Citation du jour… Extraits du livre de Sylvain Tesson « Petit traité de l’immensité du monde ».

Citation du jour… Extraits du livre de Sylvain Tesson « Petit traité de l’immensité du monde ».

« Jusqu’à un certain jour où le ciel s’embrunit, je voyageais pour rencontrer les hommes. A ceux qui demandaient une raison à mes brusques départs, je décrivais l’humanisme -cet élan sentimental qui nous porte vers nos semblables- comme présidant à tout élan vagabond […] Je me méfie à présent de l’homme comme d’une eau claire que les yeux croient bonne et que le gosier découvre salée. J’ai déboulonné l’homme de mon piédestal intérieur… Je n’ai donc plus tellement soif de mes semblables.

Une fois que l’humanisme a perdu du terrain dans son âme, le vagabond ne se met plus en route sur les chemins du monde dans l’unique souci de rencontrer des hommes. Parfois même, il lui arrive de les éviter ostensiblement. Il choisit des régions dépeuplées. Il fait un détour quand il parvient en vue d’une ville ou d’un campement. Il n’a pas besoin de converser; il possède ses poèmes et le chant du monde. Il a d’autres rendez-vous: avec la beauté des forêts, avec le soupir des marais, avec le vol des insectes et le ressac des mers. Et ces rendez-vous-là sont offerts à la solitude, fidèle amante du voyageur à laquelle devrait être donné le nom de félicité.

J’ai découvert (si tard) combien un homme seul était en bonne compagnie.

[…] Apprendre à rester seul, pour vivre plus densément. Encore faut-il préciser qu’un vagabond romantique solitaire n’est jamais vraiment seul. Il a recours à la présence[…] des fées. Celui qui a fait sien le mot de Novalis invitant à « être perpétuellement en état de poésie », saura reconnaitre dans chaque expression de la nature la manifestation de leur existence.

[…] Le « recours aux forêts » (Junger) semble être la seule chose qui reste quand on a tout essayé. Dans la réclusion forestière réside peut-être la solution à nos tristesses. La forêt nous tend ses bras! Puisqu’on ne peut pas changer le monde, pourquoi ne pas se carapater dans la beauté des bois? »

pexels-photo-240040

Citation du jour: extrait du livre « Ma spiritualité au cœur de la nature » de Philippe Roch

Citation du jour: extrait du livre « Ma spiritualité au cœur de la nature » de Philippe Roch

« Certaines religions se réfèrent à un livre inspiré ou dicté par Dieu. Il faut un acte de foi pour attribuer ces textes à la main divine. Mais il est un livre qu’aucun humain n’a écrit et qui vient directement de la main du créateur, c’est la Nature. Si le créateur a quelque chose à nous dire, alors il l’a certainement écrit dans le plus beau livre qui soit, la Nature. »

« Pourquoi la nature nous offre-t-elle une vie spirituelle plus sûre que les traditions religieuses? J’ai moi-même puisé beaucoup dans la culture chrétienne et aussi un peu dans d’autres familles spirituelles pour ouvrir, approfondir et développer ma spiritualité. Mais les dogmes m’ont posé beaucoup de problèmes, à cause de leur rigidité et parce qu’ils sont des règles arbitraires adoptées par des hiérarchies humaines.

La Nature m’a accueilli chaque fois que j’ai eu besoin d’elle. Elle est simplement présente, et l’on ressent alors la profondeur de son être, comme totalité d’une infinie diversité dont nous faisons partie ». (Philippe Roch)

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Citation du jour: des vœux en cette nouvelle année, sous la forme d’une citation de Frédérique Lenoir.

pexels-photo-1172000

« Nous te souhaitons, amie très chère, d’apprendre à aimer encore davantage la vie.

De l’aimer à travers ses hauts et ses bas, ses moments agréables et ses moments difficiles. De l’aimer pour les joies qu’elle t’offre, mais aussi pour les chagrins qu’elle t’invite à traverser.[…]

Puisses-tu apprendre à aimer la vie, toute la vie, et pas seulement lorsqu’elle te semble la plus favorable. Et tu découvriras alors que le secret de la joie véritable, que rien ni personne ne pourra jamais t’enlever, n’est autre qu’un amour inconditionnel de la vie. » (Extrait du livre « L’ange de la consolation » de Frédérique Lenoir).

Alors n’attendons pas que les planètes soient parfaitement alignées, que les circonstances soient idéales (dans un futur hypothétiquement meilleur), pour commencer à vivre pleinement l’instant présent et pour l’apprécier… N’attendons pas, pour aimer la vie dans sa totalité.

Je vous souhaite une bonne année 2021, pleine de rêve, d’émerveillement, de beauté et de sérénité. Tout simplement. Prenez bien soin de vous et des gens que vous aimez.