Découvrir l’écriture des haïkus… et tout ce que cette pratique peut vous apporter…

pexels-photo-1558336Vous connaissez sans doute ces très courts poèmes venus du japon, qu’on appelle les haïkus. Un exemple:

Dans le creux de ma main

en tremblant tristement

s’éteint une luciole

(Kyoraï)

Il y a quelque chose de très attirant dans ces mini-poèmes dont l’origine remonte au 16ème siècle. Leur simplicité de forme y est sans doute pour beaucoup. Mais il y a tellement plus à comprendre…

Je pensais déjà connaitre un peu le sujet. Mais je viens de lire le livre « L’art du haïku- Pour une philosophie de l’instant » écrit par Vincent Brochard et Pascale Senk, dans lequel sont présentés des textes de Bashô, Issa et Shiki, trois des plus grands maîtres du genre. Et j’ai découvert un tas de raisons qui m’ont donné envie d’approfondir mes connaissances en la matière. L’écriture de haïkus se révèle beaucoup plus enrichissante que je ne l’imaginais…

J’ai compris grâce à la lecture de ce livre à quel point la pratique du haïku peut influencer l’existence de celui qui en lit, mais aussi, et surtout, de celui qui en écrit. « Les haïkistes sont un peu comme des chasseurs de papillons. Ils avancent dans la vie avec leur filet ». Et lorsque celle-ci leur amène une minute joyeuse, ou miraculeuse, ou touchante, bref un instant d’émotion, ils osent « la notation spontanée d’un instant d’élite » (expression utilisée par Roland Barthes pour qualifier l’écriture de haïkus). Le livre nous amène à comprendre de quelle manière « la fréquentation régulière des haïkus affine notre capacité à reconnaitre et à conserver les évènements heureux de notre vie. Ils sont réellement une invitation à capter les plaisirs les plus simples, ceux qu’on atteint quand on prend le temps de s’arrêter et de regarder ». Mais l’écriture de haïkus ne peut pas non plus se réduire à de jolis instants. Elle consiste aussi à accueillir tous les fruits d’une véritable attention au réel; des instants d’éveil, comme des « balafres légères tracées dans le temps » (encore une expression de Roland Barthes qui est souvent cité dans le livre).

Regarder, écouter, goûter, sentir… L’écriture incisive et directe de Haïkus nous encourage à témoigner des plus infimes découvertes. Mais elle nous oblige à avoir pleinement expérimenté ces sensations pour pouvoir les transmettre. Santoka, maître japonais, disait: « Tout ce qui n’est pas réellement présent dans le coeur ne relève pas du haïku ». Ce qui compte, c’est le paradoxe, la contradiction, ou la surprise, le pur plaisir et la vibration qui en suit la lecture…

Quelques exemples de haïkus:

Par moments les nuages                                  Lune pleine

à ceux-là donnent un répit                              Pourquoi te cacher

qui contemplent la lune                                   on voit ta lumière

(Bashô)                                                              (Mizen)

Pour celui qui cherche l’inspiration, l’immersion dans la nature est incontournable. Pour le haïkiste, la nature n’est pas « l’environnement », mais « l’essence même de l’existence, l’unique source à laquelle on peut toujours s’abreuver. L’homme s’y contemple et y apprend les rythmes justes, l’acceptation et l’humilité ».

Accepter l’impermanence… Entrer dans le monde du haïku revient aussi à faire face à l’impermanence de toutes choses. Tout, dans l’univers naît puis meurt. « La vision de l’existence humaine perçue comme un souffle, un épisode infime, marque l’appartenance du haïku au zen. » Comment alors ne pas sentir naître en soi des sentiments d’humilité et de compassion?

Le haïku est ainsi un des chemins possibles vers la sagesse et l’équilibre intérieur.

Le livre nous donne également les éléments de base pour se lancer dans cette pratique.

Ainsi, pour écrire des haïkus:

-Partez toujours de votre propre expérience, de votre ressenti le plus soudain et le plus profond.

-Ayez toujours un petit carnet sur vous (Mais ce conseil est ,selon moi, valable pour tout le monde, tout le temps, quelle que soit votre activité! et surtout pour les artistes…)

-Ce sont surtout des sentiments imprévus, des impressions inhabituelles, des surprises du quotidien qui vous donneront envie d’écrire un haïku. Comme le recommande le poète Yves Leclair: « Surtout ne pas se mettre à sa table de travail et se dire: je vais écrire maintenant un haïku. Le haïku s’écrit à l’improviste, de lui-même, comme ça, d’un seul trait, en passant ». Retranscrivez l’image principale qui vous a frappé et si possible en 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes. Les poètes dérogent quelques fois à cette règle, mais au début, mieux vaut essayer de s’y tenir. Essayez d’écrire ce que vous avez vu, sans jugement, sans longue description, sans vérité générale, sans trop de métaphores ou de figures de style. Allez au plus direct et au plus simple.

« Le haïku ne cherche pas la poésie dans le rêve, l’idéal, l’imaginaire, mais dans la réalité la plus matérielle, la plus anodine. Il ne poursuit pas pas la beauté dans le raffinement, la somptuosité, la grandeur, mais dans la simplicité, la petitesse. Il s’écarte de tout ce qui, sous le prétexte de l’embellir, vient surcharger, travestir, solidifier la spontanéité du vivant. Le haïku tente de capter la vie au plus près de son jaillissement. Par le contact avec la nature qui est son principe, il est avant tout une poésie de la sensation ». Un très bon exercice de dépouillement, de simplicité.

« Par cette disposition de l’âme qu’il réclame, cette écoute de la nature et des rythmes cosmiques à laquelle il convie, le haïku est tout à la fois l’instrument, le signe, la trace d’une expérience humaine vécue dans la vérité ».

Pour se résumer, « le haïku est un exercice spirituel, une manière de vivre et de mourir. Il indique une certaine attitude à l’égard du monde . Il est une école et un chemin. Il est une voie. Une voie vers la beauté. »

                                                             .                                                      Le livre l'art du Haïku                     

  Ce livre est juste un excellent point de départ à la découverte de l’univers passionnant des haïkus.

feuille verte sur pile de livres

A regarder également ce film court sur l’écriture du haïkus…