’a ressuscitée à la vie. C’est une force de vie qu’elle a aujourd’hui envie de transmettre aux autres.

Mais je ne cache pas que le meilleur moment du stage pour moi, a été le spectacle de peinture en direct, offert par Frédérique en communion avec l’improvisation musicale du jeune musicien qui l’accompagnait, Albin. Au début, elle est assise dans la pénombre, en méditation devant une grande toile blanche. Elle se lève, un pinceau dans chaque main (une main pour le feu, l’autre pour l’eau). Puis doucement, elle commence. Il s’agit de faire entrer en résonance les particules de peinture, avec la texture sonore de la musique,  dans une sorte de danse amoureuse, dans laquelle elle entraine nos âmes avec la sienne. En peignant, Frédérique entre dans une forme de prière, calant sa respiration au geste.

maxresdefault

Et le lendemain, ce fut notre tour de nous livrer à l’expérience… Première tentative de descente dans les profondeurs de l’âme… Ce n’est pas rien. « Il faut accepter de se perdre, de se mettre face à nos peurs pour mieux se trouver ». Ce qui compte, ce n’est pas le résultat qui est sur la toile à la fin… Le résultat est bien ailleurs… Ce qui compte, c’est  » la manifestation de la lumière en nous ».

Il m’en reste… L’envie de renouveler l’exercice, sur une toile encore plus grande… Et d’aller encore plus loin.

All-focus

Deuxième descente…

Frédérique Lemarchand ajoute l’écriture à sa vie. Elle a écrit « Le cantique du cœur », un livre dans lequel elle raconte son chemin de vie avec un style très personnel. Je vous en ai choisi quelques extraits qui me touchent particulièrement:

– » Je comprend vite que la création est mon langage le plus élevé. Créer est mon verbe. Peindre répond à tout mon désir d’aimer. Un amour qui aime sans se lasser d’aimer ».

– » Je traverse ma vie comme mon œuvre, les bras grands ouverts »

– » Je peux déconcerter les religieux comme les agnostiques et les athées, prisonniers de leurs certitudes au sujet du feu sacré qu’ils n’ont, pour la plupart jamais touché »

– » En peignant j’y retrouve ma folie d’amour. J’aime ce qui est libre, ce qui respire, vibre et rayonne ».

Des mots qui résonnent en moi. J’aime son vocabulaire inhabituel… Les fulgurances de son style…

Enfin, même si le village de Vézelay lui-même n’est pas le sujet principal de cet article, je vous conseille de le visiter. La basilique Sainte Madeleine, haut-lieu de la spiritualité, est une merveille architecturale qui vaut le détour… (J’avais déjà écris sur ce blog un article sur Vézelay en 2018). La saison hivernale, permet de profiter pleinement de la paix offerte par  » la colline éternelle »… C’est ce que j’ai fait dès mon arrivée sur place. Seule, dans l’immense basilique, vaisseau de pierre blanche et de lumière, avec pour seul compagnon le bruit du vent contre les murs.

Et comme « regarder ne suffit pas pour voir »(comme il est indiqué sur leur brochure), si vous voulez vraiment entrer dans cet univers d’harmonie et comprendre ses lois, je vous conseille, comme nous l’avons fait au début du stage, de commencer votre visite par une halte à « La maison des visiteurs ». Des guides très compétents vous feront découvrir le savoir-faire des artisans et des moines bâtisseurs de l’époque, et comment ils  « dialoguaient » avec le soleil. Avec une maquette restituant la course du soleil sur la basilique au solstice d’été et au solstice d’hiver, ils vous feront comprendre l’approche symbolique de la lumière dans la conception de la Basilique. Et pourquoi on peut dire qu’elle contient véritablement l’univers… L’homme fait partie de l’univers; il vit en symbiose avec lui.

Ils vous aideront aussi à décrypter les messages intemporels des images sculptées en haut des chapiteaux. Car la construction entière de la Basilique est une métaphore de la rencontre de l’homme avec la lumière. Elle nous porte le message que, même au cœur des ténèbres, la lumière peut toujours briller pour chacun de nous.

Ci-dessous, la maison Saint Bernard, la belle demeure de caractère dans laquelle nous étions accueillis pour la durée du séjour.

Enfin, voici un lien vers le site de Frédérique Lemarchand… Si l’aventure de ce stage vous tente… Vous y trouverez, au chapitre Actualités, toutes les dates de stages prévus un peu partout en France, ainsi que des reportages filmés passionnants sur Frédérique, des explications sur ses spectacles de peinture en direct et une galerie de photos de ses œuvres.

Pour terminer, je vous fait partager ce que je retiens de cette première rencontre avec Frédérique:

-« Cette incarnation est notre trésor… »

– » Les épreuves ne nous sont pas données pour nous écraser ou nous punir, mais comme force d’apprentissage. »

– » Il faut choisir de consentir à ce qui s’offre à nous… Ne pas résister à son destin, mais plutôt s’ouvrir à toute expérience qu’il nous est donné de vivre. »

 

 

 

 

 

 

 

Les Fééries du bocage: les 1er et 2 Juin 2019 dans le village de Dormelles. Une jolie fête à la fois très artistique et très champêtre…

Je viens de passer une journée très agréable à la huitième édition des « Fééries du Bocage »,  le festival du merveilleux et de la Fantasy, dont le thème cette année était « Les forêts enchantées ».

Le festival avait lieu à Dormelles, un ravissant petit village de Seine et Marne, à une vingtaine de kilomètres au sud de Fontainebleau. Plus petit que certaines autres manifestations du même style en nombre d’artisans, les fééries du Bocage proposaient par contre davantage de rencontres avec des auteurs et illustrateurs inspirés par l’univers féérique et fantasy. Il y avait donc le marché féérique en plein air (la journée a été magnifique), les déambulations de personnages féériques et d’échassiers,

 

des conteurs, des conférences très intéressantes, des musiciens et surtout la présence et les dédicaces d’auteurs et d’illustrateurs particulièrement talentueux. J’ai surtout remarqué l’univers de:

-Jim Colorex, dont j’ai particulièrement aimé le travail…(site Jim Colorex).     Il y a également beaucoup de photos de ses dessins sur de nombreux sites et sur pinterest…                                             Ce passionné de contes et de légendes imaginaires, amoureux de la nature, tente de nous faire partager son univers à travers ses  peintures mais aussi ses textes, ses histoires… Je suis repartie avec deux de ses livres: Aquafaë (sur les sirènes et autres filles de l’onde) et Forestys (témoignage d’une sorcière sur son vécu au sein d’une antique forêt).Il participe à de nombreuses manifestations de ce style, surtout en Bretagne et autour de Brocéliande.

Sans-titre1-600x504

Ci-dessus, « La fée verte » une de ses illustrations…Ma préférée, je crois….

et quelques autres…

Résultat de recherche d'images pour "images jim colorex"Résultat de recherche d'images pour "jim colorex art"Résultat de recherche d'images pour "jim colorex art"

 

index

Marine Tumelaire: jeune artiste-aquarelliste et son livre « Voyage en terre sombre ».

Il s’agit du journal de Mallory Armand (le personnage qu’elle a créé), jeune voyageuse et aventurière du 19ème siècle, peintre naturaliste, cryptozoologue et éthologiste qui entreprend un voyage  en terres sombres… Le tout magnifiquement illustré…

 

Charline: A découvrir sur son site

(le monde féérique de Charline).et ses livres co-créés avec son amie Evelyne: « Le petit marchand de sable », « Fabulines enchantées » et « Faun »…

 

Je me suis également procuré quelques reproductions des œuvres de Ixel… Voici une courte présentation de l’artiste sur le  site le dormantastique

Résultat de recherche d'images pour "ixel illustrateur"

J’ai trouvé tous ces artistes non seulement talentueux, mais très accueillants et chaleureux, apparemment ravis d’échanger avec les visiteurs. Discuter avec eux a été très agréable et enrichissant.

Je ne veux pas oublier un autre artiste dont j’ai beaucoup aimé les créations (collages sur boites en bois, petits meubles, faux livres reliés… à partie de ses dessins, réinterprétations personnelles de personnages de contes de fées connus et populaires, Pierron le hobbit…

(présentation du gentil pierron le hobbit…)

A noter quand même parmi les artisans, une créatrice de très jolis bijoux représentant des ailes de fées aux couleurs subtiles absolument ravissants. Sa fée rêvée…(ici) 

Et j’ai bien aimé aussi « The Bizarre Shop«  , la boutique d’une jeune créatrice d’accessoires et de bijoux ésotériques, qui a également créé un blog sur l’univers de bizarre… que je trouve très bien fait…

Enfin, j’ai assisté à deux conférences intéressantes.

La première par Emeline et Eric Bénard sur les êtres de la nature (lien vers leur site aimer le vivant). Là, on peut ne pas adhérer… Mais leur vision est intéressante et surtout leur façon très joyeuse et décontractée de parler de la présence des êtres de la nature à nos côtés pour nous aider dans notre vie est particulièrement réjouissante et réconfortante, alors… Pourquoi ne pas essayer d’entrer en contact?… En tous cas, moi, j’ai très envie d’y croire, bien-sûr… Il parait qu’hier, un gentil dragon m’accompagnait…

La deuxième conférence portait sur l’énergie des arbres. Elle était présentée par Patrice Bouchardon qui a, entre autres, écrit les livres « l’énergie des arbres » et « A la rencontre des arbres, je me suis rencontrée », que j’ai lu récemment et qui m’a donné envie de suivre un de ses stages destinés à enseigner le moyen d’entrer en contact avec les arbres….  (interview Btlv « les arbres parlent »)

Une très belle journée, donc, riche de rencontres avec des artistes talentueux doublés de personnes charmantes et passionnantes…

 

 

Salon Legendaria: Rencontre avec Loïc Wagner, jeune artiste plasticien atypique, plein d’humour et d’imagination… et quelques autres créateurs très talentueux…

Je viens de rentrer du salon Légendaria, qui se tenait au Palais des congrès de Dijon les 6 et 7 avril 2019. Succédant au salon « grimoires et chaudrons »qui traitait l’année dernière essentiellement de sorcellerie, le salon Légendaria de cette année élargissait ce thème à toutes les formes de légendes, des créatures fantastiques aux légendes nocturnes (loups-garous, spectres et vampires), en passant sur la magie traditionnelle (chamanes, druides, retour à la nature)…C’était une manifestation sympathique qui m’a ravie, et au cours de laquelle j’ai fait de jolies rencontres.

De nombreux artistes et artisans vendaient leurs créations sur le thème de tous ces univers magiques…

J’aimerais commencer par vous parler d’un jeune artiste particulièrement imaginatif, bourré d’humour et de talent, dont l’univers décalé m’a enchantée: Loïc Wagner.

 

 

Je vous donne directement ce lien pour aller sur son site (WL explorations) afin de découvrir quelques unes de ses créations, toutes un peu folles, et touchantes à la fois… Un peu « savant fou », explorateur de mondes fantastiques imaginaires depuis son enfance, Loïc est un artiste à l’imagination débridée qui a su garder son sens de l’humour et sa simplicité… et ça, ça fait vraiment du bien. J’ai adopté un de ses « Poox » (ces créatures bizarres à l’air inoffensif, en photo ci-dessus, dans la vieille valise).

J’ai également remarqué les très jolis bijoux de la marque « Vagabond syndrome« . créés par la ravissante Marta, ces bijoux sont tous uniques, réalisés à partir de matériaux naturels ou de récup, plaqués de cuivre. (Vagabond syndrome a aussi une page Facebook).All-focus

Je les ai tous trouvés magnifiques. En tous cas, ils provoquaient une certaine « résonance » en moi…

Ne cherchez plus celui-ci: je l’ai emporté avec moi…

 

J’ai aussi été envoûtée par la jolie sorcière Epona, sur son stand « Le chaudron d’Epona »,

qui  concocte, entre autres activités, des produits de soins naturels. Personnalité intéressante, à suivre… notamment dans un projet de lieu de vie participatif pour apprendre la permaculture, la cueillette de plantes médicinales, la savonnerie et autres projets en lien avec la nature…(projet « Terrabitat » sur leetchi.com) Sur son stand, elle concoctait des potions magiques colorées avec une énergie et un enthousiasme communicatifs… Encore une personnalité atypique et touchante… Une sorcière, mais plutôt sympa.. plus proche de la fée que de la sorcière gothique, si vous voyez ce que je veux dire…(.Epona sur intagram entres autres liens…)

Apothicaire Lunaris.jpg

Enfin, j’ai aussi trouvé ravissants les petits flacons magiques de Lunaris,  la marque toute récente d’une jeune apothicaire fantaisiste… Des flacons colorés et pailletés poétiquement appelés « Poussières célestes », « larmes de sirènes » « rêves de licorne », »filtre d’amour véritable », « poudre de lune » et autres « Félix félicis »… de véritables petites créations artistiques…

 

Je me suis acheté trois jolies reliures de carnets en cuir teinté et gravé…

pour  mes  carnets créatifs et autres carnets de voyages… à l’Atelier Fau’Papiers.

Bref, une très belle journée agréable, en compagnie d’artistes et d’artisans fantasques, originaux et sympathiques… tous amoureux de nature et de ces univers fantastiques et féériques… Comme je le suis moi-même…

Salon Créations et savoir-faire en Mars 2019: rencontre avec Ina Georgeta Statescu, artiste brodeuse…

Le salon « créations et savoir-faire » de Paris, est toujours une véritable fête pour toutes les personnes créatives, qui y viennent découvrir toutes sortes de nouvelles techniques, de nouveaux produits et faire le plein de bonnes idées inspirantes…

J’y ai trouvé des choses vraiment intéressantes, notamment les tissus absolument uniques et magnifiques de la petite boutique d’odile bailloeul , créatrice de textiles imprimés auxquels je ne peux jamais résister…

Cette année, j’ai été particulièrement séduite par les artistes qui étaient exposés dans le cadre le l’exposition d’art textile. Il y avait notamment « le Patch », un immense patchwork collaboratif et intergénérationnel constitué de 1300 pièces de 20cmx20cm , une création magnifique par sa taille, par sa variété culturelle et ses couleurs. Une belle oeuvre collective…

 

°°°

… Mais j’ai surtout découvert les travaux magnifiques de Ina Georgeta Statescu, une artiste passionnée depuis sa plus tendre enfance par les tissus chatoyants , les fils colorés, les belles broderies  fines. Un petit tour sur le site de Ina vous renseignera sur son parcours et vous permettra de voir quelques photos de ses œuvres merveilleuses et toujours très poétiques. Sa maîtrise de la broderie, de l’appliqué et autres techniques textiles,  lui permettent de créer des paysages peuplés d’arbres, d’oiseaux, d’insectes, de fleurs et de fruits, tout en transparence et dans des couleurs lumineuses. Vous trouverez également sur son site une liste de ses expositions à venir dans toute la France. A ne pas rater***…

 

Le Slava’s Snow Show: le spectacle de Slava Polunin, réservé à ceux qui ont gardé une âme d’enfant…

Faisant appel à des sentiments universels et intemporels, le Slava’s snow show est un très beau spectacle de clowns, plein de mélancolie et de poésie, créé par un artiste russe génial et touchant: Slava Polunin. Sa merveilleuse tempête de neige finale tourbillonne à travers les villes du monde entier depuis plus de 20 ans et son atmosphère ravit des spectateurs éblouis qui , comme moi, sortent de ce moment de rêve les yeux pleins d’étoiles, et le sourire aux lèvres…

All-focus

A ne pas rater donc!… si la tournée du « Slava’s snow show » passe par votre région l’hiver prochain…

Patrick Gannat. Artiste peintre.

J’ai découvert les peintures de Patrick Gannat lors d’une exposition à Pornic, et j’ai été emportée par l’univers féérique de ses oeuvres peintes à la gouache, d’une très grande finesse, aux couleurs absolument magnifiques, lumineuses. Un univers envoutant!…Et si vous voyez ce nom quelque part (exposition ou gallerie), allez-y sans hésiter!… Car l’homme se fait très rare. Pas de site internet, pas de livre, pas de reproduction, pas de cartes postales de ses œuvres. Je trouve cela un peu  dommage. Car ses tableaux sont d’une grande poésie!…Mais restent confidentiels… Les photos qui sont reproduites ici sont des photos prises dans de mauvaises conditions et ne rendent pas suffisamment hommage à la qualité de son œuvre…

Les extraordinaires stages de Catherine Mazarguil à l’atelier du Laurier Rouge

Je suis actuellemement en formation à l’atelier du Laurier rouge. (Aller voir le très beau site de l’atelier en cliquant sur cette image:)

J’ai découvert un jour ce site en surfant sur Internet à la recherche d’un endroit où effectuer un stage pour stimuler ma créativité artistique, si possible à la campagne, pour bénéficier en même temps des bienfaits du contact avec la nature…

Le site de l’atelier du Laurier Rouge est très bien fait et les stages y sont très attirants. Les journées sont ponctuées de séances de Yoga Nidra et je voulais justement découvrir le Yoga depuis longtemps. Je n’ai donc pas hésité longtemps à m’inscrire…

Mon premier stage était intitulé « Collage et auto-louange ». Un titre intriguant pour la novice que j’étais. Je savais juste que j’aimais utiliser les collages dans mes créations.

Je n’ai pas été déçue…

Il est difficile de faire partager son vécu de ces stages originaux et uniques en leur genre. C’est vraiment une expérience qu’il faut vivre par soi-même pour se rendre compte. La démarche de l’inscription doit être personnelle (même si je vous conseille vivement d’essayer!…), mais il est indéniable que ces moments apportent à chaque fois des découvertes différentes et des enseignements toujours extrêmement enrichissants. L’atelier est magnifique, grand et lumineux. On y rencontre très souvent de belles personnes qui deviennent vite des fidèles de ces « retraites créatives et spirituelles ». Je suis personnellement convaincue que la création artistique est une activité spirituelle. J’ai donc trouvé en ce lieu unique un enseignement d’une grande richesse à tous points de vue.. Catherine Mazarguil nous fait part de ses connaissances techniques, de ses convictions spirituelles mais en nous incitant toujours à faire l’expérience des choses par nous mêmes, et à partir à la découverte de ce qui fonctionne  pour chacun d’entre nous, personnellement.

Depuis, je me suis inscrite à son module de formation « techniques d’animation » en suivant les 5 stages requis: « Le livre de mes rêves » (créations dans un format que j’affectionne particulièrement, plus proche du cahier d’artiste), « La puissance des couleurs », « Auto-portrait de mon âme »(un de mes préférés), et « Mandala et relaxation ».

On peut aller jusqu’à dire que ces stages sont addictifs…  Car dans ce lieu très particulier et plein de bonnes ondes qu’a su créer Catherine Mazarguil,  je sais d’avance que je vais à chaque fois vivre des moments magiques et bienfaisants. En immersion totale au sein d’une nature environnante magnifique.