Voyager en solo… C’est bien aussi!…

Si vous vivez seul(e), depuis peu, ou depuis longtemps, voire depuis toujours, il est possible que l’idée de voyager seul(e) vous rebute ou même vous fasse peur… Il est même possible que vous n’ayez jamais tenté l’aventure du voyage en solo. Pourtant, pour être très souvent partie en voyage en solitaire, et depuis de nombreuses années, je trouve cela plutôt agréable, surtout pour l’immense sensation de liberté que cela procure. En plus, vues les nouvelles recommandations de distanciation sociale préconisées pour cet été, c’est le moment de tester le voyage en solo!… Même en restant sur le territoire Français… (Ce sera plus facile pour débuter- et psychologiquement plus confortable- de commencer par un voyage en France).

Or, j’ai trouvé il y a quelques temps déjà, un article qui résume parfaitement bien tous les avantages du voyage en solo sur un site très intéressant et inspirant qui s’appelle instincts.fr . L’article, écrit par David, s’appelle 10 raisons de voyager en solo. Je trouve que tout y est très bien résumé et argumenté. Je n’aurais pas fait mieux. Il a été écrit à une époque où l’auteur avait fait un voyage en solo au Japon. Mais tout ce qui est écrit s’applique aussi bien à un voyage moins lointain…

Par rapport à cet article, j’ajouterai juste une 11 ème bonne raison de voyager seul, concernant plus spécifiquement les artistes… Lorsqu’on est deux ou plus, on passe beaucoup de temps à discuter, partager ses impressions. La création artistique, que ce soit l’écriture, la peinture, le carnet créatif, la photo etc… demande plutôt une bonne dose d’introspection,  donc de calme, de silence… Pour développer son propre style, un artiste doit apprendre à écouter ses propres pensées, ses propres sensations; la nature profonde d’un individu ne se développe réellement que lorsqu’il se trouve en tête à tête avec lui-même. De plus, pour être créatif, un artiste doit aussi apprendre à écouter la terre sur laquelle il voyage. Écouter les oiseaux, les rivières, les vagues, le vent, les coquillages, les pierres… C’est dans le silence qu’on apprend à le faire.  Et puis le voyage en solo permet de suivre son instinct, de choisir de partir à droite plutôt qu’à gauche, de s’asseoir ou de marcher… et de laisser ainsi libre cours à son imagination, à ses sensations, sans influence ni censure extérieure… Et l’inspiration  arrive mieux jusqu’à nous…

Je vous propose donc d’aller visiter ce blog  très bien fait et inspirant. Sa devise : « suis tes instincts, ils ont des messages pour toi… ».

« L’awen en solitaire ». Avancer seul sur le sentier des druides. Un livre de Joanna van der Hoeven aux éditions Danaé.

Le druidisme est la tradition spirituelle « indigène » de Grande-Bretagne, d’Irlande, et de certaines parties d’Europe.9791094876336-200x303-1 C’est une ancienne tradition païenne axée sur la symbiose avec la nature. « Suivre le sentier du druidisme, c’est rendre hommage au monde naturel et à tout ce qui vit, développer une relation avec le monde et chercher à travailler avec lui en harmonie et en équilibre ». Longtemps pourchassé par la hiérarchie chrétienne, le druidisme existe toujours et connait même un regain d’intérêt ces dernières années. Les druides suivent de longues années d’enseignement. Ils peuvent être considérés comme les prêtres des anciens cultes celtiques, mais ils sont aussi des enseignants, des scientifiques, des érudits, des juges, voire des prophètes, véritables intermédiaires entre le monde surnaturel et les hommes. En général leur savoir est très vaste; il va de l’astronomie à la botanique, à la pharmacopée, en passant par la poésie et la philosophie.  Si l’on souhaite partager avec d’autres ce chemin de vie, il est possible de devenir membre d’un ordre de druides ou de découvrir ces pratiques dans certains festivals spécialisés. Soucieux de préserver leurs secrets, les druides tiennent des assemblées nocturnes en des lieux isolés, souvent connus d’eux seuls.

Mais il y a d’autres voies possibles.

Ce livre est écrit spécifiquement pour celles et ceux « qui se sentent appelés au druidisme mais préfèrent voyager seuls sur ce chemin de vie, libres des conventions et des restrictions sociales, en s’éloignant de l’humanité pour mieux connaitre le vaste monde ». 22_c1_eg_druideIl traite des bases du druidisme et nous montre comment les appliquer simplement à notre vie quotidienne pour l’enrichir d’un sentiment de beauté, de magie et de mystère. Sur ce chemin solitaire, nous finissons par nous rendre compte que nous ne sommes jamais seuls dans ce monde, et par notre lien avec la nature, nous voyons que l’idée même de séparation n’est qu’une illusion.

Le druide vit et apprend par « l’ Awen »,  ce qui veut dire littéralement « l’inspiration poétique qui vient de la nature ». Spirituellement, le druidisme peut être un chemin de vie merveilleux.

Beaucoup de druides sont animistes et croient qu’il y a une forme de conscience en toute chose, qu’il s’agisse d’une pierre, d’un arbre, d’une goutte d’eau ou d’un scarabée. Quand il marche dans la forêt, le druide devient la forêt. Il devient les arbres, les renards, les biches, les ruisseaux, les rochers, et apprend ainsi à voir quelle est sa place dans le vaste univers.

01-druids-reference

Il est de la responsabilité du druide solitaire d’apprendre tout ce qu’il ou elle peut, que ce soit par les livres, en écoutant les orages et les tempêtes, en faisant de la musique ou en faisant l’amour. Nous pouvons apprendre de toutes les expériences de notre vie, si nous choisissons de les écouter. Le druide solitaire cherchera à se relier au monde naturel à son propre rythme, et selon ses propres termes. Il devra apprendre en tout premier lieu à garder les pieds sur terre, notamment par la méditation, ou la prière.

Lorsqu’on débute sur la voie de la méditation, on commence généralement par réapprendre à respirer. Or, la respiration est notre interaction la plus simple et la plus primitive avec notre environnement naturel, et le moyen le plus efficace de se rappeler que nous en faisons partie. Il est étonnant de se dire que l’air que nous respirons est le même que celui que respiraient nos ancêtres, il y a cinquante, cent ou milles ans. Renouvelé, certes, par les échanges naturels de notre respiration et de celle des arbres, mais il ne vient pas d’ailleurs…

Le druide voit également la prière comme une intention profonde visant à rendre hommage à toutes les choses, visibles ou invisibles, qui partagent notre existence. Toutes les relations sont à double sens. Tout est connecté. Pour le druide, prier, c’est rendre hommage à cette connexion. Si prier, c’est se relier, il faut à un certain moment s’arrêter et écouter les réponses éventuelles. Parfois, dans la vie, nous n’obtenons pas de réponse immédiate. Mais prendre le temps de s’arrêter, d’écouter, même si on n’entend rien, c’est apprécier le temps et le lien que nous partageons avec toutes les autres choses sur cette planète..

Ici ou ailleurs… Maintenant, ou dans le passé…

 

Quelques idées et conseils de femmes créatives à travers le monde…

J’ai lu il y a quelques années un livre publié aux Etats-Unis, qui s’appelait : « 12 secrets of highly creative women », de Gayle McMeekin. L’ouvrage regroupait toutes sortes de conseils et d’idées récoltées auprès de femmes artistes, du monde entier et de toutes disciplines, pour aider toutes les femmes créatives à stimuler leur inspiration et développer leur propre style artistique. Je viens de retrouver un carnet dans lequel j’avais traduit quelques unes de ces notions que j’ai voulu garder pour pouvoir m’en inspirer régulièrement (comme je le fais pour presque toutes mes lectures… Je trouve que c’est le meilleur moyen d’en retenir l’essentiel…Et ça, c’est un conseil personnel que je vous donne pour vos propres lectures).

Je vous fait partager ici une petite sélection … Il va sans dire que ces notions concernent tout autant les hommes créatifs que les femmes… Évidemment!…

-Beaucoup de femmes interviewées pour ce livre ont insisté sur l’importance de la marche quotidienne, du jardinage et du contact avec la nature, qui est une source d’inspiration inépuisable.

-« Je veux vivre dans un endroit paisible, à la campagne. Un endroit où je peux sentir l’herbe sous mes pieds, voir les étoiles la nuit… Ma petite voix intérieure me dit de rechercher toutes ces choses qui nourrissent à la fois ma créativité et ma spiritualité ». (Leslie Neal).

-Les vrais choix positifs de la vie sont: vivre dans un endroit qui vous plait, faire un métier que vous aimez, vous entourer de gens qui vous font du bien, et prendre soin de votre corps, votre esprit et votre spiritualité.

-Personne ne peut vous dire ce qui est bon pour vous. Nous sommes tous des individualités uniques avec nos propres individualités uniques avec nos propres réactions aux évènements de la vie.

survivre aux périodes de vide créatif… Il y a des cycles dans la vie elle-même. Il y a des moments où nous sommes vidées d’idées, noyées dans une mer de néant… Les femmes sages l’acceptent et sont confiantes dans le fait qu’à un moment, l’inspiration va revenir. Il faut lâcher prise et rester fidèle à soi-même. Et surtout croire fermement que quelque chose va apparaitre. La vie est faite de cycles et n’est jamais toute droite. Prenez au minimum une semaine de vraies vacances par trimestre pour explorer de nouveaux centres d’intérêt, terminer un projet artistique qui vous tient à cœur, ou simplement pour recharger vos batteries. Faites confiance à l’univers. Les choses trouvent le moyen de s’arranger…

-Lisez les biographies des gens qui vous inspirent.

-Ménagez-vous de grands moments de solitude. Votre créativité doit être une priorité pour vous. Passez des journées entières à méditer, dessiner, écrire, lire et jouer avec vos idées. Apprenez à dire non aux gens qui pompent votre temps et votre énergie. Faire de votre créativité artistique une priorité veut dire que vous acceptez de ne pas être parfaite dans votre ménage, votre métier, vos relations amicales et sociales…

-Beaucoup de femmes créatives tiennent un journal de leurs réflexions et de leurs idées. Écrire est beaucoup plus qu’une « technique ». C’est un appel pour aller explorer ses propres profondeurs.

Réfléchissez et répondez à ces questions:

-Qu’est-ce qui vous inspire?

-Qu’est-ce qui vous passionne?

-Quel genre de livres ou de magazines lisez-vous?

-Avec quel genre de personne aimez-vous discuter?

-Quel genre d’activité stimule votre créativité?

Et surtout : -Qui êtes-vous VRAIMENT? Quelles sont vos valeurs, vos croyances? A quoi sert votre passage sur terre? Qu’est-ce qui est important pour vous? Pourquoi? Quelles sont vos idées sur la religion? La vie après la mort?… Au fur et à mesure que vous réfléchirez à ces questions, vous constaterez alors que le paysage va commencer à être de plus en plus dense, vous allez commencer à creuser les vraies questions de vos peurs, vos espoirs, vos rêves… Cela constituera votre « matière artistique ».

Laissez cet exercice être le début d’un journal créatif, un cahier d’idées et d’images. Un carnet d’inspiration…

Amusez-vous avec vos idées et faites de cette recherche artistique une véritable aventure de vie.

 

Joséphine Wall:  Un univers féérique d’une grande beauté …

Joséphine Wall: Un univers féérique d’une grande beauté …

Joséphine Wall est une artiste britannique, généralement décrite comme  » l’artiste de l’imaginaire », parce que ses œuvres sont un curieux mélange de surréalisme et de féérie. Ses tableaux sont d’une beauté assez saisissante, et toujours pleins de lumière, de couleurs et de sens…

art-gallery-josephine-wall-paintings-247885

Elle est, avec Nadia Strelkina (article écrit en 2017) et Victor Nizotzev (article à venir prochainement), une des artistes qui, à mon sens, représentent le monde féérique et fantastique avec le plus de talent et de poésie.

1b5d9af2036b9c868b190f5aae45ca72

791203388cb2deb0386f1c59b0f3e09b

Son inspiration vient essentiellement de son observation de la nature, et ses créations visent à transmettre des messages symboliques pour nous inciter à prendre conscience de la beauté de notre planète.

Ses tableaux illustrent aussi la vie, les étapes qui jalonnent nos destins d’êtres humains, et les sentiments qui en accompagnent universellement les méandres . C’est pourquoi tout le monde peut être touché par ses œuvres.

J’aime la précision de sa technique, ses choix de couleurs, la poésie de ses thèmes et  surtout la beauté inouïe de ses atmosphères imaginaires, qui me parlent directement au cœur et à l’âme…

josephine-wall-nautilus-3900-pieces--puzzle.59271-1.fs

unnamed

Vous pouvez découvrir la richesse incroyable de son travail sur le site Pinterest: pinterest Josephine Wall

3acfd17e570a327e0e2a2e20851d545a

« Le bonheur est dans la nature ». un livre de Marc Giraud, aux editions Delachaux et Niestlé.

9782603025550-475x500-1Encore un livre de plus sur les bienfaits de notre reconnexion avec la nature, me direz- vous…

Mais celui-ci est particulièrement agréable à lire. L’éveil des sens qu’il propose à travers quelques exercices pratiques accessibles à tous, permet de faire taire le mental et de tester le lâcher prise. Quand vous traversez des difficultés, que les contrariétés s’amoncellent à l’horizon, ne perdez pas de vue ce moyen très efficace de vous remonter le moral. L’immersion dans la nature provoque une joie intense, un bonheur étrangement simple, mais fort, viscéral. .

« Nous sommes des enfants de la nature. Notre humanité et nos racines biologiques plongent dans la nature sauvage, nous y avons été pétris pendant des milliers d’années ».

La « biophilie » avance que les humains sont, de façon innée, attirés émotionnellement par les paysages naturels. Cette attirance pour la nature est universelle et partagée par toute l’humanité.

« L’immensité de la nature est une source infinie de curiosité et d’explorations. Elle ouvre l’imagination. Sa beauté extraordinairement diversifiée mais toujours harmonieuse, stimule l’inspiration et la création. »

Se réfugier dans la nature permet de refaire le plein d’équilibre, de sérénité et de hauteur, afin de pouvoir affronter ce monde avec plus de solidité.

Quelques chapitres intéressants du livre (avec des extraits choisis):

-Libérez vos sens: en prenant conscience du fonctionnement global de notre corps, il nous est possible de savourer cette joie simple d’exister, d’être là..

L’inspiration vient en marchant: « en marchant, on renoue avec son corps, on reprend le contact avec la terre et avec le ciel. On s’inscrit dans le paysage, on se réapproprie l’espace, on s’ouvre à la grandeur du monde. En marchant, on rejoint aussi d’autres sphères, celles qui font jaillir en nous les idées spontanées et l’inspiration. Jean-Jacques Rousseau, comme tant d’autres écrivains, poètes, philosophes, peintres, musiciens ou scientifiques, ne pouvait pas penser et créer sans marcher. En marchant, on avance aussi intérieurement.

-Le bonheur est dans le présent.

La musique de la nature: « les sons de la nature agissent comme des caresses vibratoires et nous transmettent du bien-être ».

Dessinez une fleur: « Tout comme la nature, il est un domaine qui nous soutient dans les épreuves de l’existence et qui nous accueille toujours, quel que soit notre moral, c’est l’art. L’un est propice à l’autre: pratiquer un art dans la nature réunit donc deux grands alliés de notre bien-être ».

Et ce chapitre, que je trouve absolument fabuleux et qui me donne l’envie d’écrire un article approfondi  sur le spectacle grandiose de la voûte céleste… ( Cet été, j’envisageais, avant le débarquement de cet inquiétant virus dans notre pays, de faire un séjour à l’Ile aux étoiles, dans le Quercy, juste pour cela… C’est sans doute remis à une date ultérieure… A la place, je vais observer les étoiles dans le ciel Aveyronnais… Ce qui est très bien aussi puisque la pollution lumineuse y est très faible…)

Passez une nuit à la belle étoile: « Au dessus de nos têtes, le ciel étoilé nous plonge dans une immensité vertigineuse. Nous prenons conscience que notre corps est une interface entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, entre un espace extérieur et un espace intérieur insondables. Nous nous posons des questions sur notre place dans l’univers. Regarder un ciel étoilé procure toujours une impression magique de rêve et d’enchantement. La nuit, la lune et les étoiles, c’est de la poésie à l’état pur. Le ciel nocturne éveille en nous des fascinations primitives profondes. Au dessus de nos têtes s’étend une immensité semblable à celle que regardaient nos ancêtres, ouvrant un passage à travers le temps, nous faisant entrevoir l’éternité.

Une ballade dans la nature, en pleine conscience, et avec ce sentiments profond de connexion, est une moyen particulièrement efficace pour lutter contre le blues. C’est le moment idéal pour commencer à organiser vos prochaines ballades estivales pour vous ressourcer… Tout le monde en a grandement besoin…

Nature CT

Et maintenant?… Il faut vraiment s’occuper de notre magnifique planète… Et c’est urgent!…

Et maintenant?… Il faut vraiment s’occuper de notre magnifique planète… Et c’est urgent!…

Je ne peux m’empêcher de comparer la crise sanitaire que nous venons de vivre, dont la survenue avait été largement évoquée depuis longtemps par certains spécialistes et qu’aucun pays n’a préparé comme il l’aurait fallu, à la catastrophe écologique planétaire annoncée depuis tant d’années, par tant de scientifiques, et que le monde entier semble refuser de regarder en face… Exactement de la même manière.

On entend partout les gens se réjouir de la réouverture des restaurants, des bars, des magasins de vêtements (alors que nos armoires débordent!…). Vite, vite, retournons à nos vies d’avant. A la sacro-sainte croissance! Consommons!… Achetons!.. Il ne s’est rien passé! ou presque!… On dirait que c’est derrière nous! Et on veut très vite oublier et reprendre nos activités, avec tous leurs excès, sans rien y changer, surtout!…

Et la terre étouffe à nouveau… Comme avant…

images

On estime que 48 OOO personnes meurent chaque année en France à cause de la pollution de l’air. Entre 5 et 8 millions à travers le monde. Et c’est sans évoquer la pollution de l’eau que l’on boit, pleine de perturbateurs endocriniens, les pesticides agricoles et leurs effets cancérigènes avérés… Selon l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) 30 % des pathologies ont d’ores et déjà une origine environnementale. Mais fidèle à lui-même, l’homme attend que la catastrophe le touche personnellement pour s’en préoccuper. Mais cette fois, il faudrait vraiment se bouger avant qu’il ne soit trop tard. Car ce ne sera plus un problème touchant essentiellement les personnes âgées (argument qui semble en consoler certains, à propos de la pandémie de Covid 19). C’est la survie de l’humanité entière qui est directement menacée.

Arrêtons cette fuite en avant effrayante et sans conscience.

Qu’on ne s’y trompe pas, la terre, elle, n’est pas en danger. Et c’est tant mieux!… Lorsqu’on lit partout qu’il faut sauver la planète, il faut prendre conscience que la terre, débarrassée de l’humanité, continuera à exister! Même mieux, sans doute… En quelques centaines d’années, ce qui est très peu en comparaison de sa longue histoire, la nature aura utilisé sa faculté d’absorber la pollution, et débarrassée des êtres humains, elle retrouvera assez vite son bel équilibre!…

Ne vous y trompez pas… C’est bel et bien l’espèce humaine qui est en danger… A cause de son aveuglement… Je ne peux résister au plaisir de citer Albert Einstein à ce sujet… Une citation que j’adore:

« Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine… En ce qui concerne l’univers, je n’en ai pas acquis la certitude absolue ». Excellent, non?…

Profitez de cet été un peu inhabituel pour prendre des vacances au sein de la nature. Immergez-vous dans la verdure, marchez sur les petits chemins, à travers les champs et dans les bois.  Longez les côtes et contemplez l’océan, baignez-vous dans la mer, ou dans les rivières… Respirez à pleins poumons cet air encore respirable à la campagne…(cet air qui m’a tant manqué pendant le confinement en région parisienne). Entrez en communion avec la nature, vraiment… Et pensez au trésor inestimable qu’est notre planète… Réfléchissez!… Sérieusement et profondément.

Citation du jour

Vivre, c’est passer consciemment par chaque instant, c’est remplir avec application chaque petit évènement qui se présente, avec grand soin, avec respect même, afin que rien n’en soit perdu. Savourer le moindre instant, goûter la moindre chose, sentir le moindre parfum, jouir de la présence de chaque personne, éprouver la moindre peur, ressentir la plus infime douleur, apprécier chaque syllabe du chant, chaque goutte de cette immense fontaine de joie et de peine qu’est l’arbre de la vie.

Placide Gaboury

« La douane de mer » de Jean d’Ormesson

« La douane de mer » de Jean d’Ormesson

Je me demande ce que Jean d’Ormesson aurait pensé de cette pandémie. Lui qui aimait tant les voyages, l’Italie, Venise, les bains de mer, les livres et tous les plaisirs de l’existence…

Ce grand enfant émerveillé par la vie, manque à beaucoup de gens. Je fais partie de ceux-là. Heureusement, il nous reste ses livres. Des trésors précieux à savourer…

J’ai toujours aimé la lecture, mais la période de confinement que nous venons de vivre, m’a permis de renouer avec le plaisir intemporel des grandes lectures romanesques. Ces dernières années, je favorisais la lecture de livres pratiques et d’essais sur la création artistique, le développement personnel, la spiritualité… J’ai redécouvert ces temps-ci le plaisir immense de m’évader en lisant de grandes et belles histoires dépaysantes.

Je viens de lire « La douane de mer ». J’aime beaucoup Jean d’Ormesson. Sa très grande culture, sa personnalité attachante, sa franchise désarmante et le charme irrésistible de ses conversations solaires et joyeuses, sa légèreté teintée de profondeur… Un délice. Je vous propose un lien pour aller voir cet interview de Jean D’O par Léa Salamé , dans lequel il joue de son charme coutumier avec une sincérité touchante,  ou encore ce numéro de La Grande librairie… Il y a sur la toile de nombreux interviews de Jean d’Ormesson. Ces deux-là méritent vraiment d’être écoutés avec attention… Il était aussi le roi des citations d’autres auteurs, toujours parfaitement choisies et dites avec tant d’éloquence.

Quel bonheur de retrouver le style unique et si caractéristique de cet amoureux des mots. Un exemple pour tout aspirant écrivain… Sa vision du monde et de la vie, est également une source d’inspiration pour tout être humain qui, comme lui, aime la vie et tente, tant bien que mal, d’y trouver un sens.

Le propos de « La douane de mer »: l’auteur (O), meurt dès la première page. Alors qu’il s’apprête à quitter la terre pour s’envoler vers une destination inconnue, il croise A, un esprit venant d’une galaxie lointaine dans le but d’étudier la terre et ses habitants. A demande à O de lui accorder trois jours avant de quitter définitivement la terre, afin de l’aider à comprendre le fonctionnement du monde, et surtout celui des hommes,  leur histoire, leurs modes de vie… Tout cela dans le but de rédiger un rapport qu’il doit ramener dans sa galaxie. Survolant la terre, trois jours durant, les deux esprits parcourent ainsi l’espace et le temps…

Ce sujet en or est évidemment le prétexte à une présentation haute en couleurs du monde, des aléas de son histoire… C’est aussi l’occasion d’un portrait touchant: celui des êtres humains, créatures vulnérables et attachantes, aux comportements parfois déroutants, qui doivent affronter, depuis la nuit des temps, leurs destins de mortels avec courage, tout en essayant d’être aussi heureux que possible.

Quelques extraits choisis:

-« Même achevée par la mort, la vie est une splendeur ».

-« Le temps emporte les hommes. Mais ils passent leur vie, leur vie si courte et si belle à penser à autre chose […]. A l’argent. Au travail. Au confort. Au plaisir. Au temps qu’il fait. Aux vêtements à porter. Aux gens qu’il s’agit de voir. Aux affaires à traiter. A toutes les règles du jeu. A presque rien et à tout.[…] Les hommes se débattent comme ils peuvent au milieu des pièges et des désastres qui surgissent de partout. Le monde est surtout un bonheur parmi tant de malheur. C’est une fête en larmes. C’est un échec radieux. Je savais qu’un jour ou l’autre mon histoire ici-bas allait finir assez mal et que j’allais mourir puisque j’étais un homme. J’ai fait ce que j’ai pu de cette stupeur ardente qui m’a été donnée sous forme de jours et de nuits, de forêts où me promener, de mers où me jeter, de mots à lire ou à écrire, de beauté et de rires. »

-« Aucune aventure humaine n’est une aventure solitaire. Les hommes sont liés entre eux par des liens innombrables. Aucun de ces liens n’est aussi fort que l’amour qui emporte en même temps les corps et les âmes ».

-« Rien de plus flou que l’amour. Ni de moins scientifique. Il n’est fait que de détails, d’accidents, de paradoxes, de surprises. Et de silences ».

-« Partir est un grand bonheur. J’ai beaucoup aimé partir. J’ai beaucoup aimé le monde. J’ai beaucoup aimé la vie. J’ai beaucoup aimé les femmes, les routes, les paysages. J’ai beaucoup aimé le plaisir. J’ai beaucoup aimé l’amour. »

-« Je cherchais dans mes souvenirs ce que j’avais aimé – Peut-être le monde lui-même. La vie, bien-sûr, mais plus encore le monde. Le monde et son spectacle […] J’aimais regarder le monde d’un peu loin, comme si j’étais de passage.  Et je l’étais en effet. Une sorte de touriste en vacances sur les plages de cette planète, dans ses collines, dans ses campagnes. […] Le monde est un théâtre. Nous y bâclons tous notre numéro sous les projecteurs de l’histoire. Nous récitons notre texte, on nous applaudit, on nous siffle et, après avoir fait de la figuration à peine intelligente dans la plus belle des pièces – un succès universel, un triomphe, un chef d’œuvre: l’histoire des hommes sur la terre – , nous rentrons à jamais dans les loges de l’oubli et de l’éternité ».

-« Il y a eu sur cette terre des machines à faire rêver qui ont laissé un nom dans la mémoire de ses hôtes. On les appelle les livres. »

-« Peut-être parce que chacun d’eux est lui-même une histoire, les hommes aiment à la folie qu’on leur raconte des histoires. Le monde n’est qu’une histoire où s’emboitent des histoires. La tienne, la mienne, la nôtre… »

-« L’important est de jouer avec notre destin pour nous distraire du temps qui passe et de détourner vers des voies de garage l’angoisse de notre condition […] Tout est histoire, les guerres, les maladies, les larmes, les souffrances, le savoir, l’inconscient, la mort […]. Il y a des histoires plus complètes, plus achevées, plus cohérentes que d’autres. On les appelle des chefs-d’œuvre. Le chef-d’œuvre le plus achevé, le plus cohérent, le plus complet, c’est l’histoire du monde dont les héros sont les hommes. »

-« La vraie gloire des hommes, ce ne sont pas les génies, les talents, ceux qui se distinguent des autres. La vraie gloire des hommes est ailleurs. Dans le silence, dans le travail, dans la patience, dans le courage. La vraie gloire des hommes, ce sont les hommes eux-mêmes, dans leur diversité et leur totalité. Les milliards et les milliards d’hommes dont les noms sont perdus mais dont la seule existence a fait marcher l’histoire.

Je profite de cet article pour ajouter quelques extraits d’autres livres écrits par Jean d’Ormesson et que j’aimerais vous faire partager:

-« Rien n’est plus proche de l’absolu qu’un amour entrain de naître. Le stupéfiant, le merveilleux, c’est que cet absolu nait du hasard ».(Dieu, sa vie, son oeuvre)

-« Souvent, je suis triste. Le monde n’est pas gai. Alors, je trompe mon monde en riant. La gaité est la forme de ma mélancolie ».(Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit »)

-« Les hommes veulent d’abord survivre. Et tout de suite après, les meilleurs d’entre eux au moins, ceux qui font bouger l’ordre établi et qui laissent derrière eux des traces de leur passage, se désespèrent de voir leur vie se perdre dans les sables et tomber dans l’oubli. Ils veulent qu’elle prenne un semblant de sens. Alors, ils chantent, ils peignent, ils se servent de la terre ou du bois ou de la pierre ou de la toile ou du papier pour inventer des objets, ils font la révolution, ou des livres, ils laissent derrière eux des sortes de monuments. Ils souffrent et ils espèrent. Et ils regardent les nuages dans le ciel, l’eau qui coule, la mer si elle est là, les étoiles la nuit. Je crois qu’ils aimeraient tous savoir ce qu’ils font là. » ( Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit).

-« Ce qu’il y a de plus remarquable dans l’histoire de l’univers, c’est que les malédictions ne tardent jamais longtemps à se changer en bénédictions. » ( Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit).

-« Ce que j’ai aimé le plus au monde, je crois que c’était la vie.[…]. J’aimais beaucoup les matins, le soleil, la lumière qui est si belle. Et les soirs avec leurs secrets. Et les nuits aussi. Après les surprises et l’excitation du jour, je m’enfonçais dans l’absence avec une silencieuse allégresse. J’aimais beaucoup dormir. Et j’aimais me réveiller et aller me promener dans les forêts ou le long de la mer. » […] Il y avait dans cette attitude quelque chose d’audacieux: elle n’était pas répandue chez ceux de mon époque. Ils cultivaient leur refus et leur mauvaise humeur avec ostentation. […] Le bonheur d’être au monde que j’ai éprouvé avec tant de violence n’était pas très bien vu.[…] Il y avait du mal dans ce monde, le sang y coulait à flots, des mères cherchaient leurs enfants au milieu des décombres, l’homme allait peut-être disparaitre, victime de son propre génie, et il n’en finissait pas de souffrir. Est-ce que je l’ignorais? A côté des horreurs qui n’avaient jamais cessé de s’enchaîner les unes aux autres et en attendant les désastres qui ne pouvaient manquer de survenir, il y avait aussi des roses […], il y avait de jolies choses à lire, à voir, à écouter, de très bonnes choses à manger et à boire, des coccinelles pleines de gaité, de la neige sur les montagnes, des îles dans une mer très bleue.. »( C’était bien)

J’espère que ce choix vous donnera envie de replonger dans l’œuvre de cet enchanteur de la littérature et de la vie.

Et vous pouvez terminer par cette belle émission hommage  datant de Décembre 2017 (La grande librairie de François Busnel.)

-C’est « Épatant »!… dirait Jean d’Ormesson.

 

 

Le syndrome de la cabane.

Le syndrome de la cabane.

ça y est!… Je pense avoir mis un nom sur ce que je ressens:

Je suis atteinte du « syndrome de la cabane »…

Qu’est-ce donc? me demanderez-vous… On commence à entendre parler de ce phénomène post-confinement dans les médias .

Dans cette période incertaine, où le danger reste bien présent partout, le domicile apparait comme un refuge, un havre de paix dans lequel on se sent plus en sécurité qu’ailleurs. Lorsqu’on vit un long moment, seule, chez soi, isolée mais protégée, comme cela a été le cas pendant cette période de confinement dû à la pandémie de Covid 19, il peut arriver que certaines personnes n’aient plus très envie de ressortir du cadre rassurant de leur domicile, même lorsqu’elles en ont le droit, parce qu’elles se sentent plus sereines chez elles, à l’abri. C’est le « syndrome de la cabane »… Apparemment, beaucoup de gens  sont atteints de ce syndrome en ce moment, et ressentent cette envie de rester planqués tranquillement chez eux, même après le déconfinement!… Surtout après! Ressortir vite pour retrouver la fébrilité de sa vie d’avant, n’est pas forcément la priorité de tout le monde…

Certains diront que c’est à cause de la peur du virus. Bien-sûr, on ne va pas se le cacher, c’est la raison essentielle. Cette « saloperie » (car c’en est une…) circule toujours, surtout en Ile de France. Et oui, lorsqu’on connait personnellement des victimes qui ont vraiment été « sonnées » par cette maladie sournoise aux ravages inconnus et dévastateurs, il est normal d’essayer d’éviter de l’attraper. Lorsqu’on sort, on croise encore tellement de gens inconséquents (ou inconscients?) qui touchent à tout dans les supermarchés, qui ne portent pas de masque et continuent à répandre allègrement leurs miasmes partout… Il y a de quoi être inquiet. On nous dit qu’il va falloir apprendre à vivre avec le virus… Certes…

Je veux bien essayer, mais doucement… Car en même temps, on nous incite à ne rien changer à nos modes de vie, notre consumérisme, nos habitudes, et tout est fait pour que tout le monde recommence très vite à dépenser son argent dans les magasins, réserve vite ses vacances pour sauver le secteur touristique. Les facultés d’adaptation des hommes sont parfois étonnantes, et pour inciter les vacanciers à venir sur les plages, des techniciens travaillent activement sur l’installation de blocs de plexiglas sur le sable (Si si!  il y en a qui l’envisagent!… partir en vacances! coûte que coûte! Quelles que soient les conditions!…) Est-ce que « apprendre à vivre avec le virus », implique ce genre de chose? Sincèrement, je ne suis pas très tentée… Je peux comprendre le désarroi des commerçants ( oui, sincèrement, je le comprends) et cette envie folle des français de partir en vacances, ( et Dieu sait combien la France est belle et combien je l’aime!). J’ai beaucoup d’empathie pour les êtres humains, dont je fais partie… Pauvres créatures que nous sommes, empêtrés dans nos contradictions. Nous voulons sincèrement sauver la terre mais nous avons tant de mal à changer nos habitudes de vie, à élever notre conscience, alternant maladroitement des gestes de fraternité parfois si touchants et les manifestations incorrigibles d’un individualisme jamais bien loin… Cette pandémie est pourtant un avertissement. La nature humaine n’en tient pas compte, ou si peu, trop préoccupée qu’elle est à reprendre très vite ses activités habituelles, à retrouver ses repères…

Mais la peur du virus, et les moyens désarmants et peu attirants envisagés pour « vivre avec le virus » ne sont  pas les seules raisons de rechigner à ressortir.

Il peut y avoir plein d’autres motifs de prolonger une sorte de semi-confinement. Certains ont trouvé dans cette curieuse période l’occasion de faire les choses différemment, de découvrir les bons côtés du télé-travail, par exemple, ou l’envie de consommer de manière plus responsable, de bricoler chez eux pour améliorer leur habitat, d’avancer sur des projets qu’ils avaient depuis longtemps et qu’ils remettaient toujours à plus tard, de trouver du temps pour créer… Le moment est venu pour beaucoup de s’engager dans de nouveaux défis. De se remettre en question. De déplacer ses priorités. Certains ont pu partager des moments de complicité avec leur compagnon, leurs enfants et sentent que passer plus de temps en famille est devenu plus important qu’user toute leur énergie dans leur travail… D’autres au contraire, ont pris la décision de se séparer… De donner un coup de pied dans la fourmilière. Ce moment de repli sur nos vies personnelles a parfois provoqué des changement de cap, de priorités… Ou pas.

De mon côté,  j’ai traversé seule ce confinement, et j’ai fait l’expérience de longs moments de solitude, et d’ introspection.  Il y a dans la vie des moments pleins, des moments intenses où les expériences s’enchainent à un rythme parfois démentiel… On court d’une activité à l’autre… Pourquoi cette fébrilité continuelle? Pourquoi cherchons-nous absolument à « remplir » notre temps? Bien-sûr, certains étaient obligés de continuer à travailler, parfois la peur au ventre.  Je les ai trouvé extrêmement courageux. Ne travaillant plus, j’ai trouvé un certain charme à ces instants de calme imposés par la situation. Et quelques bons côtés à l’absence de sollicitations extérieures continuelles… J’ai découvert l’intérêt de faire un peu de place à l’ennui. L’ennui fait  partie de la vie. Pourquoi, dans nos sociétés occidentales modernes, cherche-t-on à l’éviter à tout prix? La peur de descendre dans nos profondeurs, sans doute… Ces moments sont pourtant riches d’enseignements. En tous cas, c’est la sensation que j’ai eue.

Pas immédiatement… C’est vrai… Le premier mois, comme beaucoup de gens, j’étais trop désarçonnée par le cataclysme brutal qu’a été l’extension fulgurante de cette pandémie, pour être capable d’envisager quoi que ce soit de positif à cette situation. J’étais juste profondément triste parce que j’avais l’impression que le destin me volait quelque chose… Des semaines, des mois, des années? Du temps de vie, en tous cas. Un temps qui passe déjà si vite, trop vite!… Mais à quoi bon se révolter? Peu à peu, au fil des semaines, je me suis calmée… puis posée… Enfin, j’ai accepté les choses telles qu’elles sont… Puis j’ai doucement (très doucement!) commencé à trouver quelques bons côtés à ce confinement. Un peu ceux d’une retraite spirituelle…

Retrouver du temps pour entrer en soi-même, d’abord Pour faire le point sur sa vie, et le tri entre ce qui est important, et ce qui l’est moins. Et je sais que je ne suis pas la seule à avoir utilisé cette période figée pour beaucoup réfléchir à ce qui se passait en moi. Contrairement à beaucoup de gens, ce n’est pas la vie sociale qui m’a manqué le plus. (même si je suis très attachée à mes amis, et notamment  à mes camarades danseurs, avec lesquels j’ai partagé tant de moments de bonheur). Non, ce qui m’a manqué le plus, c’est le contact avec la nature. Un manque viscéral que j’ai ressenti au plus profond de mes tripes, et plus intensément que jamais. Quelque chose d’animal, de presque violent, qui m’a fait comprendre à quel point la proximité avec les éléments naturels devait dorénavant devenir  une priorité dans ma vie. Je sais que beaucoup de gens ont ressenti cela, surtout en région parisienne. J’aurais tellement préféré vivre cette période de confinement (et de déconfinement!) dans un « chez moi » à la campagne, au milieu des arbres ou avec une vue -même lointaine- sur la mer… en communion avec la nature, amie fidèle et confidente indéfectible des âmes solitaires…

Puis Il y a eu ce plaisir renouvelé de la lecture… Replonger dans de bons gros bouquins pleins de belles et grandes histoires m’a littéralement permis de m’évader, m’a réconforté tout en douceur, et m’a reboostée en me remettant sur les rails de mes envies (d’écrire, entre autres…). Certains romans ont pour décors des paysages sauvages, des lieux de rêve, ou des sites naturels décrits de si belle façon que vous avez l’impression d’y être transporté instantanément… Ce sont des moments d’évasion incomparables! On suit les aventures d’autres êtres humains de toutes sortes, vivant à des époques différentes de la nôtre, mais partageant les mêmes préoccupations que les nôtres, finalement, les mêmes peines, les mêmes rêves et on se sent tout à coup si proches d’eux… Et puis il y a les romans philosophiques, qui sont d’un grand soutien émotionnel. Découvrir les idées de grands auteurs, dans le calme de la nuit, entrer en résonance avec les grands penseurs du passé, ou du présent, s’inspirer d’eux, de leur philosophie de vie, blottie sous la couette, au chaud, la tête calée aux creux de trois oreillers douillets, en sachant qu’on a toute la nuit devant nous, si on a envie… Franchement: c’était bien !…

Autre bon côté: l’absence de sollicitations extérieures perpétuelles m’a permis de dégager beaucoup plus de temps pour écrire.  L’écriture est une pratique difficile, même lorsqu’on prétend aimer ça!… C’est un véritable travail. Il est  extrêmement facile de trouver toutes sortes d’excuses pour ne pas s’y mettre. Le confinement m’a retiré ces mauvaise excuses... Et m’a obligé à m’engager dans cet espace-temps consacré à l’écriture. Mes lectures m’ont inspirée… La période que nous traversons est par ailleurs une expérience de vie particulièrement riche en émotions de toutes sortes … Une véritable tempête intérieure, faite d’une succession  de sentiments exacerbés: de la tristesse due à tous les  empêchements, les renoncements, de la peur, de la déception, du découragement, de l’impatience, de la compassion, des doutes, de l’empathie, des questionnements. Bref… Les montagnes russes!… Et tout ceci constitue un terreau extraordinaire pour y puiser de la matière littéraire, de l’inspiration, des idées… Alors j’ai beaucoup écrit, et j’ai envie de continuer à le faire; et parce que ça, au moins, je peux le faire sans sortir… D’habitude, j’aime partir à la campagne pour écrire au contact de la nature. Et si je suis honnête avec moi-même, lorsque j’y suis, je passe beaucoup plus de temps à arpenter les champs et les forêts qu’à écrire!…  Cet été, de toutes façons,  je crois qu’il va être très compliqué de trouver des endroits calmes et tranquilles… Alors il est urgent d’attendre, et de patienter… Et ma retraite spirituelle à domicile risque de se prolonger, encore un peu… Mais mon envie d’écrire est relancée pour de bon…

Quoi qu’il en soit pour chacun d’entre vous, victimes du « syndrome de la cabane » ou pas… Bon courage à tous, pour ce « déconfinement progressif »!… … Et, zones rouges ou zones vertes, surtout, restez humbles et prudents!!!…La bestiole est toujours là… Pour le moment… l’épidémie finira bien par s’arrêter un jour… C’est l’impermanence de toutes choses… Il faut juste essayer d’être patient, malgré l’envie de vivre, plus forte que tout.

 

Riya Sokol: une artiste à l’origine de très beaux poèmes de gratitude qui circulent actuellement sur you tube.

Riya Sokol est une artiste, auteur-interprête, prônant de la plus belle manière les bienfaits de la gratitude. Elle nous invite à affronter cette période étrange avec courage et confiance. Dans mon dernier article, j’avais mis un lien pour aller écouter un poème illustré par de très belles images,(Thank you coronavirus), dit par Riya Sokol elle-même. Un regard clair, des messages simples, touchants, qui vont droit au cœur et à l’âme.

Depuis, elle a écrit un deuxième poème de gratitude qui s’appelle tout simplement « Thank you Coronavirus – part 2 », que je vous fait partager ci-dessous. J’aime sa voix,  extrêmement apaisante. Les textes sont bien écrits Ils sont toujours en anglais et ne sont pas traduits… Mais encore une fois, faciles à comprendre, surtout avec les images qui illustrent le propos, et cette voix qui touche directement, même si vous n’en comprenez pas tous les mots…

Traduction de certains passages de cette « prière » de gratitude:

« -Merci… Comme nous ne pouvons pas sortir, nous avons le temps d’ explorer notre vie intérieure…

L’angoisse, la frustration, le désespoir…

… Merci de nous apprendre comment gérer ces sentiments…

Oui, nous sommes terrifiés, mais nous ne pouvons plus fuir, et nous devons faire face avec courage. Nous devons continuer à respirer à travers ça… Une respiration après l’autre…

Nous apprenons à donner un sens à ce moment étrange et à apprécier les choses les plus simples, sans savoir de quoi demain sera fait.

Et face à cette peur dévastatrice, nous sommes là quand même…

… Merci de nous obliger à ne regarder que le moment présent. Tout le reste est incertain…

Le déconfinement (progressif) est prévu pour bientôt. Moment périlleux, s’il en est… Et autre ambiance… Certains sont très pressés de retrouver leurs vies d’avant. D’autres, plus inquiets de l’évolution de cette pandémie resteront prudents jusqu’à l’été, voire au delà… Mais quel que soit le comportement de chacun d’entre nous, n’oublions pas ce que tout le monde prétendait au début de  cette étrange crise sanitaire: « rien ne sera plus comme avant… Il y aura un « avant » et un « après » Coronavirus »…

Or, à voir cette folle envie de beaucoup de gens de retrouver coûte que coûte leur mode de vie d’avant, (on a tous vu à la télévision l’image de cette file de voitures faisant la queue pendant 3 heures lors de la réouverture d’un fast-food de la région parisienne… Comme si c’était la chose qui avait le plus manqué dans ce confinement!…), on ne peut s’empêcher de craindre que toutes les belles résolutions de changer nos habitudes de consommation ne s’envolent en fumée, en même temps que le retour à ce que beaucoup considèrent comme la « Normale »… Dès le lundi 11 mai, les bouchons vont reprendre aux abords des grandes agglomérations… Fini l’air pur…

… Fin de pause pour la terre et la nature?…

Alors ce dernier poème… « We need to trust »…