Bonjour jolies fées et gentils gnomes

Jeglitterfy7151802310B81 m’appelle Catherine…

Je suis Artiste-Ecrivain-Voyageuse… et chercheuse de merveilles…

« Artiste »… dans l’âme… parce que j’aime patouiller les couleurs… La création artistique occupe une grande place dans ma vie, particulièrement la pratique du carnet créatif (ou journal d’artiste). Je crois aussi que la façon dont nous décidons de vivre nos vies, est un art à part entière.

« Écrivain »… Car j’aime écrire de belles histoires… travailler l’écriture… Et partager ce qui m’habite avec des mots choisis avec amour…

« Voyageuse »… Car j’ai sillonné le monde pendant trente ans en tant qu’hôtesse de l’air. Je poursuis maintenant d’autres aventures. je sillonne davantage la France (et j’adore!…) Je  m’intéresse également aux voyages intérieurs (tout aussi passionnants)…

« Chercheuse de merveilles »… Parce que j’ai toujours réussi à préserver mes facultés d’émerveillement, et que cela m’a toujours aidé à traverser les coups durs que la vie met parfois sur le chemin… Aujourd’hui je pense modestement que ma « mission de vie » est peut-être d’inciter les gens  qui me lisent à retrouver ces facultés d’émerveillement, s’ils les ont perdues ou sont entrain de les perdre…

J’ai commencé récemment  l’écriture de ce blog pour essayer de faire partager ma vision de la vie. J’y écris des articles sur des lieux magiques à visiter,  sur mes découvertes inspirantes, sur  mes rencontres avec des personnes passionnées et passionnantes,  sur l’intérêt de développer sa créativité artistique,  sur l’importance de se reconnecter avec la nature, et tout plein d’idées pour  vous aider à réenchanter votre vie quotidienne en la saupoudrant de petits bonheurs pailletés.   Aujourd’hui, je sillonne la France et le monde, toujours à l’affût de belles choses à découvrir et de belles personnes à rencontrer.

Je vous invite à me suivre dans mon univers féérique, à renouer avec le merveilleux, avec le monde de l’enfance et de la pensée magique…

Ce blog s’adresse tout particulièrement aux âmes d’artistes qui sont à la recherche de sources d’inspiration.

Je crois également beaucoup à l’importance de rester le plus souvent possible en contact avec la nature. En vrai, la beauté est partout. Tout est une question de disposition d’esprit…

Alors, n’hésitez pas à me suivre en vous abonnant…(il suffit de cliquer sur l’étiquette bleue « suivre inspirations et merveilles », en haut et à droite de cette page d’accueil).

Vous pouvez déjà  aller voir quelques une de mes créations sur mon site: » la petite fabrique de merveilles  « .

Mon credo: créer du beau. Parce que créer du beau fait du bien à l’âme…

 

 

| La petite fabrique de merveilles sur WordPress

« La petite fabrique de merveilles »…

C’est le nom que j’ai donné à mon atelier d’artiste… Enfin… à celui que je rêve d’avoir, large, spacieux, lumineux, avec de grandes baies vitrées donnant sur la mer… Pour le moment, je vous l’avoue, je créé dans ma salle à manger!… Qui elle, est transformée en atelier d’artiste très créatif (c’est le mot que les artistes utilisent pour dire « encombré »), et dans laquelle je ne peux même plus recevoir mes amis!…

Je suis actuellement en phase active de création…
Vous pouvez déjà voir quelques unes de mes créations, pour la plupart, des objets et accessoires pour fées-bohèmes, sur mon site:

https://lapetitefabriquedemerveilles.com

« C’est véritablement utile, puisque c’est joli… » (Le Petit Prince de Saint Exupéry).

 

 

 

Cécile Filliette… Une carnettiste passionnée et passionnante…

J’ai eu la chance de rencontrer Cécile il y a quelques années et d’avoir fait plusieurs stages « carnets de voyages » avec elle, notamment trois en Bretagne. J’en garde un excellent souvenir. Elle a le don de transmettre des tas de petites combines et techniques assez faciles pour créer de jolies pages, bien composées et sait encourager la créativité de chacun. Et comme on parvient très vite à se faire plaisir, c’est très vite motivant. J’ai aussi beaucoup apprécié sa personnalité libre et fantasque. Je me souviens d’une belle complicité ressentie avec elle, lorsqu’en fin de journée, nous nous échappions pour nous baigner loin de tout le monde, dans des petites criques bretonnes désertes… J’adore sa façon très libre d’envisager la pratique du carnet de voyage. Elle m’a véritablement transmis sa passion pour la pratique de carnettiste. Et grâce à elle, je ne pars plus nulle part, sans mon petit sac à dos rempli d’un carnet, d’une trousse avec gomme, crayon, marqueurs noirs, de mes crayons de couleurs, d’une boite d’aquarelle, d’un petit pot d’eau, et bien sûr mon fauteuil pliant sur l’épaule pour m’asseoir n’importe où pour « croquer » les paysages…

All-focus

All-focus

Ces derniers mois, la pratique du carnet « créatif » en général a pris un peu plus d’ importance dans ma vie. (J’ai plusieurs articles sur le sujet dans ce blog).

Ce matin, j’ai reçu un mail m’annonçant que Cécile quittait Paris pour s’installer dans le Sud de la France. Il était accompagné d’un lien permettant de visionner ce film court. On y aperçoit la petite cour pavée où se situait son petit appartement à Paris, qui était un endroit extrêmement agréable et préservé dans lequel elle donnait également des cours et des formations. Le film permettra de garder un petit souvenir de ce lieu si particulier.

Je le mets ici afin que vous puissiez le visionner, parce que je trouve qu’il résume bien ce que peut apporter la pratique du carnet, mais aussi, parce qu’il vous permettra de faire connaissance avec Cécile Filliette. J’avais déjà écrit un article sur elle, sur ses livres et sur ses stages (qu’elle continue à organiser tous les ans, en France et ailleurs). Vous pouvez relire cet article en cliquant ici ou en allant directement sur son site: atelier métaforme.

Le tourisme de masse… C’est reparti?… Au secours! L’instinct grégaire refait surface!…

Bien-sûr, la vocation première de ce blog n’est pas de polémiquer. J’essaie en général d’éviter les sujets qui fâchent, parce que, vous l’avez compris, j’ai résolument décidé de me concentrer sur les beautés de ce monde et sur l’émerveillement qu’elles suscitent.

Mais là, franchement, je ne résiste pas à l’envie de réagir à ce que je viens de voir et d’entendre…

Vous avez certainement vu, vous aussi, ces derniers jours, quelques reportages sur la satisfaction générale à propos de la reprise du tourisme, en France et partout dans le monde. Je comprends le besoin d’évasion. Si j’ai exercé le métier d’hôtesse de l’air pendant trente ans, c’est assurément que j’avais des affinités avec la notion de voyage. Mais je pense juste que cette crise sanitaire aurait dû provoquer une prise de conscience à propos de ce qu’on appelle de manière si éloquente, le « tourisme de masse »… Malheureusement, elle semble provoquer le contraire chez beaucoup de gens. Après l’isolement imposé de ces derniers mois, apparemment difficile à vivre pour certains, « l’Instinct grégaire » ressurgit, irrésistiblement! … Je viens notamment de voir un reportage sur la reprise des croisières sur ces bateaux gigantesques qui ressemblent à des barres d’immeubles. Et surtout cette image choquante de ce monstrueux paquebot longeant à nouveau la fragile lagune de Venise…

 

Ces paquebots gigantesques aux proportions inhumaines (entre 5000 et 7000 passagers) sont le symbole d’un tourisme de masse complètement délirant que je pensais dépassé et dont la reprise me laisse dubitative… Le passage de ces mastodontes fragilise les fondations vulnérables de Venise. Les hordes de touristes qui en débarquent en masse, visitent le site au pas de course, et font la queue pour se prendre en selfies devant le pont des soupirs ou le pont du Rialto, juste pour montrer aux copains qu’ils y étaient!…

Overcrowded Venice during carnival 2018, Italy

Puis le soir venu, tout le monde remonte à bord de ces monstres des mers qui ressemblent de plus en plus à des parcs d’attractions. Ils y retrouvent leurs occupations de croisiéristes débordés, et « remplissent » les heures de navigation de toutes sortes d’activités dont il leur est apparemment difficile de se passer (jeux vidéos, simulateurs en tous genres, bowling, piscine avec musique tonitruante et cours d’aquagym, toboggans géants, escalade, shopping, repas gargantuesques -plutôt « burgers » que gastronomie fine – alcool à volonté, casinos… Bref, toutes les activités « enrichissantes » qu’on peut pratiquer partout ailleurs, dans quasiment toutes les villes du monde, ou dans tous les parcs d’attractions…). Il y a de quoi s’interroger sur la nature humaine…

Plus-gros-bateaux-de-croisiere-Oasis-of-the-seas

Et que dire de ces images vues lors du déconfinement en Chine, où des milliers de gens se bousculaient sur la muraille de Chine, au point de ne plus pouvoir avancer… Quel intérêt de visiter la muraille de Chine dans ces conditions?

1er-mai-la-muraille-de-chine-bondee-de-monde-20210501-1425-e89beb-0@1x

Alors oui, tout va bientôt recommencer comme avant… Peut-être en pire… Les avions vont recommencer à déverser chaque jour des millions de touristes dans les aéroports… La plupart vont faire le tour des capitales du monde entier en une journée (ou deux, pour les plus chanceux)… Sans oublier, bien-sûr les passages obligés dans les magasins de produits détaxés…

p14-hall-mirrors-crowd

Folla-Monna-Lisa-Gioconda-Louvre

Qu’en est-il de la contemplation des lieux? De l’observation des détails qui en font tout l’intérêt et le charme? De la découverte des cultures locales? De l’imprégnation sensorielle de l’ambiance? De l’atmosphère des quartiers? Des surprises dans l’emploi du temps de ces journées trépidantes? Des rencontres inattendues avec la population autochtone? Rien ne s’imprime dans le cœur et dans l’esprit de ce type de voyageur. Peut-être parce que ce ne sont pas des voyages. C’est de la consommation.

Au milieu de cette ambiance d’orgie touristique qui repointe le bout de son nez, peut-être serait-il bon de trouver un endroit bien au calme et de se plonger dans les livres de vrais voyageurs, comme Robert Louis Stevenson, Jack London, ou même Sylvain Tesson, dont j’ai dévoré les livres l’année dernière. Je viens d’apprendre qu’il sera l’invité de François Busnel dans la grande librairie, Jeudi prochain (30 Juin) à 20h50. Un rendez-vous à ne pas rater pour redécouvrir ce que devrait être un voyage digne de ce nom (et s’en inspirer): Une aventure faite de découvertes passionnantes, de vraies rencontres, authentiques… De silence, parfois… Ou au contraire, d’écoute attentive. Adopter un rythme plus lent, permettant de longs moments de contemplation. Voir peut-être moins de choses, mais plus tranquillement, moins superficiellement. Juste prendre le temps, afin que les émotions puissent s’imprimer en nous durablement. Savourer… Ces derniers mois m’ont tellement fait réfléchir à tout cela. Je pensais que le monde aurait envie de redécouvrir cet art d’un voyage différent… Après toutes ces images, vues ces derniers jours à la télévision, j’ai quelques doutes…

pexels-photo-2398220

« Une vie bouleversée » de Etty Hillesum.

Etty_1526912965

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Etty Hillesum? Il y est souvent fait référence aujourd’hui dans les livres traitant de la joie intérieure, comme ceux de Thierry Jansen, Frédéric Lenoir ou Alexandre Jollien, sans doute parce que les épreuves effroyables qu’Etty Hillesum a traversées semblent n’avoir jamais atteint sa joie de vivre, ni sa confiance dans la vie, et dans l’homme. Cette jeune femme juive, morte à l’âge de 29 ans à Auschwitz, a tenu un journal, entre 1941 et 1943: il en résulte un document extraordinaire, tant par la qualité littéraire que par la foi qui en émane.

La portée de ses écrits va bien au delà de l’histoire juive et de la déportation. Ses observations sur sa propre nature et l’évolution de sa vie intérieure peuvent toucher tout le monde. Lors de sa publication, en 1981, le journal d’Etty connait un succès foudroyant. En l’espace de quelques mois, il ne connut pas moins de huit réimpressions. En fait, c’est la personnalité de Etty et son étonnant cheminement intérieur qui, tout de suite, suscitent l’admiration. Etty alliait la curiosité intellectuelle de son père au caractère passionné de sa mère. Écrire était une nécessité vitale pour elle. « Le pire pour moi serait d’être privée de papier et de crayon pour faire le point de temps à autre – pour moi, c’est une absolue nécessité, sinon à la longue, quelque chose éclatera en moi et m’anéantira de l’intérieur », dit-elle. Sa courte vie est jalonnée de relations amoureuses avec des hommes beaucoup plus âgés qu’elle. Elle ne s’en cache pas, étudie ses propres travers, mais parle aussi de son évolution spirituelle (elle est profondément croyante), et du cheminement de sa réflexion sur les choses de la vie. Dans son journal, ses écrits, ses pensées intimes et ses émotions ne sont protégées par aucun secret. Elle livre ses pensées telles qu’elles sont, avec une sincérité bouleversante. Et c’est en cela qu’elle peut toucher tout le monde.

Une vie bouleversée J’ai pris l’habitude, lorsque je lis un livre, d’en souligner les plus beaux passages. Or, très rapidement, à la lecture de « Une vie bouleversée », je me suis vite rendu compte que je soulignais presque tout!… Certaines phrases m’ont émue aux larmes. Etty est parvenue à décrire des sentiments et des impressions qu’il m’est arrivé de ressentir, sans avoir eu, peut-être, l’audace de les exprimer moi-même. On se juge soi-même parfois un peu sévèrement et Etty Hillesum nous montre qu’il est important d’avoir un minimum d’indulgence envers nos propres cheminements parfois chaotiques. Elle nous parle sans filtre de ses émotions, ses peurs, ses doutes, ses questionnements. Et je pense que c’est en cela que chacun peut y reconnaitre des parcelles de ses propres méandres.

Extraits choisi:

-« La vie est si curieuse, si surprenante, si nuancée, et chaque tournant du chemin nous découvre une vue entièrement nouvelle. La plupart des gens ont une vision conventionnelle de la vie, or il faut s’affranchir intérieurement de toutes les représentations convenues, de tous les slogans, de toutes les idées sécurisantes, il faut avoir le courage de se détacher de tout, de toute norme et de tout critère conventionnel, il faut oser faire le grand bon dans le cosmos: alors la vie devient infiniment riche, elle déborde de dons, même au fond de la détresse. »

-« Je touche ici à un point essentiel. Quand je trouvais belle une fleur, j’aurais voulu la presser sur mon cœur ou la manger. C’eût été plus difficile avec d’autres beautés naturelles, mais le sentiment était le même. J’avais une nature trop sensuelle. Ce que je trouvais beau, je le désirais de façon beaucoup trop physique, je voulais l’avoir. Aussi j’avais toujours cette sensation pénible de désir inextinguible, cette aspiration nostalgique à quelque chose que je croyais inaccessible; […] L’intensité de ces sentiments était précisément ce qui me faisait croire que j’étais née pour créer des œuvres d’art. »

-« La vie et les rapports humains sont nuancés à l’infini. Il n’y a jamais rien d’absolu ou d’objectivement vrai -je le sais, mais encore faut-il que ce savoir vous entre dans le sang, dans la chair et pas seulement dans la tête, il faut le vivre ».

-« La source vitale doit toujours être la vie elle-même, non une autre personne. Beaucoup de gens, des femmes surtout, puisent leurs forces chez un autre être, c’est lui leur source vitale, non la vie elle-même. Situation fausse, défi à la nature ».

-« Nous avons tous les deux des rythmes de vie tout à fait différents; il faut laisser à chacun la liberté de vivre selon sa nature. A vouloir modeler l’autre sur l’image qu’on se fait de lui, on finit par se heurter à un mur et l’on est toujours trompé, non par l’autre, mais par ses propres exigences […]. On ne réfléchira jamais trop à la nécessité de se libérer vraiment de l’autre, mais aussi de lui laisser sa liberté en évitant de se former de lui une représentation déterminée. »

-« …Ce besoin, cette fantaisie ou cette chimère de vouloir posséder un seul être pour toute une vie, il faut absolument le réduire en miettes. Ce désir d’absolu, il faut le pulvériser. Et ce ne sera pas un appauvrissement de l’être, mais justement un enrichissement. Accepter dans les liaisons un commencement et une fin, y voir un fait positif et non une raison de tristesse. »

-« Certitude de plus en plus ferme de ne devoir attendre des autres ni aide, ni soutien, ni refuge, jamais. Les autres sont aussi incertains, aussi faibles, aussi démunis que toi-même. Je ne crois pas qu’il soit dans ta nature de trouver auprès d’un autre les réponses à tes questions. Tu seras toujours renvoyée à toi-même. Il n’y a rien d’autre. Le reste est fiction. Mais c’est dur d’être ramenée sans cesse à cette vérité. Surtout en tant que femme. Quelque chose te poussera toujours à te perdre dans un autre, dans « l’être unique ». Encore une fiction -une belle fiction, certes.[…] Et lorsqu’on découvre à vingt sept ans des vérités aussi dures, cela vous remplit de désespoir, de solitude et d’angoisse, mais vous donne aussi un sentiment d’indépendance et de fierté. Je suis confiée à ma seule garde et devrai me suffire à moi-même ».

-« Je ne suis pas la seule à être fatiguée, malade, triste ou angoissée, je le suis à l’unisson de millions d’autres à travers les siècles, tout cela c’est la vie; la vie est belle et pleine de sens dans son absurdité, pour peu qu’on sache la porter tout entière en soi dans son unité ».

-« Il faut accepter toutes les contradictions; tu voudrais les fondre en un grand tout et les simplifier d’une manière ou d’une autre dans ton esprit, parce qu’alors la vie te deviendrait plus simple. Mais elle est justement faite de contradictions, et on doit les accepter comme éléments de cette vie […]. Laisse la vie suivre son cours, et tout finira par s’ordonner ».

-« Je remarque que mes facultés d’observation enregistrent tout sans faillir avec en plus une sorte de joie. En dépit du poids des choses, de ma fatigue, de ma souffrance, de tout, il me reste au moins ma joie, la joie de l’artiste à percevoir des choses et à les transformer dans son esprit en une image personnelle ».

-« Dévorer des livres, comme je l’ai fait depuis ma plus tendre enfance, n’est qu’une forme de paresse. Je laisse à d’autres le soin de s’exprimer à ma place. Je cherche partout la confirmation de ce qui fermente et agit en moi, mais c’est avec mes mots à moi que je devrais essayer d’y voir clair. […] pour toucher les autres à travers moi, je dois y voir clair et je dois m’accepter moi-même. Depuis des années, j’emmagasine, j’accumule dans un grand réservoir, mais tout cela devra bien ressortir un jour, sinon j’aurai le sentiment d’avoir vécu pour rien, d’avoir dépouillé l’humanité sans rien lui donner en retour. Peut-être ma mission est-elle de m’expliquer vraiment, avec tout ce qui me harcèle, me tourmente et appelle désespérément en moi solution et formulation. Car ces problèmes ne sont pas seulement les miens, mais ceux de beaucoup d’autres. »

– » A Deventer, les journées étaient de grandes plaines ensoleillées, chaque jour formait un tout sans rupture, j’étais en contact avec Dieu et avec tout les hommes, probablement parce que je ne voyais personne. Il y avait des champs de blé que je n’oublierai jamais, auprès desquels je me serais presque agenouillée. »

-« J’ai tenu des discours extravagants à la lune éternelle. Cette bonne lune n’est pas née d’hier. Des gens comme moi, elle a dû en voir souvent, et de toutes façons, elle en a vu d’autres ».

-« Je me sens parfois comme un pieu fiché au bord d’une mer en furie, battu de tous côtés par les vagues. Mais je reste debout, j’affronte l’érosion des années. Je veux continuer à vivre pleinement ».

Ce ne sont là que quelques extraits d’un journal extrêmement riche de mille choses profondément humaines. J’espère vous avoir donné un peu envie de lire le livre. Il est fort probable que ce qui vous touchera dans les écrits de Etty Hillesum soit différent. C’est ce qui en fait tout l’intérêt.

Amélie Nothomb: ses conseils aux jeunes écrivains

AVT_Amelie-Nothomb_8894

Aimer lire et écrire est une bénédiction… Quand on a cette passion de la littérature, on ne connait plus l’ennui car l’esprit peut s’envoler là où il veut…

Le mois dernier, j’ai publié un article sur les conseils donnés par Bernard Werber aux jeunes écrivains (à revoir ici si vous le souhaitez)…

Aujourd’hui, comme promis, je vous invite à retrouver les conseils de Amélie Nothomb, en cliquant sur Cet interview.

Elle y donne quelques petits conseils sur l’art d’inventer et de raconter des histoires, de trouver des idées et d’aborder le travail de l’écriture. Et le premier de ces conseils consiste précisément à lire beaucoup… Amélie Nothomb compare le jeune écrivain qui prétendrait vouloir écrire mais n’aimerait pas lire, à quelqu’un qui dirait « J’aime cuisiner, mais je n’aime pas manger »! Ce qui semble effectivement difficile à concevoir…

Ensuite, au fil de mes recherches, je suis tombée sur un blog très intéressant au sujet de l’écriture, et notamment sur un article très complet sur les techniques d’écriture de Amélie Nothomb. A lire ici: (La parenthèse imaginaire). L’article est très intéressant et on y apprend beaucoup de choses sur sa manière de travailler. Si vous aimez l’écriture autant que moi, je pense que ce blog vous intéressera. Vous y trouverez de nombreux articles sur les techniques narratives, la création des personnages, des conseils de stylistique, des interviews d’auteurs, des renseignements sur l’auto-édition, et plein d’autres sujets autour de l’écriture qui font de ce blog un des plus complets que je connaisse.

Une bouffée de printemps à la campagne… Enfin!

Et devinez quoi?… Je n’ai plus de vert dans ma boite d’aquarelle!…

Citation du jour: extrait du livre « Ma spiritualité au cœur de la nature » de Philippe Roch

Citation du jour: extrait du livre « Ma spiritualité au cœur de la nature » de Philippe Roch

« Certaines religions se réfèrent à un livre inspiré ou dicté par Dieu. Il faut un acte de foi pour attribuer ces textes à la main divine. Mais il est un livre qu’aucun humain n’a écrit et qui vient directement de la main du créateur, c’est la Nature. Si le créateur a quelque chose à nous dire, alors il l’a certainement écrit dans le plus beau livre qui soit, la Nature. »

« Pourquoi la nature nous offre-t-elle une vie spirituelle plus sûre que les traditions religieuses? J’ai moi-même puisé beaucoup dans la culture chrétienne et aussi un peu dans d’autres familles spirituelles pour ouvrir, approfondir et développer ma spiritualité. Mais les dogmes m’ont posé beaucoup de problèmes, à cause de leur rigidité et parce qu’ils sont des règles arbitraires adoptées par des hiérarchies humaines.

La Nature m’a accueilli chaque fois que j’ai eu besoin d’elle. Elle est simplement présente, et l’on ressent alors la profondeur de son être, comme totalité d’une infinie diversité dont nous faisons partie ». (Philippe Roch)

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Willy Pogany, artiste et illustrateur Hongrois… Peintre des mythes et des légendes.

Comme il m’arrive d’avoir envie de vous faire partager des citations et des extraits de livres, j’aime aussi vous faire partager certaines oeuvres picturales.

Je viens de recevoir un très joli livre sur les sirènes, acheté d’occasion directement auprès d’une jeune créatrice américaine, blogueuse à ses heures (1 lien à la fin de l’article)… Le livre s’appelle « Mermaids », et regroupe de nombreuses gravures anciennes de sirènes, toutes plus jolies les unes que les autres, et peintes par différents artistes.

Je voulais vous faire découvrir celle-ci (à gauche), choisie pour la couverture du livre. Je trouve cette peinture absolument sublime. Elle m’a permis de découvrir un artiste que je ne connaissais pas et qui m’inspire beaucoup: Willy Pogany. Je suis sensible à son style et au choix de ses couleurs.

J’ai donc fais des recherches sur cet artiste et j’ai trouvé toutes ces très belles œuvres oniriques, riches en couleurs et pleines de poésie…

Willy Pogany est né à Szeged, dans le sud de la Hongrie, en 1892. Peintre, illustrateur et décorateur, son art était fortement orienté vers les contes de fées et ses oeuvres repésentaient souvent des animaux mythiques, des nymphes et des lutins. Il portait une très grande attention aux détails botaniques.

S’il travaillait souvent dans la douceur – scènes de pastel rêveuses et chaleureuses ou aquarelles et peintures à l’huile luxuriantes et élégantes – il a également réalisé de nombreuses pièces à la plume et à l’encre.

Sa polyvalence et ses compétences ont également attiré des gens au-delà du monde du livre, et le travail de Pogany a pu être trouvé sur de nombreux décors de cinéma et dans des peintures murales Il a également été décorateur pour le Metropolitan Opéra, à New-York. Son style est aujourd’hui rattaché à l’ Art nouveau…

Il a également illustré de nombreuses publicités.

pogany_aw28nov48_temptaions_of_ulysses_sirens

(1) le site de Lady Delaney

La poésie peut changer nos vies…

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai découvert la poésie à l’école… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette découverte ne m’a pas laissé de souvenirs très marquants. J’ai toujours aimé lire et écrire, mais, comme beaucoup de gamins, et bien à tort,  je considérais la poésie comme un style un peu désuet et un peu trop éloigné de nos modes d’expression actuels pour parvenir à y être vraiment sensible. Mais récemment, en me plongeant dans l’univers des Haïkus (poèmes très courts), sur lesquels je viens d’écrire un article, j’ai (enfin!) complètement redécouvert la puissance des mots et des sons, et la force étonnante et inattendue de la poésie.

soyez-poete-de-votre-vie-9782228904483_0J’ai retrouvé un livre acheté il y a bien longtemps, puis abandonné pendant plusieurs années sur une étagère (cela m’arrive souvent!), qui s’intitule « Soyez poète de votre vie », écrit par Jacques de Coulon. La lecture de ce livre m’a clairement fait comprendre pourquoi et comment la poésie peut nous aider à vivre mieux. Difficile à croire, mais les mots ont un pouvoir magique. J’ai appris que la lecture d’un poème entraîne véritablement des réactions organiques.  Par leurs sonorités, leurs couleurs ou le rythme de leur agencement, ils s’habillent d’images et agissent sur nous en profondeur, calmant l’agitation mentale. La poésie libère véritablement nos émotions et notre imaginaire. Elle nous vivifie et nous élève.

Il y a aujourd’hui un certain renouveau poétique. Les jeunes redécouvrent la poésie, par le biais des haïkus, qui reviennent à la mode ces dernières années, et surtout, bien-sûr, par l’intermédiaire du slam. « Certains jeunes semblent repus : saturés d’informations, leur esprit s’ouvre worldwide par écrans interposés mais, revenus de tout, ils ne s’émerveillent plus de rien. La poésie leur donnera une nouvelle fraîcheur », nous dit Jacques de Coulon.

De mon côté, moi aussi, je découvre peu à peu, et avec bonheur, tout ce que la magnifique suggestion de Hölderlin peut apporter à ma vie:

« Il faut habiter poétiquement le monde » disait-il…  Et lorsqu’il parlait « d’habiter poétiquement le monde », il ne suggérait pas simplement de se mettre à écrire des poèmes. Son invitation consistait, beaucoup plus largement, à nous inciter à retrouver nos facultés d’émerveillement et notre sens de la beauté, dans tous les aspects de nos vies. Et cette suggestion d’habiter poétiquement le monde est d’ailleurs, depuis le début, le thème essentiel de ce blog, mais aussi ma philosophie de vie en général, et le premier commandement de ma religion personnelle…

Mais ceci dit, écrire de la poésie est un chemin de plus, parmi d’autres, pour parvenir à retrouver ses facultés d’émerveillement…

« Les gens courent et s’affairent, ployant sous le poids de leurs soucis. Le plus souvent, ils évoluent dans un matérialisme crasse et leur vie tourne autour du métro-boulot-dodo. Que leur manque-t-il? Un brin de poésie, une petite étoile qui danse dans leur ciel intérieur »

Cette dernière phrase me fait beaucoup réfléchir à l’utilité qu’aurait pu revêtir pour le monde occidental, cette pause étrange que nous  impose la crise sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an maintenant. Ne faudrait-il pas essayer de percevoir dans cette période qui nous oblige à lever le pied dans nos activités et nos déplacements, une occasion, même ponctuelle, de se tourner vers notre  intériorité. Trop impatients de retrouver leur rythme d’avant, leurs interactions sociales, leur consumérisme, leur agitation  habituelle, trop de gens ne perçoivent malheureusement pas la possibilité  que cette étrange pause imposée peut nous offrir, malgré tout. Nous avons un esprit, et cet esprit est capable de s’évader vers des paysages magnifiques, ceux qu’on connait, ou ceux qu’on peut imaginer.  Et surtout, Il nous permet de nous envoler sur les ailes du rêve… « Plutôt que de traîner notre spleen dans les couloirs gris de l’affliction ou de gamberger des idées noires, essayons de  rêver en couleurs,[…] Pourquoi fixer l’esprit sur la douleur alors qu’il peut voyager partout? », nous suggère ce livre sur la poésie…

Nous avons en ce moment, plus de temps pour rêver mais aussi plus de temps pour lire… Pour redécouvrir les grands auteurs, les philosophes, et les poètes… Or, la poésie nous aide vraiment, de bien des manières, à traverser les circonstances difficiles.

Extraits du livre:

« Le poète nous apprend à sortir du ventre immense de nos mégapoles pour nous tourner vers les fleurs, les arbres, les nuages dans le ciel… Pour comprendre aussi leur langage ».

« Qui de nos jours sait encore écouter la nature et comprend sans efforts le langage des fleurs et des choses muettes? », nous dit Baudelaire.

« Nous passons à côté de l’essentiel, qui se trouve dans les plus petites choses, ces étincelles d’éternité, telle cette minuscule fleur qui éclaire la forêt. Il ne s’agit donc pas de nier notre monde ni même de s’en détourner, mais bien de le rendre incandescent dans la lumière d’une nouvelle conscience ».

« Imaginer, créer : le poète fait exister des mondes nouveaux […]Vous pouvez certes échapper à la morosité ambiante dans les paradis artificiels des drogues ou du cyberespace. Vous pouvez aussi le faire sous le ciel d’azur de la poésie. A vous de choisir! »

« Rêver sa vie! Vivre son rêve! Mais qui sait encore vivre ses propres rêves en allant chercher ses propres perles au fond de son imaginaire?.[…]Nourrir son imaginaire… Nous vivons dans un monde saturé d’images qui, le plus souvent configurent notre intériorité aux normes marchandes du système. Or, l’image enferme l’esprit dans une seule représentation voulue par son concepteur. (Pensons à la publicité!). Le mot libère au contraire l’imaginaire et nous permet de créer notre propre représentation. Richesse de l’imaginaire qui vous permet de vous approprier le monde en le recréant en vous! Conclusion: pour développer cette créativité, LISEZ plutôt que de vous laisser imposer vos représentations. Et si la lecture se porte sur des poèmes, des contes ou des mythes, le jardin de votre âme fleurira d’autant mieux. Ces textes contiennent en effet de nombreux symboles qui sont autant de noyaux d’énergie venus du fond des âges et qui agiront puissamment sur votre vie. Le rêve vient habiter la vie ordinaire pour la tisser de fils d’or et lui donner de l’étoffe. Elle devient alors extraordinaire ».

« Le poète brode la réalité pour en faire une toile plus belle. La poésie s’inscrit en lettres d’or sur la trame de la vie ».

Quelques conseils puisés dans ce livre pour écrire de la poésie:

« Arrêtez-vous dans la nature et contentez-vous d’ouvrir vos cinq sens, sans faire quoi que ce soit, sans penser à quoi que ce soit. Ici et maintenant ».[…]

Rimbaud suggère d’élargir notre perception en observant la nature avec toute la palette de nos sens : « Nous avons seulement à ouvrir nos sens à la sensation, puis fixer avec des mots ce qu’ils ont reçu. Notre unique soin doit être d’entendre, de voir et de noter. Sans choix, sans intervention de notre intelligence. Le poète doit écouter et noter (quoi que ce soit) ».

 » Suivre les conseils de Rimbaud: Tout observer, en pleine conscience et sans le filtre du mental, puis noter les sensations dans un carnet qui contiendra les premiers balbutiements de poésie. Dans ce déferlement du ressenti, vous allez découvrir quelques perles. Noter! noter toute cette profusion de sensations! Les sensations alimentent les passions qui soulèvent notre vie en l’enflammant. Sans passions, nous sommes des branches de bois mort ».

L'agenda du poète

  Il y a aussi aux éditions de La Martinière, un autre livre très ludique pour découvrir l’écriture poétique. Destiné à l’origine à de jeunes lecteurs, « L’agenda du (presque) poète » de  Bernard Friot, fonctionne comme un agenda poétique : Chaque page correspond à un jour de l’année et propose une séquence sur un point précis : qu’est-ce qu’un poème? D’où vient l’inspiration? C’est quoi un alexandrin?…

On comprend ainsi que la poésie ce n’est pas seulement des mots mais aussi l’éveil de tous les sens. Et que tous ces sens contribuent au développement de la créativité et de l’imagination.

Un ouvrage qui se démarque des classiques de la poésie, et donne envie de s’essayer à l’écriture poétique.