Cabinets de curiosités: exposition « chambres des merveilles »

Depuis quelques années, je m’intéresse beaucoup aux Cabinets de curiosités parfois appellés « Chambres des merveilles ». D’où le titre de cette exposition qui tourne dans plusieurs villes de France depuis quelques années. Elle est présentée au château d’Angers jusqu’au 31 mars 2019. Et c’est là que je me suis rendue pour la découvrir…

 

Ancêtre des musées actuels, les cabinets de curiosités étaient autrefois des pièces ou des meubles dans lesquelles étaient exposées des choses rares, nouvelles et singulières. On y trouvait donc un mélange très hétéroclite: objets d’histoire naturelle des règnes végétal, animal ou minéral (Naturalia); objets créés par l’homme, œuvres d’art, antiquités étranges (Artificialia); instruments scientifiques étonnants (Scientifica); ou encore plantes ou animaux exotiques ramenés de voyages lointains(Exotica).

 

 

 

L’exposition entraîne le visiteur à la découverte de multiples artefacts, curiosités naturelles ou imaginées, instruments bizarres et autres créatures fantastiques comme ces fées fossilisées ou ces cornes de licornes. Le visiteur est invité à développer sa propre part d’imaginaire.

Ce qui me touche d’abord dans les cabinets de curiosités, c’est précisément qu’ils invitent à la curiosité. Or, la curiosité étant l’ingrédient essentiel de la créativité, je suis tout naturellement attirée par tout cela… Les « chambres de merveilles » sont aussi une invitation à… « s’émerveiller »!… Capacité vitale à mon avis!… Et ce que je trouve particulièrement inspirant dans ces cabinets de curiosités, c’est qu’ils présentent un mélange de choses réelles (aussi étonnantes soient-elles), avec des créations complètement inventées, fantasmées. C’est ce que j’aime aussi faire dans mes créations et dans les histoires que j’écris: mélanger le rêve et la réalité… En visitant cette exposition, l’idée m’est venue de créer mon « studiolo de Mirabilia » sous forme de carnet d’artiste…

N’hésitez pas à surfer sur internet. En tapant « cabinets de curiosités » sur vos moteurs de recherches, vous trouverez notamment  » Curiositas », un site initié par des enseignants chercheurs de l’université de Poitiers, et consacré à l’étude des cabinets de curiosités dans toute l’Europe.Vous trouverez également quelques livres intéressants sur le sujet (comme « cabinets de curiosités » aux éditions de la Martinière, « mon cabinet de curiosités » de Guillermo Del Toro ou encore les livres sur le sujet aux éditions Eyrolles).Et bien-sûr, sur Pinterest, des centaines de photos toujours aussi inspirantes visuellement). Et si vous ratez l’exposition du château d’Angers, j’ai trouvé une information sur une exposition « Cabinets de curiosités » qui aura lieu cet été, du 23 Juin au 3 Novembre à Landernau, aux Fonds Hélène et Edouard Leclerc, et qui s’annonce très intéressante. Personnellement, je vais m’arranger pour la voir…

En faisant des recherches sur le sujet, j’ai découvert un artiste qui semble avoir des goûts artistiques assez proches des miens (la technique et l’expérience en plus!…). Il s’appelle Camille Renversade. Il a illustré plusieurs livres, notamment pour les éditions Eyrolles. Il fait des expositions dans toute la France avec son cabinet de curiosités (Ah… Ce côté nomade me rappelle quelque chose…). Il a un blog qui s’appelle « Mon cabinet de curiosités » , dans lequel vous pourrez découvrir toutes ses activités. Il réalise des pseudo-reportages sur des découvertes scientifiques ou naturalistes fantaisistes, mis en scène comme au siècle dernier, dans des costumes d’époque. J’aime cette façon de s’amuser en créant du rêve.. Cela me fait beaucoup penser à la mouvance « Steampunk » dont j’aime beaucoup l’esthétique. Je suis fan de son travail. Il a même une boutique Etsy sur laquelle il vend des reproductions de ses illustrations. Artiste à découvrir, donc…

Et comme j’ai visité cette exposition à Angers, je ne peux pas terminer cet article sans évoquer cette autre merveille découverte à cette occasion au chateau d’Angers: Les tentures de l’apocalypse. Je ne suis pas particulièrement attirée par la tapisserie, mais je dois dire que, pour le coup, j’ai été époustoufflée par celle-ci!…

 

 

 

Sur plus de cent mètres de long, cette oeuvre tissée unique au monde illustre le contexte historique,social et politique de la France du XIVème siècle, plongée dans la guerre de cent ans, les épidémies, la famine. La virtuosité technique et stylistique de cette succession de tentures est époustoufflante et font d’elle une des oeuvres phares du Moyen-Âge. Elle est magnifiquement mise en valeur dans une immense galerie sombre construite juste pour elle. Un endroit conçu pour offrir au public une présentation et une conservation à la hauteur de la valeur et de la splendeur de cette immense tapisserie.

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s