Salon Créations et savoir-faire en Mars 2019: rencontre avec Ina Georgeta Statescu, artiste brodeuse…

Le salon « créations et savoir-faire » de Paris, est toujours une véritable fête pour toutes les personnes créatives, qui y viennent découvrir toutes sortes de nouvelles techniques, de nouveaux produits et faire le plein de bonnes idées inspirantes…

J’y ai trouvé des choses vraiment intéressantes, notamment les tissus absolument uniques et magnifiques de la petite boutique d’odile bailloeul , créatrice de textiles imprimés auxquels je ne peux jamais résister…

Cette année, j’ai été particulièrement séduite par les artistes qui étaient exposés dans le cadre le l’exposition d’art textile. Il y avait notamment « le Patch », un immense patchwork collaboratif et intergénérationnel constitué de 1300 pièces de 20cmx20cm , une création magnifique par sa taille, par sa variété culturelle et ses couleurs. Une belle oeuvre collective…

 

°°°

… Mais j’ai surtout découvert les travaux magnifiques de Ina Georgeta Statescu, une artiste passionnée depuis sa plus tendre enfance par les tissus chatoyants , les fils colorés, les belles broderies  fines. Un petit tour sur le site de Ina vous renseignera sur son parcours et vous permettra de voir quelques photos de ses œuvres merveilleuses et toujours très poétiques. Sa maîtrise de la broderie, de l’appliqué et autres techniques textiles,  lui permettent de créer des paysages peuplés d’arbres, d’oiseaux, d’insectes, de fleurs et de fruits, tout en transparence et dans des couleurs lumineuses. Vous trouverez également sur son site une liste de ses expositions à venir dans toute la France. A ne pas rater***…

 

Cabinets de curiosités: exposition « chambres des merveilles »

Depuis quelques années, je m’intéresse beaucoup aux Cabinets de curiosités parfois appellés « Chambres des merveilles ». D’où le titre de cette exposition qui tourne dans plusieurs villes de France depuis quelques années. Elle est présentée au château d’Angers jusqu’au 31 mars 2019. Et c’est là que je me suis rendue pour la découvrir…

Ancêtre des musées actuels, les cabinets de curiosités étaient autrefois des pièces ou des meubles dans lesquelles étaient exposées des choses rares, nouvelles et singulières. On y trouvait donc un mélange très hétéroclite: objets d’histoire naturelle des règnes végétal, animal ou minéral (Naturalia); objets créés par l’homme, œuvres d’art, antiquités étranges (Artificialia); instruments scientifiques étonnants (Scientifica); ou encore plantes ou animaux exotiques ramenés de voyages lointains(Exotica).

L’exposition entraîne le visiteur à la découverte de multiples artefacts, curiosités naturelles ou imaginées, instruments bizarres et autres créatures fantastiques comme ces fées fossilisées ou ces cornes de licornes. Le visiteur est invité à développer sa propre part d’imaginaire.

Ce qui me touche d’abord dans les cabinets de curiosités, c’est précisément qu’ils invitent à la curiosité. Or, la curiosité étant l’ingrédient essentiel de la créativité, je suis tout naturellement attirée par tout cela… Les « chambres de merveilles » sont aussi une invitation à… « s’émerveiller »!… Capacité vitale à mon avis!… Et ce que je trouve particulièrement inspirant dans ces cabinets de curiosités, c’est qu’ils présentent un mélange de choses réelles (aussi étonnantes soient-elles), avec des créations complètement inventées, fantasmées. C’est ce que j’aime aussi faire dans mes créations et dans les histoires que j’écris: mélanger le rêve et la réalité… En visitant cette exposition, l’idée m’est venue de créer mon « studiolo de Mirabilia » sous forme de carnet d’artiste…

N’hésitez pas à surfer sur internet. En tapant « cabinets de curiosités » sur vos moteurs de recherches, vous trouverez notamment  » Curiositas », un site initié par des enseignants chercheurs de l’université de Poitiers, et consacré à l’étude des cabinets de curiosités dans toute l’Europe.Vous trouverez également quelques livres intéressants sur le sujet (comme « cabinets de curiosités » aux éditions de la Martinière, « mon cabinet de curiosités » de Guillermo Del Toro ou encore les livres sur le sujet aux éditions Eyrolles).Et bien-sûr, sur Pinterest, des centaines de photos toujours aussi inspirantes visuellement). Et si vous ratez l’exposition du château d’Angers, j’ai trouvé une information sur une exposition « Cabinets de curiosités » qui aura lieu cet été, du 23 Juin au 3 Novembre à Landernau, aux Fonds Hélène et Edouard Leclerc, et qui s’annonce très intéressante. Personnellement, je vais m’arranger pour la voir…

En faisant des recherches sur le sujet, j’ai découvert un artiste qui semble avoir des goûts artistiques assez proches des miens (la technique et l’expérience en plus!…). Il s’appelle Camille Renversade. Il a illustré plusieurs livres, notamment pour les éditions Eyrolles. Il fait des expositions dans toute la France avec son cabinet de curiosités (Ah… Ce côté nomade me rappelle quelque chose…). Il a un blog qui s’appelle « Mon cabinet de curiosités » , dans lequel vous pourrez découvrir toutes ses activités. Il réalise des pseudo-reportages sur des découvertes scientifiques ou naturalistes fantaisistes, mis en scène comme au siècle dernier, dans des costumes d’époque. J’aime cette façon de s’amuser en créant du rêve.. Cela me fait beaucoup penser à la mouvance « Steampunk » dont j’aime beaucoup l’esthétique. Je suis fan de son travail. Il a même une boutique Etsy sur laquelle il vend des reproductions de ses illustrations. Artiste à découvrir, donc…

Et comme j’ai visité cette exposition à Angers, Lire la suite

Le musée des arts populaires de Poitiers: Inouï et insolite…

Si vous passez par Poitiers, ne ratez pas la visite de ce musée incroyable tenu par Jean-Claude, collectionneur de toutes sortes de vieux objets hétéroclites, entassés chez lui dans des mises en scènes touchantes, parfois peut-être involontairement poétiques. Ou même quelquefois carrément humoristiques…

 

Difficile de faire la liste des objets que l’on peut y voir. On ne sait pas où regarder tellement la quantité de trésors est importante. Cela va des vieilles voitures aux jouets d’enfants, en passant par les machines agricoles, les roulottes bohémiennes, les supports publicitaires rétros, les anciennes bicyclettes, les mannequins portant des costumes d’époque (de facteur, de curé, de solda), la reconstitution d’un bar du siècle dernier, et cela va même jusqu’à un énorme hélicoptère militaire, échoué dans le jardin de Jean Claude après la deuxième guerre mondiale. Il faut le voir pour le croire!…

Un retour dans le passé, à l’époque où les objets de la vie quotidienne avaient une âme…

Un lien vers le site du musée ici

 

Bourgogne: Deux musées à découvrir: – La Fabuloserie, dans le village de Dicy, et -Le musée des arts populaires de Laduz

Alors que je viens de découvrir l’art Brut au musée de Bègles, j’avoue avoir été séduite par les créations de certains « artistes » classés dans ce genre. Cela m’a donné envie de m’informer sur ce qu’est l’art brut, et j’ai découvert qu’ il existe une véritable bataille d’appellations pour qualifier ce genre , allant de « art singulier », « art modestes », « art hors-les-normes » ou encore « création franche »… En fait, il s’agit, pour la plupart, d’œuvres créées très librement, par des artistes souvent autodidactes, sans formation académique, ou ignorant volontairement toutes les règles de l’art traditionnel.

Si vous passez par l’Yonne (89), je vous conseille vivement la visite de deux musées très intéressants et dont l’univers m’a touchée:

La Fabuloserie: musée d’art « Hors-les-normes », créé par Alain Bourbonnais ». Dans le petit village de Dicy, à quelques kilomètres de la sortie Joigny, sur l’autoroute A6. (consulter leur site ici) 

 

 

 

J’y ai découvert notamment Simone Lecarré-Gallimard, dont j’ai beaucoup aimé l’univers et l’imaginaire… Et ses compositions faites de petits objets récupérés lors de ses promenades sur les brocantes, qu’elle considérait, elle aussi, comme des promenades créatives…

Le Musée des arts populaires de Laduz:

Créé  par Raymond Humbert et son épouse (en fait, l’oeuvre de toute une vie et de toute une famille), ce musée inattendu m’a particulièrement touché. Raymond Humbert était lui-même un artiste, et il était particulièrement sensible à la beauté des créations des gens simples et des artisans d’autrefois, qui dans leurs travaux quotidiens, réalisaient des œuvres merveilleuses qui méritaient d’être préservées et conservées avec amour. Allez écouter le témoignage de cette homme rare, sur ce lien ( site du musée de Laduz)   

Je me suis baissé pour ramasser des choses qui étaient par terre et sur lesquelles on allait marcher avec indifférence.
—Raymond Humbert

Pour moi la création est partout, dans l’art comme dans l’artisanat car l’art et la vie quotidienne n’ont fait qu’un pendant des siècles.  —Raymond Humbert

 

 

 

Pour découvrir ce qu’est l’art brut, je vous conseille vivement la lecture du livre de Résultat de recherche d'images pour "l'art brut découverte gallimard"Laurent Danchain, « Lart brut »,  dans la collection Découverte Gallimard. Parce que son auteur était un homme brillant, passionné par les créations singulières, et que son livre est simple, vivant, et très agréable à lire. Lire la suite

La Gacilly (Bretagne).

La Gacilly est un joli village fleuri de Bretagne, dont le nom a surtout été connu au début des années soixante dix, comme le berceau  des entreprises Yves Rocher, dont l’activité dans le domaine des produits cosmétiques a très vite été florissante. L’entreprise est certainement pour beaucoup dans le développement du village. Plus récemment, La société Yves Rocher s’est lancée dans la création d’un Spa magnifique, construit en pleine campagne, au milieu d’une grande prairie: « La gré des Landes » (à essayer absolument pour vivre un délicieux moment de bien-être...).

 

 

Aujourd’hui, un festival de photos  de plus en plus renommé est organisé  à La Gacilly et le village aimerait  à présent être  connu  en tant que » village d’artistes et d’artisans d’art ». Tous ceux qui sont installés à La Gacilly méritent une visite. Mais voici ma petite liste à moi… si le temps vous manquait pour les voir tous…

-Selon l’humeur des quatre saisonsL’atelier de Pierjade, au 1 de la rue Lafayette: La boutique de cet artiste-créateur d’insolites, vaut vraiment le détour. A ne rater sous aucun prétexte. Mettant en scène des lutins et autres créatures féériques, dans des décors faits de toutes sortes de matériaux de récup, Pierjade crée un univers poétique absolument charmant et unique en son genre. Difficile à décrire… Juste délicieux!…Si vous cherchez l’inspiration, sûr qu’une visite chez Pierjade réveillera votre imagination.

 

 

-Egalement à voir: « les enchanteurs de l’Aff« , où une charmante artiste plasticienne peint et créé des personnages en papier mâché (dont certains sont transformés en lampe). Annie vous accueillera dans sa ravissante boutique où l’on trouve aussi de la jolie vaisselle pour fées … à laquelle je ne résiste jamais…

L’atelier de Christine Allibrant. Calligraphe-illustratrice. Je suis tombée sous le charme des créations de cette  artiste. Sa ligne de papeterie, ses livres d’artistes, ses créations personnalisées.  Très intéressant en matière de création-papier… et  son travail avec les encres de couleur m’a beaucoup plu. (site de christine Allibrant ). Elle est entrain de travailler à la création d’un livre et d’un personnage de petite fille… Mais chut!… C’est un secret.

-enfin, une dernière boutique, qui n’est pas un atelier d’artiste, mais une boutique charmante méritant le détour: « La boite à môme ». soit disant La boutique des enfants… En fait, c’est une boutique pour les grands qui ne résistent pas aux plaisirs régressifs: jolies cartes postales, cahiers colorés pour écrire ses secrets, jeux d’écoliers anciens, boites à musique, etc etc…

Le poète ferrailleur de Lizio (Bretagne).

Comment, moi, avec ce que je suis, ce que j’aime, ce qui me touche ou m’enthousiasme en général, comment aurais-je pu ne pas croiser un jour la route de ce faiseur de merveilles?
Sur les conseils de Pierrejade, artiste créateur d’insolite, rencontré au village de La Gacilly, je suis venue découvrir le musée du poète ferrailleur, à Lizio.

Dès que vous pénétrez dans l’univers de Robert Coudray, vous retournez instantanément au plus intime de vos rêves d’enfants. Vous plongez dans le monde merveilleux de ce poète-artiste-rêveur,sculpteur de mouvement… Le genre de personne qu’on aimerait immédiatement compter au nombre de ses amis. Ce moment passé là-bas m’a enchantée au delà de tout ce que vous pouvez imaginer

Ce magicien de l’émotion a réussi à créer avec du matériel de récup, avec ses mains, son intelligence mécanique, et surtout avec son cœur, tout un petit monde fantasque de roulottes, de maisonnettes tordues, absolument délicieuses de fantaisie, des moulins à vent, à eau, et toute une ribambelle de machines volantes toutes plus fabuleuses les unes que les autres.

…Le tout, accompagné de textes poétiques touchants, frappants droit au cœur, là où sommeille encore le petit enfant qui vit encore en chacun de nous.

C’est très peu dire que j’ai ADOOORE!… Je me suis envolée jusqu’aux étoiles avec ces petits personnages et leurs ailes de brics et de brocs. J’ai voyagé avec eux jusqu’au pays des merveilles par le train, le bateau et sur un fil de funambule. J’ai caressé les mots des poètes (car le monsieur écrit aussi beau et bien).

Et pour achever de me combler, juste avant de quitter les lieux, j’ai pu serrer la main de cet enchanteur et croiser son regard plein d’humanité. Moment de grâce, suspendu au firmament…

Pour en savoir plus, je vous conseille d’aller voir le site du poète ferrailleur, pour un petit moment de délice avant votre visite:  Le poète ferrailleur de Lizio (Bretagne).