Les Fééries du bocage: les 1er et 2 Juin 2019 dans le village de Dormelles. Une jolie fête à la fois très artistique et très champêtre…

Je viens de passer une journée très agréable à la huitième édition des « Fééries du Bocage »,  le festival du merveilleux et de la Fantasy, dont le thème cette année était « Les forêts enchantées ».

Le festival avait lieu à Dormelles, un ravissant petit village de Seine et Marne, à une vingtaine de kilomètres au sud de Fontainebleau. Plus petit que certaines autres manifestations du même style en nombre d’artisans, les fééries du Bocage proposaient par contre davantage de rencontres avec des auteurs et illustrateurs inspirés par l’univers féérique et fantasy. Il y avait donc le marché féérique en plein air (la journée a été magnifique), les déambulations de personnages féériques et d’échassiers,

 

des conteurs, des conférences très intéressantes, des musiciens et surtout la présence et les dédicaces d’auteurs et d’illustrateurs particulièrement talentueux. J’ai surtout remarqué l’univers de:

-Jim Colorex, dont j’ai particulièrement aimé le travail…(site Jim Colorex).     Il y a également beaucoup de photos de ses dessins sur de nombreux sites et sur pinterest…                                             Ce passionné de contes et de légendes imaginaires, amoureux de la nature, tente de nous faire partager son univers à travers ses  peintures mais aussi ses textes, ses histoires… Je suis repartie avec deux de ses livres: Aquafaë (sur les sirènes et autres filles de l’onde) et Forestys (témoignage d’une sorcière sur son vécu au sein d’une antique forêt).Il participe à de nombreuses manifestations de ce style, surtout en Bretagne et autour de Brocéliande.

Sans-titre1-600x504

Ci-dessus, « La fée verte » une de ses illustrations…Ma préférée, je crois….

et quelques autres…

Résultat de recherche d'images pour "images jim colorex"Résultat de recherche d'images pour "jim colorex art"Résultat de recherche d'images pour "jim colorex art"

 

index

Marine Tumelaire: jeune artiste-aquarelliste et son livre « Voyage en terre sombre ».

Il s’agit du journal de Mallory Armand (le personnage qu’elle a créé), jeune voyageuse et aventurière du 19ème siècle, peintre naturaliste, cryptozoologue et éthologiste qui entreprend un voyage  en terres sombres… Le tout magnifiquement illustré…

 

Charline: A découvrir sur son site

(le monde féérique de Charline).et ses livres co-créés avec son amie Evelyne: « Le petit marchand de sable », « Fabulines enchantées » et « Faun »…

 

Je me suis également procuré quelques reproductions des œuvres de Ixel… Voici une courte présentation de l’artiste sur le  site le dormantastique

Résultat de recherche d'images pour "ixel illustrateur"

J’ai trouvé tous ces artistes non seulement talentueux, mais très accueillants et chaleureux, apparemment ravis d’échanger avec les visiteurs. Discuter avec eux a été très agréable et enrichissant.

Je ne veux pas oublier un autre artiste dont j’ai beaucoup aimé les créations (collages sur boites en bois, petits meubles, faux livres reliés… à partie de ses dessins, réinterprétations personnelles de personnages de contes de fées connus et populaires, Pierron le hobbit…

(présentation du gentil pierron le hobbit…)

A noter quand même parmi les artisans, une créatrice de très jolis bijoux représentant des ailes de fées aux couleurs subtiles absolument ravissants. Sa fée rêvée…(ici) 

Et j’ai bien aimé aussi « The Bizarre Shop«  , la boutique d’une jeune créatrice d’accessoires et de bijoux ésotériques, qui a également créé un blog sur l’univers de bizarre… que je trouve très bien fait…

Enfin, j’ai assisté à deux conférences intéressantes.

La première par Emeline et Eric Bénard sur les êtres de la nature (lien vers leur site aimer le vivant). Là, on peut ne pas adhérer… Mais leur vision est intéressante et surtout leur façon très joyeuse et décontractée de parler de la présence des êtres de la nature à nos côtés pour nous aider dans notre vie est particulièrement réjouissante et réconfortante, alors… Pourquoi ne pas essayer d’entrer en contact?… En tous cas, moi, j’ai très envie d’y croire, bien-sûr… Il parait qu’hier, un gentil dragon m’accompagnait…

La deuxième conférence portait sur l’énergie des arbres. Elle était présentée par Patrice Bouchardon qui a, entre autres, écrit les livres « l’énergie des arbres » et « A la rencontre des arbres, je me suis rencontrée », que j’ai lu récemment et qui m’a donné envie de suivre un de ses stages destinés à enseigner le moyen d’entrer en contact avec les arbres….  (interview Btlv « les arbres parlent »)

Une très belle journée, donc, riche de rencontres avec des artistes talentueux doublés de personnes charmantes et passionnantes…

 

 

Exposition « La lune » du voyage réel au voyage imaginaire. Au grand palais.

Exposition « La lune » du voyage réel au voyage imaginaire. Au grand palais.

La lune est l’astre de nos nuits, le miroir de nos rêves…depuis le début des temps…

 

Depuis toute petite, je passe de longs moments à regarder la lune, le soir, partout où je vais… Peu de gens sont insensibles à cette vieille compagne de nos rêveries nocturnes, à ce témoin de nos promenades en amoureux,  de nos prières silencieuses, de nos moments de solitude, de peine ou d’espoir. Elle est toujours là, ronde, ou demi-lune, à nous regarder, à nous écouter, comme une amie patiente et apaisante.Et on se prend tous à croire qu’elle est là juste pour nous, et pour toujours, un peu comme un ange-gardien personnel. Et je crois que ce n’est pas faux… Puisque c’est ce que nous ressentons, c’est le plus important, finalement…

Lorsque j’ai entendu parler de l’exposition « La Lune », proposée au Grand Palais à Paris, du 3 avril au 22 Juillet, j’ai décidé de m’y rendre pour me noyer dans la rêverie en compagnie de cette vieille complice de mes nuits…(Bande annonce de l’exposition)

L’exposition dévoile les relations que l’homme entretient avec la lune depuis la nuit des temps, et nous invite à une promenade à travers des œuvres d’art et des objets qui incarnent les visions et les sentiments qu’elle a inspirés.

Discrète, et omniprésente, malgré la conquête de l’espace qui aurait pu détruire son mystère, la lune conserve son aura et son pouvoir de fascination… En tous cas, moi, elle me fait toujours autant rêver, et comme pour l’océan ou les arbres, je peux passer des heures à la contempler. Cela m’a donné l’idée de créer une série de petit livres d’artiste sur les éléments naturels qui m’inspirent: La lune, les étoiles, le soleil, les arbres, la mer. Voici un petit aperçu de ce premier petit livre sur la lune…

 

Salon Legendaria: Rencontre avec Loïc Wagner, jeune artiste plasticien atypique, plein d’humour et d’imagination… et quelques autres créateurs très talentueux…

Je viens de rentrer du salon Légendaria, qui se tenait au Palais des congrès de Dijon les 6 et 7 avril 2019. Succédant au salon « grimoires et chaudrons »qui traitait l’année dernière essentiellement de sorcellerie, le salon Légendaria de cette année élargissait ce thème à toutes les formes de légendes, des créatures fantastiques aux légendes nocturnes (loups-garous, spectres et vampires), en passant sur la magie traditionnelle (chamanes, druides, retour à la nature)…C’était une manifestation sympathique qui m’a ravie, et au cours de laquelle j’ai fait de jolies rencontres.

De nombreux artistes et artisans vendaient leurs créations sur le thème de tous ces univers magiques…

J’aimerais commencer par vous parler d’un jeune artiste particulièrement imaginatif, bourré d’humour et de talent, dont l’univers décalé m’a enchantée: Loïc Wagner.

 

 

Je vous donne directement ce lien pour aller sur son site (WL explorations) afin de découvrir quelques unes de ses créations, toutes un peu folles, et touchantes à la fois… Un peu « savant fou », explorateur de mondes fantastiques imaginaires depuis son enfance, Loïc est un artiste à l’imagination débridée qui a su garder son sens de l’humour et sa simplicité… et ça, ça fait vraiment du bien. J’ai adopté un de ses « Poox » (ces créatures bizarres à l’air inoffensif, en photo ci-dessus, dans la vieille valise).

J’ai également remarqué les très jolis bijoux de la marque « Vagabond syndrome« . créés par la ravissante Marta, ces bijoux sont tous uniques, réalisés à partir de matériaux naturels ou de récup, plaqués de cuivre. (Vagabond syndrome a aussi une page Facebook).All-focus

Je les ai tous trouvés magnifiques. En tous cas, ils provoquaient une certaine « résonance » en moi…

Ne cherchez plus celui-ci: je l’ai emporté avec moi…

 

J’ai aussi été envoûtée par la jolie sorcière Epona, sur son stand « Le chaudron d’Epona »,

qui  concocte, entre autres activités, des produits de soins naturels. Personnalité intéressante, à suivre… notamment dans un projet de lieu de vie participatif pour apprendre la permaculture, la cueillette de plantes médicinales, la savonnerie et autres projets en lien avec la nature…(projet « Terrabitat » sur leetchi.com) Sur son stand, elle concoctait des potions magiques colorées avec une énergie et un enthousiasme communicatifs… Encore une personnalité atypique et touchante… Une sorcière, mais plutôt sympa.. plus proche de la fée que de la sorcière gothique, si vous voyez ce que je veux dire…(.Epona sur intagram entres autres liens…)

Apothicaire Lunaris.jpg

Enfin, j’ai aussi trouvé ravissants les petits flacons magiques de Lunaris,  la marque toute récente d’une jeune apothicaire fantaisiste… Des flacons colorés et pailletés poétiquement appelés « Poussières célestes », « larmes de sirènes » « rêves de licorne », »filtre d’amour véritable », « poudre de lune » et autres « Félix félicis »… de véritables petites créations artistiques…

 

Je me suis acheté trois jolies reliures de carnets en cuir teinté et gravé…

pour  mes  carnets créatifs et autres carnets de voyages… à l’Atelier Fau’Papiers.

Bref, une très belle journée agréable, en compagnie d’artistes et d’artisans fantasques, originaux et sympathiques… tous amoureux de nature et de ces univers fantastiques et féériques… Comme je le suis moi-même…

Salon Créations et savoir-faire en Mars 2019: rencontre avec Ina Georgeta Statescu, artiste brodeuse…

Le salon « créations et savoir-faire » de Paris, est toujours une véritable fête pour toutes les personnes créatives, qui y viennent découvrir toutes sortes de nouvelles techniques, de nouveaux produits et faire le plein de bonnes idées inspirantes…

J’y ai trouvé des choses vraiment intéressantes, notamment les tissus absolument uniques et magnifiques de la petite boutique d’odile bailloeul , créatrice de textiles imprimés auxquels je ne peux jamais résister…

Cette année, j’ai été particulièrement séduite par les artistes qui étaient exposés dans le cadre le l’exposition d’art textile. Il y avait notamment « le Patch », un immense patchwork collaboratif et intergénérationnel constitué de 1300 pièces de 20cmx20cm , une création magnifique par sa taille, par sa variété culturelle et ses couleurs. Une belle oeuvre collective…

 

°°°

… Mais j’ai surtout découvert les travaux magnifiques de Ina Georgeta Statescu, une artiste passionnée depuis sa plus tendre enfance par les tissus chatoyants , les fils colorés, les belles broderies  fines. Un petit tour sur le site de Ina vous renseignera sur son parcours et vous permettra de voir quelques photos de ses œuvres merveilleuses et toujours très poétiques. Sa maîtrise de la broderie, de l’appliqué et autres techniques textiles,  lui permettent de créer des paysages peuplés d’arbres, d’oiseaux, d’insectes, de fleurs et de fruits, tout en transparence et dans des couleurs lumineuses. Vous trouverez également sur son site une liste de ses expositions à venir dans toute la France. A ne pas rater***…

 

Cabinets de curiosités: exposition « chambres des merveilles »

Depuis quelques années, je m’intéresse beaucoup aux Cabinets de curiosités parfois appellés « Chambres des merveilles ». D’où le titre de cette exposition qui tourne dans plusieurs villes de France depuis quelques années. Elle est présentée au château d’Angers jusqu’au 31 mars 2019. Et c’est là que je me suis rendue pour la découvrir…

 

Ancêtre des musées actuels, les cabinets de curiosités étaient autrefois des pièces ou des meubles dans lesquelles étaient exposées des choses rares, nouvelles et singulières. On y trouvait donc un mélange très hétéroclite: objets d’histoire naturelle des règnes végétal, animal ou minéral (Naturalia); objets créés par l’homme, œuvres d’art, antiquités étranges (Artificialia); instruments scientifiques étonnants (Scientifica); ou encore plantes ou animaux exotiques ramenés de voyages lointains(Exotica).

 

 

 

L’exposition entraîne le visiteur à la découverte de multiples artefacts, curiosités naturelles ou imaginées, instruments bizarres et autres créatures fantastiques comme ces fées fossilisées ou ces cornes de licornes. Le visiteur est invité à développer sa propre part d’imaginaire.

Ce qui me touche d’abord dans les cabinets de curiosités, c’est précisément qu’ils invitent à la curiosité. Or, la curiosité étant l’ingrédient essentiel de la créativité, je suis tout naturellement attirée par tout cela… Les « chambres de merveilles » sont aussi une invitation à… « s’émerveiller »!… Capacité vitale à mon avis!… Et ce que je trouve particulièrement inspirant dans ces cabinets de curiosités, c’est qu’ils présentent un mélange de choses réelles (aussi étonnantes soient-elles), avec des créations complètement inventées, fantasmées. C’est ce que j’aime aussi faire dans mes créations et dans les histoires que j’écris: mélanger le rêve et la réalité… En visitant cette exposition, l’idée m’est venue de créer mon « studiolo de Mirabilia » sous forme de carnet d’artiste…

N’hésitez pas à surfer sur internet. En tapant « cabinets de curiosités » sur vos moteurs de recherches, vous trouverez notamment  » Curiositas », un site initié par des enseignants chercheurs de l’université de Poitiers, et consacré à l’étude des cabinets de curiosités dans toute l’Europe.Vous trouverez également quelques livres intéressants sur le sujet (comme « cabinets de curiosités » aux éditions de la Martinière, « mon cabinet de curiosités » de Guillermo Del Toro ou encore les livres sur le sujet aux éditions Eyrolles).Et bien-sûr, sur Pinterest, des centaines de photos toujours aussi inspirantes visuellement). Et si vous ratez l’exposition du château d’Angers, j’ai trouvé une information sur une exposition « Cabinets de curiosités » qui aura lieu cet été, du 23 Juin au 3 Novembre à Landernau, aux Fonds Hélène et Edouard Leclerc, et qui s’annonce très intéressante. Personnellement, je vais m’arranger pour la voir…

En faisant des recherches sur le sujet, j’ai découvert un artiste qui semble avoir des goûts artistiques assez proches des miens (la technique et l’expérience en plus!…). Il s’appelle Camille Renversade. Il a illustré plusieurs livres, notamment pour les éditions Eyrolles. Il fait des expositions dans toute la France avec son cabinet de curiosités (Ah… Ce côté nomade me rappelle quelque chose…). Il a un blog qui s’appelle « Mon cabinet de curiosités » , dans lequel vous pourrez découvrir toutes ses activités. Il réalise des pseudo-reportages sur des découvertes scientifiques ou naturalistes fantaisistes, mis en scène comme au siècle dernier, dans des costumes d’époque. J’aime cette façon de s’amuser en créant du rêve.. Cela me fait beaucoup penser à la mouvance « Steampunk » dont j’aime beaucoup l’esthétique. Je suis fan de son travail. Il a même une boutique Etsy sur laquelle il vend des reproductions de ses illustrations. Artiste à découvrir, donc…

Et comme j’ai visité cette exposition à Angers, je ne peux pas terminer cet article sans évoquer cette autre merveille découverte à cette occasion au chateau d’Angers: Les tentures de l’apocalypse. Je ne suis pas particulièrement attirée par la tapisserie, mais je dois dire que, pour le coup, j’ai été époustoufflée par celle-ci!…

 

 

 

Sur plus de cent mètres de long, cette oeuvre tissée unique au monde illustre le contexte historique,social et politique de la France du XIVème siècle, plongée dans la guerre de cent ans, les épidémies, la famine. La virtuosité technique et stylistique de cette succession de tentures est époustoufflante et font d’elle une des oeuvres phares du Moyen-Âge. Elle est magnifiquement mise en valeur dans une immense galerie sombre construite juste pour elle. Un endroit conçu pour offrir au public une présentation et une conservation à la hauteur de la valeur et de la splendeur de cette immense tapisserie.

 

 

 

 

 

Le Château de Pierrefonds: le « Château idéal » de l’architecte visionnaire Viollet-Le-Duc…

Attirée depuis longtemps par ce site, que je devinais fabuleux, je décidais d’aller passer quelques jours dans l’Oise pour visiter le château de Pierrefonds. Très belle découverte!…

L’arrivée à Pierrefonds est un moment assez féérique. Construit en lisière de la forêt de Compiègne, l’imposante silhouette du château émerge majestueusement de la forêt lorsqu’on s’en approche… Comme un vaisseau surgissant intact du moyen-âge… Vision grandiose qui me plonge dans un émerveillement enfantin…

Il faut savoir que la première véritable forteresse, construite à la fin du 14ème siècle par Louis d’Orléans, et victime d’une histoire guerrière mouvementée, a été presque entièrement démantelée.  A la fin du 19ème siècle, il ne reste du château que des ruines, thème favori des artistes romantiques de l’époque. En 1846, suite à la découverte de sources sulfureuses à Pierrefonds, un établissement thermal et son « grand hôtel des bains » sont construits, et le lieu devient un endroit de promenade fréquent de toute la bonne société parisienne. L’empereur Napoléon III, résidant au palais de Compiègne, lui aussi très attiré par ce lieu de villégiature, décide de restaurer le château et confie tout naturellement cette mission à Viollet-Le-Duc (fascinant personnage à découvrir ou à redécouvrir…)

Tout de même!… Restauration de Carcassonne, de la basilique de Vezelay, de Notre dame de Paris… ça n’est pas rien!…  Et enfin ce château de Pierrefonds…Il y a de quoi s’émerveiller…

 

Un château que Viollet-Le-Duc a voulu restaurer dans l’esprit des bâtisseurs de cathédrales et dont il fait une vitrine des meilleurs savoirs-faire de l’époque. Dans sa volonté de nous inviter à une leçon d’architecture médiévale à ciel ouvert,  Viollet-Le-Duc ne restaure pas le château… Il le « réinvente »… dans la quintessence de l’art médiéval. Son œuvre est un véritable hommage à l’esprit français qui se perpétue à travers les époques. Par son esprit de synthèse mêlé à un imaginaire fabuleux plein de symboles, il donne à voir tous les trésors de l’architecture médiévale, mais aussi de la renaissance, particulièrement resplendissante dans la cour intérieure .

A l’intérieur, ne ratez surtout pas « le bal des gisants ». (une présentation de ce bal des gisants ici )… Les statues de personnages historiques (gisants et orants) issus d’une collections nommée « La galerie de pierre », autrefois présentée à Versailles, ont été installées ici, dans les caves du château, dans une mise en scène particulièrement réussie du groupe Skertzo. Magiquement éclairés par des lueurs colorées imitant la lumière diffuse des vitraux de cathédrales… Ils nous murmurent à l’oreille, tour à tour, des textes poétiques sur leurs souffrances, leur souvenirs d’humains, leur expérience de la mort. Cela peut paraître effrayant, mais c’est au contraire absolument magnifique. Un lieu étrange et envoûtant.

 

Enfin, j’ai eu la chance de découvrir l’exposition temporaire « La légende d’Arthur » ( au château de Pierrefonds jusqu’à la fin avril 2019),  . A travers une suite poétique et très artistique de projections d’images, de jeux d’ombres, d’effets lumineux et d’ambiances sonores étranges, l’exposition retrace l’histoire du roi Arthur, des chevaliers de la table ronde et de leur quête du Graal. Le château de Pierrefonds se révèle être l’écrin idéal de ce style d’évocation.

petite ballade dans l'oise- Pierrefonds (35).jpg

*** idéal pour une séjour solitaire en féérie arthurienne ou à deux, en amoureux…

Les enfants que l’on ne nourrit pas de contes merveilleux sont des enfants perdus…

L’elféméride: le grand légendaire des saisons. Un extrait du ravissant livre de Pierre Dubois, édité par Hoëbeke:

Je crois sincèrement que les enfants que l’on ne nourrit pas de contes merveilleux sont des enfants perdus…

Ignorer les belles histoires pleines de bravoure et de sagesse, c’est ne pas savoir pourquoi le ciel est bleu, la mer salée, la neige froide, le soleil brillant… C’est tout ignorer de la pluie et du vent…