« Une vie bouleversée » de Etty Hillesum.

Etty_1526912965

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Etty Hillesum? Il y est souvent fait référence aujourd’hui dans les livres traitant de la joie intérieure, comme ceux de Thierry Jansen, Frédéric Lenoir ou Alexandre Jollien, sans doute parce que les épreuves effroyables qu’Etty Hillesum a traversées semblent n’avoir jamais atteint sa joie de vivre, ni sa confiance dans la vie, et dans l’homme. Cette jeune femme juive, morte à l’âge de 29 ans à Auschwitz, a tenu un journal, entre 1941 et 1943: il en résulte un document extraordinaire, tant par la qualité littéraire que par la foi qui en émane.

La portée de ses écrits va bien au delà de l’histoire juive et de la déportation. Ses observations sur sa propre nature et l’évolution de sa vie intérieure peuvent toucher tout le monde. Lors de sa publication, en 1981, le journal d’Etty connait un succès foudroyant. En l’espace de quelques mois, il ne connut pas moins de huit réimpressions. En fait, c’est la personnalité de Etty et son étonnant cheminement intérieur qui, tout de suite, suscitent l’admiration. Etty alliait la curiosité intellectuelle de son père au caractère passionné de sa mère. Écrire était une nécessité vitale pour elle. « Le pire pour moi serait d’être privée de papier et de crayon pour faire le point de temps à autre – pour moi, c’est une absolue nécessité, sinon à la longue, quelque chose éclatera en moi et m’anéantira de l’intérieur », dit-elle. Sa courte vie est jalonnée de relations amoureuses avec des hommes beaucoup plus âgés qu’elle. Elle ne s’en cache pas, étudie ses propres travers, mais parle aussi de son évolution spirituelle (elle est profondément croyante), et du cheminement de sa réflexion sur les choses de la vie. Dans son journal, ses écrits, ses pensées intimes et ses émotions ne sont protégées par aucun secret. Elle livre ses pensées telles qu’elles sont, avec une sincérité bouleversante. Et c’est en cela qu’elle peut toucher tout le monde.

Une vie bouleversée J’ai pris l’habitude, lorsque je lis un livre, d’en souligner les plus beaux passages. Or, très rapidement, à la lecture de « Une vie bouleversée », je me suis vite rendu compte que je soulignais presque tout!… Certaines phrases m’ont émue aux larmes. Etty est parvenue à décrire des sentiments et des impressions qu’il m’est arrivé de ressentir, sans avoir eu, peut-être, l’audace de les exprimer moi-même. On se juge soi-même parfois un peu sévèrement et Etty Hillesum nous montre qu’il est important d’avoir un minimum d’indulgence envers nos propres cheminements parfois chaotiques. Elle nous parle sans filtre de ses émotions, ses peurs, ses doutes, ses questionnements. Et je pense que c’est en cela que chacun peut y reconnaitre des parcelles de ses propres méandres.

Extraits choisi:

-« La vie est si curieuse, si surprenante, si nuancée, et chaque tournant du chemin nous découvre une vue entièrement nouvelle. La plupart des gens ont une vision conventionnelle de la vie, or il faut s’affranchir intérieurement de toutes les représentations convenues, de tous les slogans, de toutes les idées sécurisantes, il faut avoir le courage de se détacher de tout, de toute norme et de tout critère conventionnel, il faut oser faire le grand bon dans le cosmos: alors la vie devient infiniment riche, elle déborde de dons, même au fond de la détresse. »

-« Je touche ici à un point essentiel. Quand je trouvais belle une fleur, j’aurais voulu la presser sur mon cœur ou la manger. C’eût été plus difficile avec d’autres beautés naturelles, mais le sentiment était le même. J’avais une nature trop sensuelle. Ce que je trouvais beau, je le désirais de façon beaucoup trop physique, je voulais l’avoir. Aussi j’avais toujours cette sensation pénible de désir inextinguible, cette aspiration nostalgique à quelque chose que je croyais inaccessible; […] L’intensité de ces sentiments était précisément ce qui me faisait croire que j’étais née pour créer des œuvres d’art. »

-« La vie et les rapports humains sont nuancés à l’infini. Il n’y a jamais rien d’absolu ou d’objectivement vrai -je le sais, mais encore faut-il que ce savoir vous entre dans le sang, dans la chair et pas seulement dans la tête, il faut le vivre ».

-« La source vitale doit toujours être la vie elle-même, non une autre personne. Beaucoup de gens, des femmes surtout, puisent leurs forces chez un autre être, c’est lui leur source vitale, non la vie elle-même. Situation fausse, défi à la nature ».

-« Nous avons tous les deux des rythmes de vie tout à fait différents; il faut laisser à chacun la liberté de vivre selon sa nature. A vouloir modeler l’autre sur l’image qu’on se fait de lui, on finit par se heurter à un mur et l’on est toujours trompé, non par l’autre, mais par ses propres exigences […]. On ne réfléchira jamais trop à la nécessité de se libérer vraiment de l’autre, mais aussi de lui laisser sa liberté en évitant de se former de lui une représentation déterminée. »

-« …Ce besoin, cette fantaisie ou cette chimère de vouloir posséder un seul être pour toute une vie, il faut absolument le réduire en miettes. Ce désir d’absolu, il faut le pulvériser. Et ce ne sera pas un appauvrissement de l’être, mais justement un enrichissement. Accepter dans les liaisons un commencement et une fin, y voir un fait positif et non une raison de tristesse. »

-« Certitude de plus en plus ferme de ne devoir attendre des autres ni aide, ni soutien, ni refuge, jamais. Les autres sont aussi incertains, aussi faibles, aussi démunis que toi-même. Je ne crois pas qu’il soit dans ta nature de trouver auprès d’un autre les réponses à tes questions. Tu seras toujours renvoyée à toi-même. Il n’y a rien d’autre. Le reste est fiction. Mais c’est dur d’être ramenée sans cesse à cette vérité. Surtout en tant que femme. Quelque chose te poussera toujours à te perdre dans un autre, dans « l’être unique ». Encore une fiction -une belle fiction, certes.[…] Et lorsqu’on découvre à vingt sept ans des vérités aussi dures, cela vous remplit de désespoir, de solitude et d’angoisse, mais vous donne aussi un sentiment d’indépendance et de fierté. Je suis confiée à ma seule garde et devrai me suffire à moi-même ».

-« Je ne suis pas la seule à être fatiguée, malade, triste ou angoissée, je le suis à l’unisson de millions d’autres à travers les siècles, tout cela c’est la vie; la vie est belle et pleine de sens dans son absurdité, pour peu qu’on sache la porter tout entière en soi dans son unité ».

-« Il faut accepter toutes les contradictions; tu voudrais les fondre en un grand tout et les simplifier d’une manière ou d’une autre dans ton esprit, parce qu’alors la vie te deviendrait plus simple. Mais elle est justement faite de contradictions, et on doit les accepter comme éléments de cette vie […]. Laisse la vie suivre son cours, et tout finira par s’ordonner ».

-« Je remarque que mes facultés d’observation enregistrent tout sans faillir avec en plus une sorte de joie. En dépit du poids des choses, de ma fatigue, de ma souffrance, de tout, il me reste au moins ma joie, la joie de l’artiste à percevoir des choses et à les transformer dans son esprit en une image personnelle ».

-« Dévorer des livres, comme je l’ai fait depuis ma plus tendre enfance, n’est qu’une forme de paresse. Je laisse à d’autres le soin de s’exprimer à ma place. Je cherche partout la confirmation de ce qui fermente et agit en moi, mais c’est avec mes mots à moi que je devrais essayer d’y voir clair. […] pour toucher les autres à travers moi, je dois y voir clair et je dois m’accepter moi-même. Depuis des années, j’emmagasine, j’accumule dans un grand réservoir, mais tout cela devra bien ressortir un jour, sinon j’aurai le sentiment d’avoir vécu pour rien, d’avoir dépouillé l’humanité sans rien lui donner en retour. Peut-être ma mission est-elle de m’expliquer vraiment, avec tout ce qui me harcèle, me tourmente et appelle désespérément en moi solution et formulation. Car ces problèmes ne sont pas seulement les miens, mais ceux de beaucoup d’autres. »

– » A Deventer, les journées étaient de grandes plaines ensoleillées, chaque jour formait un tout sans rupture, j’étais en contact avec Dieu et avec tout les hommes, probablement parce que je ne voyais personne. Il y avait des champs de blé que je n’oublierai jamais, auprès desquels je me serais presque agenouillée. »

-« J’ai tenu des discours extravagants à la lune éternelle. Cette bonne lune n’est pas née d’hier. Des gens comme moi, elle a dû en voir souvent, et de toutes façons, elle en a vu d’autres ».

-« Je me sens parfois comme un pieu fiché au bord d’une mer en furie, battu de tous côtés par les vagues. Mais je reste debout, j’affronte l’érosion des années. Je veux continuer à vivre pleinement ».

Ce ne sont là que quelques extraits d’un journal extrêmement riche de mille choses profondément humaines. J’espère vous avoir donné un peu envie de lire le livre. Il est fort probable que ce qui vous touchera dans les écrits de Etty Hillesum soit différent. C’est ce qui en fait tout l’intérêt.

Amélie Nothomb: ses conseils aux jeunes écrivains

AVT_Amelie-Nothomb_8894

Aimer lire et écrire est une bénédiction… Quand on a cette passion de la littérature, on ne connait plus l’ennui car l’esprit peut s’envoler là où il veut…

Le mois dernier, j’ai publié un article sur les conseils donnés par Bernard Werber aux jeunes écrivains (à revoir ici si vous le souhaitez)…

Aujourd’hui, comme promis, je vous invite à retrouver les conseils de Amélie Nothomb, en cliquant sur Cet interview.

Elle y donne quelques petits conseils sur l’art d’inventer et de raconter des histoires, de trouver des idées et d’aborder le travail de l’écriture. Et le premier de ces conseils consiste précisément à lire beaucoup… Amélie Nothomb compare le jeune écrivain qui prétendrait vouloir écrire mais n’aimerait pas lire, à quelqu’un qui dirait « J’aime cuisiner, mais je n’aime pas manger »! Ce qui semble effectivement difficile à concevoir…

Ensuite, au fil de mes recherches, je suis tombée sur un blog très intéressant au sujet de l’écriture, et notamment sur un article très complet sur les techniques d’écriture de Amélie Nothomb. A lire ici: (La parenthèse imaginaire). L’article est très intéressant et on y apprend beaucoup de choses sur sa manière de travailler. Si vous aimez l’écriture autant que moi, je pense que ce blog vous intéressera. Vous y trouverez de nombreux articles sur les techniques narratives, la création des personnages, des conseils de stylistique, des interviews d’auteurs, des renseignements sur l’auto-édition, et plein d’autres sujets autour de l’écriture qui font de ce blog un des plus complets que je connaisse.

Willy Pogany, artiste et illustrateur Hongrois… Peintre des mythes et des légendes.

Comme il m’arrive d’avoir envie de vous faire partager des citations et des extraits de livres, j’aime aussi vous faire partager certaines oeuvres picturales.

Je viens de recevoir un très joli livre sur les sirènes, acheté d’occasion directement auprès d’une jeune créatrice américaine, blogueuse à ses heures (1 lien à la fin de l’article)… Le livre s’appelle « Mermaids », et regroupe de nombreuses gravures anciennes de sirènes, toutes plus jolies les unes que les autres, et peintes par différents artistes.

Je voulais vous faire découvrir celle-ci (à gauche), choisie pour la couverture du livre. Je trouve cette peinture absolument sublime. Elle m’a permis de découvrir un artiste que je ne connaissais pas et qui m’inspire beaucoup: Willy Pogany. Je suis sensible à son style et au choix de ses couleurs.

J’ai donc fais des recherches sur cet artiste et j’ai trouvé toutes ces très belles œuvres oniriques, riches en couleurs et pleines de poésie…

Willy Pogany est né à Szeged, dans le sud de la Hongrie, en 1892. Peintre, illustrateur et décorateur, son art était fortement orienté vers les contes de fées et ses oeuvres repésentaient souvent des animaux mythiques, des nymphes et des lutins. Il portait une très grande attention aux détails botaniques.

S’il travaillait souvent dans la douceur – scènes de pastel rêveuses et chaleureuses ou aquarelles et peintures à l’huile luxuriantes et élégantes – il a également réalisé de nombreuses pièces à la plume et à l’encre.

Sa polyvalence et ses compétences ont également attiré des gens au-delà du monde du livre, et le travail de Pogany a pu être trouvé sur de nombreux décors de cinéma et dans des peintures murales Il a également été décorateur pour le Metropolitan Opéra, à New-York. Son style est aujourd’hui rattaché à l’ Art nouveau…

Il a également illustré de nombreuses publicités.

pogany_aw28nov48_temptaions_of_ulysses_sirens

(1) le site de Lady Delaney

Bernard Werber: quelques conseils aux jeunes écrivains.

Lorsqu’on aime écrire, on est souvent avide de conseils et on cherche surtout des réponses auprès des grands écrivains du passé ou du présent, dans des livres, des articles ou des interviews télévisés… Je suis tombée récemment sur plusieurs vidéos très intéressantes et notamment des interviews d’Amélie Nothomb et de Bernard Werber, deux écrivains que j’apprécie tout particulièrement. La première pour sa personnalité fantasque et inspirante, pour son esprit, aussi… Le deuxième pour son intelligence, son humour et sa faculté d’ insuffler de la spiritualité dans des sujets plutôt scientifiques. Le propos ici est de donner quelques conseils aux personnes qui veulent se lancer dans l’écriture de romans.

Si, comme moi, le sujet vous intéresse, je vous propose donc cette semaine de vous pencher sur les conseils de Bernard Werber… (dans un prochain article, je vous ferai partager ceux d’Amélie Nothomb).

Si vous avez très peu de temps, vous pouvez bien-sûr juste visionner ce film très court: 5 conseils aux jeunes auteurs

Bernard Werber y donne, de manière très concise, cinq précieux conseils aux auteurs débutants. Toujours bons à prendre!…. C’est rapide, mais à mon goût, cela me donne juste envie d’en apprendre davantage… Si c’est aussi votre cas, je vous propose de visionner cette interview conduite par la chaine « inspiration créative »

Dans cette vidéo, Il nous parle plus longuement de ses recettes personnelles pour stimuler son inspiration, sa créativité,  et nous explique sa manière de travailler. L’interview est très bien menée et les réponses sont passionnantes pour ceux qui aiment inventer et écrire des histoires…

Je ne peux m’empêcher d’ajouter cette intervention de Bernard Werber, qui concerne l’écriture de sa série de romans sur les fourmis. Là, c’est vraiment pour le plaisir!… Je vous promets un très bon moment… Il s’agit d’un discours filmé dans le cadre des émissions « Ted X », (souvent très réussis). Bernard Werber nous raconte comment l’écriture l’a littéralement « guéri » en lui donnant le moyen de s’exprimer. Le film dure une vingtaine de minutes, mais prenez le temps de le regarder en entier. C’est un discours plein d’humour et intelligent qui fait du bien…Du pur Bernard Werber. Toujours enthousiasmant…

J’ai également trouvé un article très complet et particulièrement bien écrit sur le site « La plume de Laurence » , qui s’appelle « Comment écrire en suivant les conseils de Bernard Werber ». Je me permets de mettre un lien pour vous inviter à le lire, parce qu’il est très réussi et résume, par écrit, l’essentiel de ce qui est dit dans les reportages, et de ce qu’on peut apprendre dans les masters-classes que Bernard Werber propose régulièrement. Ce qui permet de prendre des notes et de garder ces précieux conseils. A voir en cliquant  (ici-le blog de Laurence)

Si vous aimez autant que moi cet auteur particulièrement doué, voici un lien vers le site personnel de Bernard Werber. Et j’ai particulièrement apprécié cette vidéo extraite de son site personnel au sujet de la pandémie . Certes, c’est un peu hors sujet en ce qui concerne l’écriture, mais je trouvais intéressant d’avoir l’avis de Bernard Werber sur la crise sanitaire actuelle…

Un site très bien fait qui donne envie de lire ses romans et de le suivre dans ses délires de scientifique curieux de tout. Vous y trouverez d’autres liens vers de nombreuses vidéos. A vous de choisir…

Bernard Werber photo france 3 régions

Il y a bien longtemps que j’aime lire et écouter Bernard Werber. Il fait partie de ces auteurs dont je ne ma lasse pas de lire ou d’écouter les histoires. J’avais particulièrement aimé son roman « l’empire des anges », dont je conseille souvent la lecture. Cette histoire a considérablement changé ma façon d’imaginer ce qui, éventuellement, pouvait être une éventuelle « vie après la vie »!…

« Layers of light »: un atelier en ligne de mixed media très inspirant… par Laly Mille

Par ces temps d’isolement imposé (depuis plusieurs mois et pour encore un bon moment, je le crains…), je viens de m’inscrire avec plaisir et impatience à un atelier en ligne de création artistique particulièrement inspirant et rafraîchissant, que je viens de découvrir et qui s’appelle « Layers of light ».

LayersofLightOnlineMixedMediaPaintingClasswithLalyMilleProposés par Laly Mille, une artiste anglophone vivant aujourd’hui dans la vallée de la Loire, et dont la sensibilité artistique semble se porter sur des thèmes très similaires à ceux qui m’inspirent généralement, ces tutoriels sont visuellement très agréables à regarder et donnent vraiment très envie de se mettre sans attendre à la création artistique. La vidéo de présentation est enregistrée en anglais, car les participants s’y inscrivent à travers le monde entier. Mais si vous décidez de vous inscrire, il est utile de savoir que la plupart des vidéos disposent d’une version francophone. Pour vous donner une idée du contenu de ces ateliers, je vous invite à cliquer sur le lien suivant: « Layers of light ».

Mon besoin de nature et de lumière, la recherche des minuscules petits bonheurs que j’essaie de puiser dans mes simples rêveries quotidiennes, trouvent une résonance dans ces tutoriels particulièrement inspirants. Je suis déjà impatiente de commencer… et de replonger mes doigts dans les couleurs…(j’adore peindre avec mes doigts! Essayez! C’est un plaisir enfantin particulièrement jouissif!).

Je le sens, ces ateliers vont m’accompagner en douceur pour les mois qui viennent…

Vous pouvez visiter le très joli site de Laly Mille en cliquant sur ce lien

Vous y trouverez, entre autres, une vidéo très intéressante sur la pratique du Art journaling (ou carnets d’artistes), les articles de son blog, auquel vous pouvez vous abonner, la présentation des différents ateliers proposés par Laly Mille, et même un atelier gratuit… Bref tout plein de belles choses qui font du bien…

 

« Trouver du réconfort dans la création »: Le dernier vlog de Laétitia Miéral (Merveilles en papier) à savourer sans attendre…

21.2.2020Abonnée au blog de Laétitia Miéral, artiste et magicienne du papier, et créatrice de « Merveilles en papier », je reçois régulièrement ses vlogs et c’est à chaque fois pour moi un véritable moment de délice et d’émerveillement. La suivre, l’écouter me parler de ses découvertes, de ses créations, me fait beaucoup de bien, et ces moments qu’elle partage avec ses abonnés sont à chaque fois une source d’inspiration et un moment de plaisir délicat (ma madeleine de Proust à moi!…). J’ai reçu il y a quelques jours ce petit vlog intitulé « Finding confort and joy in creating », dans lequel elle explique, de manière très poétique, les bienfaits de la création artistique sur son état d’esprit, son humeur et sur son bien-être psychologique. Encore une fois, le film est en anglais, mais sincèrement, même en ne captant que partiellement ce qu’elle dit, vous n’aurez pas de mal à comprendre le propos; et de plus, la vidéo est esthétiquement très réussie..

.A voir ABSOLUMENT… (en cliquant ici)

Vous pouvez également aller voir son magnifique site et toutes ses vidéos.Elles sont toutes extrêmement agréables à regarder. Vous y découvrirez son univers de contes de fées,  ses magnifiques créations de papier, ainsi que le détail de ses ateliers en ligne. Je vous promets un moment de rêve et d’évasion. Et surtout, SURTOUT!… N’hésitez pas à vous abonner à sa newsletter et à sa chaine You Tube…  C’est la promesse de recevoir régulièrement des nouvelles d’un monde magique et enchanté!..Par les temps qui courent, ça ne se refuse pas!…Merveilles en papier (lien)

« Mister Finch », créateur de personnages fantasmagoriques en tissu.

Je viens de retrouver sur les étagères très chargées de ma bibliothèque, un livre que j’avais acheté il y a deux ans, qui s’appelle « Mister Finch, La vie dans un monde féerique », et qui présente le travail et l’univers imaginaire de cet artiste textile anglais plein de poésie.

« Mister Finch » (puisque c’est son vrai nom) fabrique des créatures fantasmagoriques en tissu en utilisant uniquement des matériaux recyclés. Il trouve son inspiration dans la nature, et fabrique donc surtout des fleurs, des animaux, des insectes et des oiseaux. Il aime humaniser les animaux en leur faisant porter des chaussures et des costumes inspirés des contes et légendes que nous connaissons tous, comme des sorcières aux formes diverses, des lièvres envoutés par la lune, des insectes étranges, des araignées parées de perles, des papillons de nuit avec des ailes en tapisserie, des escargots…

Ses créations sont particulièrement expressives et oscillent souvent entre la vie et la mort, entre la mélancolie et la gaité, la beauté et le bizarre. Et comme beaucoup d’artistes dont le travail me plait, il essaie d’insuffler un peu de magie et de poésie dans ses créations. Il aime partir à la chasse de pièces pour son travail, objets perdus, matériaux de récup, vieux tissus, non seulement pour des raisons éthiques, mais surtout parce qu’il trouve que c’est ce qui donne un charme si particulier à ses créations. Les rideaux de velours d’un vieil hôtel, une robe de mariée en lambeaux, un vieux tablier se transforment en oiseaux, en papillons de nuit et en bêtes sauvages fantaisistes.

Vous pouvez voir quelques unes de ses créations sur la vidéo you tube qui suit:

« Mister Finch » a également un site que je vous invite à visiter en cliquant ici.

L’éternel émerveillé: Vincent Munier, photographe animalier

Je sais (parce qu’un de mes fidèles lecteurs me l’a dit) que quelques uns d’entre vous ont particulièrement aimé certains reportages de la Radio-télévision suisse de la série « Passe-moi les jumelles » dont j’ ai donné les liens pour que vous puissiez les découvrir ici, directement à partir de mes articles. Dans la même série, j’ai à nouveau découvert un documentaire très intéressant qui nous présente cette fois un photographe animalier passionné et passionnant: Vincent Munier.

E6ky1eR0

Je dirais plutôt « Poète-photographe-animalier », car sa façon de parler de son métier est tellement emplie de passion et de poésie que le terme photographe ne peut pas suffire dans son cas.

Il vous suffit de cliquer sur ce lien qui vous permettra de découvrir ce portrait de Vincent Munier . Un conseil: Commencez par ce reportage avant d’aller plus loin dans la lecture de cet article. C’est esthétiquement le plus beau!… Bloquez-vous un petit moment de 50 minutes pour le visionner tranquillement. Bouffée d’oxygène garanti!…

J’ ai beaucoup aimé les réflexions de cet artiste, sa liberté créative , acquise en partie grâce à son père qui l’a initié à la photographie, et la fraîcheur de sa vision qu’il essaie de conserver, malgré le succès et les années de métier qu’il a déjà dernière lui…

J’ai énormément apprécié ses conseils d’observation, sa définition de l’affût et tout ce que cela peut apporter à celui qui le pratique, (qui se rapproche un peu de ce qu’on éprouve lorsqu’on observe longuement un paysage pour le peindre), son insatiable curiosité pour le monde animal et la nature dans son ensemble, et son infatigable enthousiasme pour son activité. Et puis ses réflexions sur le fait que parfois, il faut savoir laisser tomber l’appareil photo pour apprendre à vivre des sensations d’autant plus intenses qu’elles sont vécues dans l’instant, sans le filtre des appareils photos.J’ai enfin été particulièrement touchée par la sincérité de son émotion et les larmes qu’on perçoit dans sa voix, à la fin du reportage, lorsqu’il finit par voir les loups blancs s’approcher de lui, après des jours et des jours d’attente.

C’est un plaisir de l’entendre parler de son bonheur à exercer ce métier qu’il fait avant tout, comme il le dit lui-même, non pas seulement pour gagner sa vie, mais pour continuer à recevoir ces magnifiques cadeaux de la nature, et continuer à vivre son rêve. Il est très soucieux, bien-sûr, d’écologie, mais comme il le dit lui-même, son militantisme a lui, c’est juste de montrer le beau…C’est sa manière à lui de réveiller les consciences.

Si le premier documentaire vous a plu, j’ai ajouté un lien vers cet interview de Vincent Munier dans l’émission Sept à Huit.

Il dresse un portrait magnifique du personnage. Il nous fait partager une partie de ses aventures, nous raconte la belle histoire qui se cache derrière chaque photo. On l’écouterait parler pendant des heures! Passionnant!… Et enfin, troisième film, si vous voulez continuer à voyager encore un peu, il y a aussi ce film « Arctique » réalisé par Vincent Munier lui-même

Images sublimes…

Je viens aussi de lire un article sur le site du Nikon Club à propos de Vincent Munier. Ils lui posent des questions sur les réflexions que la crise sanitaire et le confinement lui ont inspiré:

« On se doit d’être positif, dit-il. Nous n’avons pas le choix. Même si tous les signaux nous montrent à quel point, le fait de souhaiter vivre comme avant, nous mène droit dans le mur.  Ce confinement dû à la pandémie pourrait être une opportunité unique pour tendre vers une certaine décroissance, une sobriété heureuse, ralentir cette spirale infernale de la compétition, de la consommation à outrance et prendre le temps… Prendre de le temps de créer, de réfléchir, de penser, de rêvasser, de jouir, de faire plaisir, de s’émerveiller… »

J’adhère à 100%!…

Il ajoute: »La photographie comme je l’entends, c’est « attraper » des intuitions poétiques, les saisir c’est à dire avoir un regard, qui par notre histoire, éducation, épreuve, douleurs, joie… est singulier, personnel. J’aime dire qu’on ne photographie pas ce que l’on voit mais ce qu’on ressent.

Attention, la « nature » n’est pas un terrain de jeu de l’homme. Et ça, nous avons tendance à le croire, surtout avec ces voyages photographiques, qui parfois me font penser à ceux des chasseurs de trophées, entre autres. Mais aussi ce tourisme de proximité où on ne se contente plus de bonheur simple, mais il nous faut partir sur des projets délirants et écologiquement irresponsables. Voyez comment on « utilise » nos montagnes, comment le béton grignote le sauvage. c’est affligeant ! Pour des plaisirs futiles, éphémères… J’ai la sensation parfois qu’on se doit d’occuper le peuple qui s’emmerde, qui doit consommer car on il est formaté à ça, dès son plus jeune âge.

Enfin, cette dernière remarque, qui fait réfléchir…: « Il va arriver un temps ou ce sera « has been » d’enchaîner les voyages. Il arrive, ce temps où nous devrions avoir honte de prendre l’avion. C’est mon cas ! Depuis une dizaine d’années, je suis dans ce paradoxe que j’essaie de corriger. J’y arrive et me sens plus en harmonie avec ce que je défends. »

A méditer!…

Le défi fou d’un peintre amoureux de la nature…Laurent Willinegger:Une aquarelle par jour…

Je vous propose aujourd’hui de découvrir un nouveau documentaire produit par l’excellente chaîne de la Radio Télévision Suisse « passe-moi les jumelles ». J’ai déjà évoqué cette série d’émissions dans d’autres articles de ma rubrique « personnes passionnées et passionnantes », car leurs reportages (qu’on peut voir sur Youtube, pour la plupart) sont toujours d’une grande qualité et nous permettent de découvrir à chaque fois des artistes ou des êtres atypiques aux univers toujours étonnants et enrichissants.

Cette fois, il s’agit d’un documentaire sur un artiste qui s’appelle Laurent Willenegger. Amoureux fou de la nature, il a décidé de sortir tous les jours, quelles que soient les conditions météorologiques, pour peindre à l’aquarelle les paysages qu’il découvre, autour de chez lui.

Même si je ne vais pas dessiner dans des conditions aussi extrêmes que lui, (même les tempêtes de neige ne l’arrêtent pas), je comprends et j’admire sa démarche. Je partage avec lui ce plaisir de plonger corps et âme dans l’observation de la nature en la dessinant. Se laisser « absorber »par un paysage pour le peindre, a le pouvoir de nous projeter hors du temps…La concentration que l’on met à observer les lignes, les couleurs, les reflets, fait qu’on est comme hypnotisé et qu’on oublie tout!… Si vous faites partie des gens qui aiment pratiquer la peinture dans la nature, ou qui aiment dessiner dans des carnets de voyages, je suis sure que vous savez de quoi je parle…

Bien-sûr, en ce moment, on est un peu bridés dans les distances qu’on peut parcourir… Mais cette crise sanitaire aura bien une fin, et, en plus, vous pouvez profiter de la période actuelle pour commencer à apprendre chez vous quelques techniques, notamment celle de l’aquarelle… Et si vous n’avez encore jamais essayé de le faire, je vous invite à vous lancer! Même si vous pensez ne pas savoir dessiner, ça vaut vraiment la peine d’essayer!.. En tous cas, inspirez-vous de ce documentaire… Il est possible que cela vous tente d’essayer, dans le kilomètre autour de chez vous, à l’abri des regards!… Alors Cliquez sur ce lien…Bon visionnage!…

L’artiste Jean A. Mercier: Les aquarelles inoubliables des livres de mon enfance.

L’artiste Jean A. Mercier: Les aquarelles inoubliables des livres de mon enfance.

Jean A Mercier est un peintre, illustrateur et affichiste renommé du XXème siècle. Il a créé beaucoup d’affiches publicitaire, mais personnellement, je l’apprécie surtout pour les aquarelles finement colorées et raffinées avec lesquelles il a illustré tant de livres de contes et de comptines pour enfants dans les années 60. Je me souviens surtout d’un livre de chansons françaises magnifiquement illustré, offert par mes parents lorsque j’étais toute petite, et que j’ai encore à ce jour dans ma bibliothèque.

La fraîcheur des couleurs et la poésie des scènes que je voyais dans mes livres de petite fille, me projetaient  dans un monde féérique plein de rêve et de beauté. Ils ont certainement grandement participé à mon goût pour les couleurs et les atmosphères féériques, puisque je les apprécie toujours autant aujourd’hui.

133

Ses illustrations à l’aquarelle sont peuplées de silhouettes féminines en robe à panier, de fleurs, d’oiseaux et de châteaux fantastiques…

dc59879b82743255409099f1493be8b0

226

912b69239356a06ba361473bb75cbd08

157